Actualités et réflexions sur le management et l'entrepreneuriat

Ennéagramme, kesako ?

enneagrammeJérôme Poguet, Formateur à l’Institut Rhin-Rhône de l’ennéagramme et manager depuis 15 ans nous présente l’ennéagramme.

L’ennéagramme est un modèle de description de la personnalité humaine simple, riche et dynamique qui s’intéresse à nos motivations profondes plutôt qu’aux comportements qui en résultent.

Il nous aide à nous connaître, à connaître les autres, à mieux communiquer, à développer les talents sur lesquels nous ne nous appuyons pas encore, limités par une vision trop restreinte de la réalité.

Trois centres d’intelligence à cultiver

Pour l’ennéagramme, nous disposons chacun de 3 centres d’intelligence, que Platon nommait déjà l’émotion, l’instinct et la pensée.

Le centre instinctif

Il régit notre volonté, notre niveau d’énergie, notre recherche de contrôle et de pouvoir sur nous-même et/ou sur les autres, notre sens de la justice, notre attitude face au changement : action ou inertie. Son rôle sous-jacent est d’assurer notre survie physique et psychologique, en comparant instantanément et sans réflexion consciente le présent aux situations passées semblables pour agir.

Le centre émotionnel

Il vit nos désirs, et ressent ceux des autres. Il aime ou n’aime pas. Il se préoccupe de nos relations aux autres. Dans le monde de l’entreprise, le centre émotionnel est souvent mis de côté : l’expression des émotions est généralement déstabilisante et évitée, tout comme l’expression de ses désirs. On voit cependant de plus en plus souvent apparaître la notion d’intelligence émotionnelle et de quotient émotionnel.
Une étude menée au MIT* a mis en évidence que la performance collective de petites équipes était corrélée à la synchronisation émotionnelle entre ses membres, et pas à l’intelligence cognitive individuelle de chacun.

Le centre mental

C’est le lieu du raisonnement, des choix, des décisions, des plans et des projets. Il raisonne par analyse et synthèse à partir d’informations se voulant objectives. Il imagine. Il est orienté vers le futur, et permet la stratégie et l’anticipation.
Il a tendance à être survalorisé dans notre société occidentale et dans le monde de l’entreprise, notamment par rapport au centre émotionnel.

Le centre préféré

Nous disposons tous de ces trois centres. Pour autant, nous sommes plus à l’aise avec l’un des trois, que l’ennéagramme appelle le centre préféré. D’une manière générale, et plus encore en situation d’insécurité physique ou psychologique, nous nous appuyons sur ce centre plus que sur les autres et à la place des autres.
Parfois, nos trois centres ne sont pas en phase – le cœur à des raisons que la raison ignore, disait Pascal – c’est alors le centre préféré qui l’emporte

  • Une personne préférant le centre instinctif  agit – ou pas, avant de réfléchir ou de prendre en compte ses besoins ou ceux des autres. Sa vérité est dans l’action : pour elle, les réflexions, analyses, décisions, désirs, relations, émotions ont du sens surtout si elles amènent à l’action.
  • Une personne préférant le centre mental réfléchit avant d’agir ou de ressentir. Sa vérité est mentale : pour elle, l’action et les émotions ont du sens surtout si elles servent à alimenter des plans, des analyses, des connaissances. Elle a tendance à vivre dans le futur.
  • Une personne préférant le centre émotionnel privilégie la relation aux autres et/ou ses propres besoins par rapport à la raison ou à l’action. Sa vérité est émotionnelle : les analyses, décisions et actions ont du sens surtout s’ils prennent en compte le facteur humain.

La direction d’utilisation de notre centre préféré

L’ennéagramme considère que nous orientons tous l’attention de notre centre préféré vers l’intérieur, l’extérieur, ou que nous cherchons à équilibrer les deux**.

  • Lorsqu’il est orienté vers l’extérieur, le centre instinctif cherche le contrôle sur les autres et le monde extérieur, lorsqu’il est orienté vers l’intérieur, il est préoccupé par le contrôle de soi.
  • Le centre émotionnel orienté vers l’extérieur est attentif aux émotions, ressentis, besoins et désirs des autres, orienté vers l’intérieur il est concerné par nos propres émotions et envies.
  • Le centre mental extérieur cherche à comprendre le monde et à accumuler les connaissances. Orienté vers l’intérieur il fait des plans pour l’avenir, des connexions entre les informations venant de différents contextes.

Des motivations profondes à prendre en compte

L’ennéagramme s’intéresse aux motivations profondes de chacun plutôt qu’aux comportements qui en résultent. Il y a souvent en ennéagramme 9 bonnescentres_enneagramme raisons de faire quelque chose, en fonction des motivations sous-jacentes des 9 ennéatypes.

Neuf visions complémentaires du monde

Trois possibilités de centre préféré multipliées par trois possibilités de direction d’utilisation définissent 9 ennéatypes.
Les préférences combinées d’un centre et d’une direction orientant l’attention de chaque ennéatype sur une partie de la réalité, et la détourne d’une autre. Cela induit 9 visions différentes et complémentaires de la réalité qui guident au quotidien nos actes, pensées, émotions, dans tous les contextes de notre vie.

Neuf stratégies, neuf orientations

Chaque ennéatype développe très tôt dans la vie une stratégie d’adaptation au monde tel qu’il le perçoit, par exemple :

  • Le 5 qui préfère le centre mental extérieur va miser sur la plus grande compréhension possible de la logique qui régit le fonctionnement du monde. Il développe une posture d’observateur le plus objectif possible pour accumuler des connaissances fiables. Son orientation est la connaissance et la précision.
  • Le 1 qui préfère le centre instinctif intérieur va miser sur le contrôle de son comportement va chercher à agir en permanence de la manière la plus rigoureuse pour atteindre l’idéal de comportement qu’il s’est lui-même défini (orientation intérieure). Il est capable d’efforts considérables et fait preuve d’une grande intégrité. Son orientation est la rigueur personnelle et des idéaux élevés.

Neuf fiertés, neuf talents

Chaque ennéatype apporte une contribution essentielle au monde, et est pour l’ennéagramme d’égale valeur, comme le symbolise l’égale répartition des 9 points sur le cercle du symbole – Les numéros sont traditionnellement placés ainsi, ne reflétant pas d’ordre de valeur ou de hiérarchie.

Le talent de chaque ennéatype peut être illustré par leurs fiertés, ci-dessous, découlant de leur mode d’attention au monde.

enneatypeCes fiertés sont à la fois notre principal atout et notre principale limitation, dans la mesure nous avons tendance à miser sur elles pour aborder toutes les situations de la vie. Parfois c’est adapté, parfois non.

Neuf langages, neuf façons de communiquer

« Les mots qui vont surgir savent de nous ce que nous ignorons d’eux » – René Char

La communication de chaque ennéatype est largement influencée par son mode d’attention au monde. De même, il existe pour chaque ennéatype des façons de communiquer efficaces ou inopérantes. Par exemple :

  • Le 8, qui préfère le centre instinctif vers l’extérieur, cherche à contrôler le monde qui l’entoure et a tendance à s’exprimer de manière directe, impérative, crue. Il est adapté de s’adresser à lui de manière assurée et franche, et inopérant d’être ambigu ou trop abstrait.
  • Le 2, qui préfère le centre émotionnel vers l’extérieur, cherche une relation la plus continue possible avec les autres. Il exprime de l’intérêt pour l’autre, des conseils, des compliments. Il est adapté de manifester de l’attention et de solliciter son assistance, il est inopérant de ne pas prendre en compte les facteurs humains ou de ne pas reconnaître son aide.

Prendre conscience du pilote automatique de notre personnalité

Si nous préférons tous un centre d’intelligence et une direction d’utilisation, l’ampleur de cette préférence peut être très variable, et induit des comportements plus ou moins adaptés.

L’évitement à tout prix

Lorsque nous n’allons pas bien, notamment lorsque nous nous sentons en insécurité physique ou psychologique, nous avons tendance à ne faire confiance qu’à notre centre préféré, et à l’utiliser à la place des deux autres. Nous misons tout sur le talent principal de notre seul ennéatype, et tentons de résoudre tous les problèmes avec une seule et même stratégie.
Notre pilote automatique – ou fausse personnalité, appelée ego en ennéagramme – prend les commandes, et développe en nous la croyance consciente ou non que l’évitement systématique de quelque chose va nous mettre en sécurité : c’est la compulsion de chaque type.
Par exemple : le 9, qui est fier d’être calme et facile à vivre, et dont l’orientation est l’acceptation et le soutien, développe la croyance que l’évitement systématique des conflits, ou tout simplement des désaccords va le mettre en sécurité. L’évitement des conflits est souvent adapté, mais l’évitement systématique des désaccords est vain. Il n’est pas possible d’être d’accord avec tout le monde et l’indécision qui en résulte est elle-même source de conflits plus importants.

La compulsion des neuf types de l’ennéagramme
La compulsion des neuf types de l’ennéagramme

Vouloir tout résoudre avec la même solution est bien entendu inefficace, et lorsque notre compulsion s’active, elle génère le plus souvent des comportements peu adaptés, qui ne sont bénéfiques ni à nous-même ni aux autres.

Connexion à la réalité, à soi et aux autres

Lorsque le déséquilibre entre nos centres et entre les directions d’utilisation est moins marqué, nous nous appuyons sur les ressources de nos trois centres vers l’intérieur et l’extérieur, et développons des comportements plus adaptés et bénéfiques pour nous-même et pour les autres, nous développons chacun une plus grande partie du potentiel des 9 ennéatypes, nous agissons avec une plus grande conscience de la réalité, pour soi et les autres.

Un zoom puissant et dynamique

Au-delà de des 9 ennéatypes et de la présence plus ou moins forte de notre pilote automatique, appelé ego, l’ennéagramme décrit comment notre personnalité est plus ou moins influencée par les types voisins sur le symbole, et par les types qui sont reliés par des flèches.

Il peut s’agir d’évolutions brèves en fonction des événements du quotidien, ou plus durables, liées à notre histoire de vie. Il en résulte une vision riche et dynamique du modèle, dans lequel on peut zoomer un peu comme on peut zoomer dans une carte en passant des continents au pays, puis aux régions, villages, et maisons individuelles, sans oublier que la carte n’est jamais le territoire, et que chacun ne peut jamais être complètement défini par le modèle.

Nous sommes plus de 7 milliards d’êtres humains à la fois très différents et étonnamment semblables, ce que respecte et décrit en partie l’ennéagramme.

>> En savoir plus sur l’énneagramme <<

 

Notes :

* Anita Williams Woolley, Christopher F. Chabris, Alexander Pentland, Nada Hashmi & Thomas W. Malone, « Evidence for a Collective Intelligence Factor in the Performance of Human Groups », Science Express, 30 septembre 2010.

** La direction d’utilisation est distincte de l’introversion/extraversion  telle que définie par Jung, et notamment utilisée dans les modèles comme le MBTI ou le Big Five (ocean)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.