Actualités et réflexions sur le management et l'entrepreneuriat

« Cher candidat, sans réponse de notre part, considérez votre candidature… »

© chany167 - Fotolia.com
© chany167 – Fotolia.com

Répondre à chaque candidature reçue, qu’elle ait été envoyée de manière spontanée ou en réponse à une offre publiée…

Voici un sujet bien épineux…

On entend bien trop souvent de la part de postulants à une offre d’emploi qu’ils n’ont reçu aucune nouvelle – positive ou négative – des entreprises auprès desquelles ils ont postulé… Ceci leur laissant un goût bien amer…

Manque de temps, de personnel, délégation… Les excuses de non réponse sont bien trop nombreuses du côté des employeurs recruteurs ! Pourtant, les technologies actuelles permettent un minimum de dialogue et peuvent grandement faciliter la tâche.

Un état d’esprit

Répondre aux candidatures reçues est non seulement la moindre des politesses, mais c’est également un élément essentiel pour une entreprise. Composante à part entière du concept désormais très en vogue de Marque Employeur, cette pratique est loin d’être anodine. Elle retranscrit l’esprit d’une entreprise et participe à la construction de l’image que cette dernière souhaite véhiculer. Elle permet, entre autres, aux candidats de se faire une bonne idée de la façon dont ils pourraient être traités s’ils devaient un jour faire partie du personnel de cette société.

En effet, comment concevoir que de potentiels talents puissent avoir de l’intérêt, du respect et une bonne impression d’une entreprise qui ne prend même pas le temps de répondre à leur candidature lorsque celle-ci s’avère inadéquate avec le poste convoité ?

Il faut garder à l’esprit qu’avec l’avènement des réseaux sociaux, les candidats n’hésitent plus aujourd’hui à partager leurs expériences avec les différents membres de leurs réseaux. Ils pourront, par exemple, être de bons ambassadeurs pour une organisation qui aura pris le temps de leur donner une réponse, certes négative, mais constructive qui leur aura permis de progresser. A contrario, ils ne manqueront pas de souligner l’indifférence que telle organisation a montrée à leur égard. Une réputation est vite ruinée sur Internet…

L’art de la diversion

Certaines entreprises contournent le problème en avançant qu’elles répondent systématiquement aux candidats postulant pour des postes au sein de leur organisation. Elles répondent, certes. Par une phrase laconique du style : « Si vous n’étiez pas contacté par notre société sous x semaines, vous pouvez considérer votre candidature comme négative »… Elles se déchargent ainsi de tout sentiment de mauvaise conscience. Or, cette solution de retranchement – bien trop répandue – s’avère être tout aussi mal perçue qu’une absence de réponse par bon nombre de candidats qui la considèrent comme un simple accusé de réception de leur dossier.

Que pensez d’une organisation qui prévient par avance de son manque de considération à l’égard de personnes intéressées par un poste en leur sein ?!

Le candidat qui aura pris le temps de remplir un long questionnaire, renseigner diverses informations, rédiger une lettre acquiesçant de sa motivation, tout cela avant de poster son curriculum vitae regrettera peut-être déjà son geste à la lecture d’un tel accusé de réception de son dossier. Vous auriez envie de travailler pour une société qui ne connaît pas les règles de base du savoir-être ?

Issue de l’expression d’un certain sens moral de la part de certains et perpétré par bon nombre de recruteurs potentiels, ce type de réponse s’illustre par son non-sens et son manque flagrant de considération envers celles et ceux qui en ont justement besoin.

Vers un monde plus humain

Dans Ressources Humaines, il est un mot qui perd petit à petit de son sens dans la société actuelle : l’Humain. En ces temps de morosité, il s’agit pourtant d’un aspect qui devrait rentrer en ligne de compte, bien au-delà de la place qui lui est aujourd’hui octroyée.

Ainsi, face à une candidature ne correspondant pas aux critères retenus pour tel ou tel poste, l’entreprise recruteuse se devrait de motiver son refus par écrit auprès du malheureux candidat, l’aidant ainsi à avancer dans sa quête. C’est encore plus vrai lorsque les candidats ont été reçus en entretien. Certains recruteurs laissent le silence parler à leur place lorsqu’ils choisissent de ne pas retenir le postulant alors qu’une explication orale – en face à face ou par téléphone – devrait sembler évidente.

Par ailleurs, il peut s’avérer intéressant de traiter tout curriculum vitae reçu avec égard et de ménager celui ou celle qui a pris le temps de l’envoyer. Car derrière toute candidature se cache un individu qui peut un jour devenir un partenaire, un concurrent… un patron…

Vous aimerez peut-être aussi :

marquemployeur_xs human_relationship_xs erecrut_xs
Marque
employeur
Marketing
RH
e-recrutement

18 réactions pour “« Cher candidat, sans réponse de notre part, considérez votre candidature… »

  1. Superbe article ! Ca devrait être même obligatoire pour les gens qui reçoivent des candidatures de répondre… La base de la politesse. En plus, ça ne coûte rien derrière, car l’entreprise peut très bien répondre de façon automatique avec un mail type, comme le font des boîtes comme NRJ par exemple.

  2. Bravo!
    Le dernier paragraphe est particulièrement pertinent.
    Par ailleurs, l’e-réputation d’une entreprise, dont il est question un peu plus haut, fera peut-être, à terme, changer les attitudes de certaines entreprises.

  3. Merci pour votre retour Hervé ! Oui, peut-être, un jour, les entreprises les plus retors comprendront que l’Humain est un atout non négligeable…

  4. Chère Raphaële,

    Merci pour cet article qui réjouira plus d’un candidat malheureux ! Puissiez-vous être entendue par tous ces RH que les chômeurs dérangent en osant les solliciter pour avoir un retour sur leur candidature…
    Super Chômeuse, héroïne des temps modernes

  5. Merci super-chômeuse pour ce témoignage. Effectivement, un retour sur une candidature refusée offre l’avantage d’y voir plus clair sur son positionnement et ses points faibles. Un geste constructif qui permet également à l’infortuné candidat de continuer à avancer. Je vous souhaite de tenir votre blog le moins longtemps possible, ce qui signerait votre retour parmi les non-chômeurs!

  6. Très pertinent.
    Nos recruteurs doivent se poser une question : « Et si nous étions à leur place ? ». Bien communiquer, c’est offrir un beau sourire.

  7. Raphaële, vous avez quelque part raison, mais nous sommes loin du monde des bisounours. Comment voulez-vous que les recruteurs fournissent une réponse personnalisée à chaque candidature, alors qu’ils ne lisent même pas 10% de ce qu’ils reçoivent?

    Dans les faits, TOUTES les candidatures reçoivent cet accusé de réception laconique, puis 90% sont éliminées par un robot, et enfin les 10% qui sont lues vont se transformer en 5 à 10 shortlistés qui seront vus en entretien et le reste (10% moins 5 à 10) qui seraient susceptibles de recevoir un avis personnalisé sur la réjection de leur candidature… Mais qui ne le recevront jamais, comme de toute façon ils ont déjà reçu le « disclaimer » de la première heure! Pourquoi le recruteur irait-il perdre du temps à leur donner un avis personnalisé? – de toute façon ils n’ont aucun moyen de savoir qu’ils ont failli arriver en shortlist –

    Les candidats chanceux qui sont reçus en entretien ont en général droit à une réponse personnalisée… je me battrais plus sur l’idée que cette réponse si elle est négative devrait prendre la forme d’un entretien de débriefing, afin d’aider le candidat à perfectionner sa pratique de recherche. Le plus souvent on reçoit un email tout aussi laconique disant qu’on a un CV parfait et des compétences hors pair, mais qu’ils ont trouvé mieux…

    Pour l’avoir souvent réclamé et parfois obtenu, cet entretien de débrief se traduit le plus souvent en « vous êtes génial mais vous comprenez, notre client a des exigences particulières et nous avons trouvé un meilleur clone » – donc ça ne sert à rien!
    De toute façon jamais un recruteur ne vous avouera que vous êtes blonde alors que le client veut une brune, ou que vous avez 50 ans alors que le client veut recruter en dessous de 35 ans, ou pire que vous êtes black et que le client est raciste…

  8. Bonjour Gérard et merci de ce retour.

    Loin de moi d’imaginer vivre dans un monde tel celui des Bisounours. Toutefois, face aux procédures automatisées, le ressenti des candidats est bel et bien là. Plus exacerbé que jamais en périodes sombres. Malheureusement, lorsque les candidatures ne sont pas envoyées via un formulaire en ligne, grand nombre d’entre elles demeurent sans aucun accusé de réception (mis à part peut-être dans certains cas, un AR de mail que le candidat aura demandé…). Alors certes, répondre aux postulants prend du temps et représente un coût certain ; certes les recruteurs n’avanceront jamais de raisons inavouables (quoique!) et tout le monde n’est pas capable d’entendre la critique, néanmoins, et notamment lorsque l’on cherche des talents, avoir un minimum d’attention envers celles et ceux qui s’intéressent à votre entreprise et sont prêts à travailler avec vous, me semble essentiel.

    Répondre systématiquement et de manière personnalisée aux chanceux reçus en entretien, même si c’est uniquement pour leur dire que « l’on a trouvé mieux » malgré leurs compétences et leur CV parfait, a le mérite d’éviter au candidat de remettre ses capacités professionnelles en question. Après tout, on ne peut pas plaire à tout le monde ! L’humain est ainsi fait… Etre totalement ignoré lorsque l’on a été reçu en entretien, n’a pas, pour le malheureux candidat, les mêmes résonances. L’ignorance est le pire des mépris. Le brouillard épais laissé suite à de telles pratiques peut parfois avoir des conséquences désastreuses…

  9. Raphaële, oui je vous ai taquinée en parlant de Bisounours! Ce terme fait toujours réagir ;o)

    Je vous trouve bien pessimiste cependant: je crois que les gens qui sont reçus en entretien ne sont jamais totalement ignorés, même si dans la grande majorité des cas ils ne reçoivent qu’une réponse stéréotypée, formulée de manière positive. Qu’on ne s’y trompe pas, ce n’est qu’une formule de politesse.

    Comme je l’ai dit, l’idéal serait d’obtenir un débriefing personnalisé pour chaque candidat reçu en entretien à la fin du parcours, mais encore faudrait-il que les raisons du refus soient avouables. Elles le sont parfois. Et dans ce cas, c’est souvent le recruteur qui prend l’initiative d’appeler le candidat pour expliquer le refus.

    En ce qui concerne la grande majorité des candidatures, celles qui ne vont pas jusqu’à l’entretien, comme elles sont lues et traitées par des robots, nous en sommes au stade du mail « accusé de réception », je vous l’accorde, pas toujours au rendez-vous pour les candidatures spontanées par email.

    D’ailleurs, ces candidatures spontanées par email n’étant généralement pas lues par un robot, mais triées par un humain dont le métier n’est pas de gérer des candidatures spontanées, on peut comprendre qu’elles soient tout simplement considérées comme « indésirables » et mises à la poubelle. Un DG qui reçoit plus de 100 emails par jour peut-il humainement tout traiter correctement? Dans les grosses structures, un « forward » vers la DRH est vraisemblable… mais dans les PME et ETI, comme la DRH est probablement déjà saturée, un appui sur « Suppr » est une réponse encore plus rapide.

    Je pense que si une forme de militantisme est nécessaire, il faut l’orienter vers : 1- le respect d’une charte de déontologie chez les recruteurs. Heureusement c’est déjà le cas avec les cabinets les plus prestigieux!
    et 2-le développement d’intelligence artificielle chez les robots trieurs, afin qu’en lieu et place d’un accusé de réception universel, chaque candidature puisse recevoir un retour personnalisé « votre candidature n’est pas recevable parce que ceci-cela… »
    Encore du boulot pour les informaticiens :o)

  10. Bonjour,

    Tout d’abord, je tiens à vous féliciter pour la qualité de ce post et vous remercier pour le temps que vous avez consacré à ce sujet qui me tient à cœur comme tout autre jeune cadre qui travaille dans le secteur privé.

    Tout entreprise qui se respecte doit prendre soin des candidats, tout simplement parce que sans ces ressources humaines, elle ne peut pas fonctionner.

    Un petit mot aux recruteurs… Vous étiez des candidats, vous aussi, avant de devenir des DRH ou des RRH. Considérez et respectez ce candidat en lui assurant un feedback.. Quel qu’il soit : positif ou négatif… Vous auriez certainement aimé/souhaité être traité de la même façon.

    Espérant que ce post change nos attitudes et comportements envers les autres.

    Merci encore une fois pour ce post.

    Sekkouri

  11. Bonjour,
    Je fais partie des recruteurs et j’ai très régulièrement le problème dans l’autre sens : des candidats mettent leur CV sur un site et ne se donnent pas la peine de répondre lorsqu’on les sollicite, y compris en laissant un message téléphonique sur leur répondeur… ne tapez pas sur les recruteurs, les êtres humains sont les mêmes partout, il est parfois difficile de dire qu’on n’est pas intéressé quelle que soit la position 🙂

  12. Bonjour Norma,
    Merci d’avoir partagé votre vision en tant que recruteur ! Il est toujours bon d’entendre les deux parties…
    En effet, de la même manière qu’un candidat aura une mauvaise image d’une entreprise ou d’un recruteur ne lui signifiant finalement que peu d’intérêt, un recruteur – notamment s’il s’agit d’un cabinet ou d’une agence d’intérim, par exemple – n’aura pas non plus une excellente image de ce candidat manquant de savoir-vivre. Il est même fort probable qu’il émette quelques réserves vis-à-vis de ses candidatures ultérieures. Tout comme un candidat aura quelques réticences à postuler de nouveau au sein d’une entreprise l’ayant ignoré…

  13. Bonjour Norma…

    J’espère bien que mon commentaire sur ce post n’était pas trop déplacé..

    L’objectif était seulement d’attirer l’attention des recruteurs sur un point très intéressant qui celui du feedback/communication… Ça permet de valoriser les candidats et leur donner confiance.

    Je réitère mes excuses au cas où mon commentaire vous aurait causé une gène.

    Cdlt
    Sekkouri
    SCM

  14. Votre article est très juste ET JE LE LIS AU MOMENT où je suis en train de vivre cela. Je me sens humiliée et dégoutée. J’ai 56 ans et je me dis qu’on ne peut pas manquer de respect à ce point. J’aimerais qu’on me dise quelque chose, même que je ne suis pas compétente. Ceux qui mettent en place ces systèmes n’ont aucune préoccupation pour l’humain. EN PLUS, on a l’impression d’être face à un mur. IL serait nécessaire qu’un débat sur ces pratiques s’instaure au grand jour.
    MERCI pour votre article !

  15. Oui cela devrait être une systématique même si le grand nombre demande du temps.
    Cela étant je dois dire qu’il est monnaie courante que certaines entreprises et de surcroit de très grands groupe dont je ne souhaite pas donner le nom (ils se reconnaitront peut-être) ne répondent jamais malgré 2 ou 3 relances alors même que leurs structures sont suffisamment dimmensionnées pour gérer les candidatures reçues.
    Je crois que certaines ressources humaines ne portent que le nom.
    C’est vrai quand on passe du mauvais côté et qu’on retrouve un job, on est certainement plus attentif .

  16. Oui cela devrait être une systématique même si le grand nombre de candidture demande du temps.
    Cela étant je dois dire qu’il est monnaie courante que certaines entreprises et de surcroit de très grands groupes dont je ne souhaite pas donner le nom (ils se reconnaitront peut-être) ne répondent jamais malgré 2 ou 3 relances alors même que leurs structures sont suffisamment dimmensionnées pour gérer les candidatures reçues.
    Je crois que certaines ressources humaines n’ent portent que le nom.
    C’est vrai quand on passe du mauvais côté et qu’on retrouve un job, on est certainement plus attentif .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.