Adopter un style de management adapté : fiches pratiques

Le choix du style de management est une question centrale dans l’animation des équipes. Découvrez notre sélection de fiches pratiques opérationnelles directement utilisables pour vous aider à savoir quel style adopter et comment le mettre en oeuvre.

Il y a 8 produits.

Element central de par sa position, le manager et (à fortiori le manager de proximité), doit faire preuve de beaucoup de souplesse pour s’adapter à son équipe et à la diversité des situations managériales. Un savoir-être aujourd’hui indispensable. Dans l’idéal il sait être directif lorsque la situation implique l’émergence d’un vrai chef qui guide ses troupes à travers une tempête. À l’inverse, il adopte un style de direction ouvert pour impliquer chaque collaborateur dans son équipe et l’accompagner pour l’aider à tirer le meilleur de lui-même. Cette posture prend également en compte l’individu, son vécu, son expérience, sa personnalité et ses compétences pour coller au mieux à ses spécificités. 

Cette capacité d'adaptabilité et de flexibilité trouve tout son sens dans ce qu’on nomme le management situationnel ou comment, pour un leader, développer sa capacité d’adaptation.

Les 4 styles de management

1 - Le management directif : traditionnellement ce style est celui alloué au chef ! C’est l’image de la verticalité hiérarchique, de celui qui dirige, qui délivre ses règles devant être suivies par ses  subordonnés sans rechigner. Cette forme de management autocratique et descendante possède un objectif premier qui est l’obtention des résultats. Un style de leadership autoritaire qui montre vite ses limites dans un environnement mouvant, mais peut être efficace dans les situations difficiles.

2 - Le management persuasif : ce type de management paternaliste introduit la prise en considération de l’avis des collaborateurs même si en final, c’est le manager qui tranche. 

3 - Le management délégatif (ou consultatif) : le poids des salariés devient ici plus important. Ils sont consultés lorsque des décisions importantes sont à prendre. Leurs suggestions ont un véritable poids. Encore faut-il savoir déléguer. 

4 - Le management participatif : forme la plus démocratique des modèles de management. Les collaborateurs sont hautement impliqués dans le pilotage de l’entreprise. Le manager n'a de cesse que de responsabiliser chaque membre de son équipe en encourageant la prise d'initiative.

Méthodes et outils

Il existe plusieurs outils pour éclairer le manager sur le style approprié.

La grille de blake et Mouton, un support intéressant pour diagnostiquer les éléments d’un contexte et adapter ainsi son mode management. Cet outil offre également une grille d’analyse lors d’un coaching de manager pour l’aider à prendre du recul et positionner son style, puis de le faire évoluer si nécessaire. Le principe réside dans une grille comprenant 9 valeurs pour chaque axe . Leur croisement  met en relief 5 styles prédominants de management selon le degré de préoccupation du manager ou du dirigeant pour les résultats versus son degré d'attention pour le facteur humain. 

Pour être cohérent, le manager doit faire sien d’un style de communication adapté. L’analyse transactionnelle apporte des outils pratiques pour s’adresser à ses collaborateurs en choisissant le bon message et la meilleure forme pour le délivrer.

Émergence de nouveaux modes de management émergent 

L’environnement incertain de notre époque pousse pour une entreprise plus agile, flexible. Or cette capacité d’adaptation ne peut exister qu’avec des collaborateurs impliqués qui au plus près des réalités du terrain ont les connaissances pour apporter des solutions sur mesure aux problématiques inscrites dans leur champ de compétence.

Pour libérer cette énergie, les modes de management à privilégier sont ceux qui procurent une grande autonomie aux équipes et promeuvent l’échange à travers le collaboratif et l’intelligence collective.

L’esprit d’équipe est indispensable pour assurer une cohésion du groupe.

Le concept de l’entreprise libérée va encore plus loin dans la responsabilisation des collaborateurs en instituant des rapports hiérarchiques totalement nouveaux : le système hiérarchique classique est remplacé par  une structure plate où les collaborateurs s'autodirigent .