Outils d'aide à la décision : connaître et utiliser

Maj le 26/08/2019 par Laurent GRANGER

Comment décider ? Les outils d'aide à la décision apportent un support méthodologique certain. Encore faut-il savoir les utiliser à bon escient. Cette publication présente les instruments essentiels à connaître pour faire le meilleur choix.

Comment choisir entre plusieurs options ? Le premier réflexe est de faire confiance à son intuition. Ce principe a pour avantage la facilité, mais se reposer totalement sur son ressenti présente des limites, d'autant qu'il existe de nombreux outils pour faciliter la prise de décision.

D'une manière générale, ils se classent dans plusieurs catégories selon leur finalité : analyser une problématique, rechercher les causes à l'origine de la situation, trouver les solutions possibles, hiérarchiser les meilleures options, choisir la solution la plus adaptée. Pour la majorité d'entre eux, ils sont également utilisés  pour résoudre un problème . Constat logique puisque prendre une décision,  c'est se positionner par rapport à une problématique : comprendre le contexte du sujet, identifier l'ensemble des éléments d'entrée et au final choisir la meilleure option. 

 

Les outils pour décider

Outils pour décider

Parmi la palette d'outils à disposition des managers et chefs de projet, voici 5 instruments particulièrement dédiés à la prise de décision :

L'arbre de décision

Représenté sous la forme d'un arbre, cet outil sert à sélectionner une solution parmi plusieurs. Il est facile à mettre en oeuvre. Les différentes options sont directement visibles sur le graphique. Chacune d'elles donne lieu à de nouvelles options. Ces déclinaisons forment les différentes branches de l'arbre. En parcourant ces branches, les scénarios possibles apparaissent clairement.

Arbre de décision

Autre intérêt de cet outil : il est possible d'intégrer le chiffrage de chaque option avec des hypothèses hautes et basses. Des critères de décision bienvenus pour appuyer un choix.

Voir la  fiche méthode sur l'arbre de décision  pour davantage de détails

La matrice de décision

Elle repose sur la sélection, la notation et la pondération de critères de choix. La matrice de décision facilite l'appréciation de facteurs clés pour arrêter une décision.

Exemple : pour sélectionner un fournisseur, quels critères retenir ? Le prix ? La fiabilité de livraison ? La rapidité de livraison... Ce qui compte est le poids qu'ils représentent chacun par rapport aux autres. La force de cet outil est de pondérer la notation sur chaque facteur pour obtenir une note globale. Et au final un classement basé sur le total des évaluations pondérées. 

Exemple de matrice de décision

Voir la  fiche méthode concernant la matrice de décision - voir aussi la méthode du vote pondéré par capital de points, un outil simple et facile à utiliser pour décider en groupe.

La loi de Pareto ou 20/80

Plusieurs chercheurs, dont l'économiste italien Vilfredo Pareto, ont constaté que très fréquemment, 20% d'un ensemble de données représentait 80% des impacts observés. C'est la fameuse loi des 20/80.

Cette loi est utilisable dans de nombreux domaines et apporte une aide précieuse dans la prise de décision. En effet, elle facilite l'identification des options qui ont le plus d'impact. Les fameux 20%. 

Loi pareto 20-80

Voir également la méthode ABC, reprenant les mêmes fondements que les 20/80 en subdivisant, par ailleurs les 80% restant en 2 classes B et C.

Voir la  fiche méthode sur les 20/80

La matrice d'Eisenhower

Dans le domaine de l’organisation personnelle, la matrice d'Eisenhower est un outil de base. Cette méthode permet de classer les tâches au sein d'une matrice constituée de 2 axes : importance et urgence. 4 quadrants sont ainsi formés :

  • Quadrant 1 : les tâches importantes et urgentes,
  • Quadrant 2 : les tâches importantes, mais non urgentes,
  • Quadrant 3 : les tâches non importantes, mais urgentes,
  • Quadrant 4 : Les tâches non importantes et non urgentes.

Eisenhower min Utilisable pour sa propre productivité, la matrice d'Eisenhower a toute son utilité pour des décisions collectives.

Exemple : en conclusion d'un atelier de travail dont le but est de décider quelles actions entreprendre en priorité. Le groupe classe l'ensemble des actions suivant leur importance et leur urgence. Puis les reporte sur la matrice. La lecture de la matrice offre alors une lecture directe des priorités à travers les 4 quadrants.

Sa facilité de mise en oeuvre est un atout. 

Voir la  fiche méthode sur la matrice d'Eisenhower 

Les méthodes quantitatives d'aide à la décision

En dehors des outils d'analyse présentés plus haut, avec leurs modèles et leurs indicateurs, les statistiques apportent une aide bien utile pour décider .

Elles permettent de structurer, synthétiser, modéliser, mettre en relief des données pour construire une information pertinente. Une aide précieuse pour appuyer une décision.

A l'heure du big data, les statistiques deviennent incontournables pour donner du sens aux mines de données.

Statistiques descriptives, Tests d'hypothèses, Régression et Corrélation, méthodes de prévision...  Pour en savoir plus et peut-être revoir les bases, nous vous invitons à consulter les cours de l'Ecole de Management de Grenoble (voir le lien plus bas).

La présentation des données

La forme est un élément à ne pas négliger. Support de l'information, la présentation joue un rôle important dans la prise de décision. L'utilisation du type de graphique adapté, le choix des échelles, des couleurs, etc. facilite la lecture, la compréhension, la visualisation des différences, le degré d'importance des données présentées.

Pour un maximum d'efficacité, il est conseillé d'apporter une attention particulière à la construction des tableaux de bord : conviviaux, synthétiques, opérationnels et orientés décision.

Et les méthodes de décisions...

Utilisées également pour la résolution de problème, il s'agit de processus complets qui mènent à la prise de décision. Parmi ces outils, la méthode ABCDE est particulièrement bien adaptée à la prise de décision :

La démarche repose sur 5 phases chronologiques, débutant par l'appréciation de la situation jusqu'à l'évaluation des résultats produits par la solution appliquée.

  1. A - Assess  (Apprécier, évaluer) 
  2. B - Brainstorm (Lister les options)
  3. C - Choose  (Choisir) 
  4. D - Decide  (Décider) 
  5. E - Evaluate  (Evaluer) 

Ce processus s’apparente à un guide méthodologique simple à mettre en oeuvre et efficace pour aboutir à des solutions pertinentes.

   Voir la fiche méthode sur  la démarche ABCDE

Les ressources accessibles sur notre site

Diagramme des champs de force de Lewin pour mieux appréhender le changement Comment décider dans l’urgence ?

Retrouvez notre modèle simple pour rédiger un cahier des charges, voir l'exemple.

A consulter aussi

Cours

Cours de méthodes quantitatives d'aide à la décision

Ensemble de cours à télécharger (dont certains accessibles en vidéo) : ordonnancement, programmation linéaire, statistique descriptive élémentaire, lois usuelles - échantillonnage, estimation, tests d'hypothèses, régression et corrélation, séries chronologiques et méthodes de prévision...

Grenoble Ecole de Management


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :