Approche agile : une opportunité pour arriver plus vite à un résultat de plus haute qualité

Maj le 03/03/2019 par Jean-Louis ROGE

La démarche agile est très à la mode. On en parle de plus en plus. Pour certains, elle représente la solution miracle pour mener à bien tous les projets. Mais malheureusement, tout n’est pas si simple : voyons très concrètement ce qui peut nous apporter des résultats avec cette approche.

agilite projets

Les principes agiles qui peuvent vraiment nous aider

L’origine de la démarche agile, telle qu’on la connait aujourd’hui vient du monde du développement logiciel et se base tout d’abord sur un changement radical de vision du management des projets par rapport à la démarche classique.

On passe d’une approche séquentielle, connue également comme « modèle en cascade » :

JLR0 

À une nouvelle approche itérative et collaborative : 

  JLR3

Cela signifie que l'on passe de réaliser un même projet en un seul cycle à l’aborder en plusieurs itérations. Celles-ci se réalisent en étroite collaboration avec le client et produisent toujours des résultats, adaptés à chaque moment du projet.

On vient d’énoncer tous les éléments qui vont nous aider à gagner en performance et qualité, voyons-les plus en détail :

  • Approche itérative : on ne se soucie pas de tout vouloir définir et résoudre au début du projet. On le décompose en modules qui peuvent être abordés séparément. L’exécution du projet n’est que le traitement itératif de ces parties.
  • Livraison rapide : en appliquant la démarche que l’on vient de décrire, des résultats apparaîtront rapidement. À nous de prioriser le traitement des modules qui peuvent donner les livrables les plus attendus par nos clients.
  • Réduction des étapes non productives et peu utiles : les études, réunions, analyses, élaborations de documentation qui ne sont pas strictement nécessaires sont à éviter. On verra par la suite où concentrer les efforts.
  • Utilisation du savoir-faire métier : la collaboration entre l’équipe projet et le client est cruciale, mais attention : il faut savoir choisir les bons interlocuteurs côté client. Les décideurs ne sont pas toujours ceux qui connaissent dans le détail l’environnement du projet. Il vaut mieux donner la place aux « profils métiers », c’est-à-dire aux personnes qui détiennent l’expertise du domaine traité. Dans cette démarche, il est important de se donner le temps de mettre en place des mesures efficaces afin de passer l’information correctement à l’équipe projet.
  • Adaptation au changement  : communiquer très souvent une information de qualité fait que les acteurs du projet sont en phase avec les besoins réels du client. La démarche itérative permet de traduire rapidement les nécessités en résultats adaptés.
  • Utilisation des meilleures méthodes de conception et des nouvelles techniques : les outils, méthodes de conception et techniques évoluent constamment. Utiliser leurs dernières mises à jour donne une réelle valeur ajoutée au projet.

Maintenant qu’on en sait un peu plus sur les principes de l’approche agile qui nous intéressent, regardons les résultats concrets qu’ils nous apportent.

Objectif numéro 1 : assurer la performance

Les trois premiers éléments décrits ci-dessus (approche itérative, livraison rapide, réduction des étapes non productives et peu utiles) peuvent améliorer très clairement la performance.

L’itération au sens agile, est en effet une courte période de temps de quelques semaines au maximum. Finies les longues étapes d’analyse des besoins, de conception, d’élaboration et validation des plannings propres aux méthodes des projets classiques.

Chaque cycle a des étapes de très courte durée où l’on essaye de réaliser le plus efficacement possible des tâches définies. Le gain en temps d’exécution est donc indiscutable.

De plus, chaque itération doit se terminer par une livraison selon les principes agiles : un résultat est ainsi au rendez-vous après quelques semaines dans le pire des cas.

On est bien loin des projets interminables, orientés processus et outils, qui ne produisent jamais rien !

Faire simple et ne réaliser que ce qui est strictement nécessaire est un autre principe à retenir. En effet, le temps non consacré à des tâches peu ou pas du tout productives, nous fait gagner en performance.

Un exemple très clair est la réduction au strict minimum des réunions projets avec tous les acteurs, qui sont généralement trop longues et peu concrètes. On privilégie alors la conversation en face à face de courte durée pour traiter des thèmes spécifiques.

Objectif numéro 2 : atteindre une qualité optimale

On revient sur la liste des éléments de l’approche agile que l'on a retenus pour leur utilité et on remarque qu’il y en a au moins trois qui peuvent nous apporter beaucoup d’un point de vue qualité.

Le savoir-faire métier, par exemple, permet d’adapter très précisément la solution aux spécificités du domaine du projet. Cela signifie que le résultat répondra probablement mieux aux attentes des demandeurs.

Par ailleurs, le temps qui passe peut changer la donne dans certains secteurs d’activité comme le financier ou les nouvelles technologies. Cette possibilité est monnaie courante !

Ainsi, la qualité dans le scénario décrit ci-dessus passe par une adaptation permanente dans le but d'éviter un non-alignement avec les besoins du moment. L’élément agile « adaptation au changement » est bien présent pour répondre à cette nécessité.

Enfin, être prêt à utiliser les dernières méthodes de conception et les nouvelles techniques a une répercussion directe sur les livrables. Ils bénéficient bien évidemment de ce principe agile en termes de qualité.

Conclusion

L’agilité peut être une très bonne alternative dans la gestion de projet, surtout s'il s'agit de gagner en qualité et en temps d’exécution. Bien sûr, il faut savoir appliquer les principes agiles qui peuvent donner les meilleurs résultats au bon moment.

Je vous ai donné un petit aperçu de comment s’y prendre. C'est désormais à vous de constater leur efficacité !

Un dernier conseil : si vous voulez que la « magie agile » opère, essayez de faire connaitre cette approche à tous les acteurs pour qu’ils puissent comprendre la grande opportunité que cette nouvelle vision du management de projet peut représenter et pour qu’ils vous aident à la saisir.

 

JL Roge

Auteur - Jean-Louis ROGE -        

Jean-Louis est Ingénieur informatique, Directeur des services d'informations (DSI).

Il a été PCO (contrôleur de projet), responsable de la planification, de la mise à jour et du contrôle de projets pendant plus de 20 ans dans différents secteurs d’activités tels que les télécoms, la grande distribution et le service public.


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !