Le Changement, éviter les pièges pour obtenir des résultats

Maj le 01/04/2017 par Jean-Michel FOURNIER

changement

Le changement… Voilà bien un terme qui peut s’enorgueillir d’être devenu au fil du temps le sujet de bon nombre d’ouvrages, débats, essais et enseignements, voire même de slogans !

Le sujet traité ici porte sur le changement initié dans les processus d’apprentissage (formation, mentoring) ou d’accompagnement individuel ou collectif (coaching individuel ou d’équipes).

La baguette magique n’existe pas !

Au risque de jouer les rabats joie, il n’existe pas de baguette magique qui permettrait à l’être humain de changer aussi vite et facilement qu’il le souhaiterait dans certains cas. Changer pour éviter de reproduire une habitude inadaptée ou changer pour atteindre un but. Changer une façon de voir les choses, un comportement, une manière de réagir, l’expression d’une émotion, changer pour conduire une tâche différemment, pour maîtriser ses peurs : quel que soit le motif, changer reste un exercice difficile, tant au niveau individuel que collectif.

A l’âge adulte, nous possédons une sorte de programme mental. Il s’écrit à partir de l’enfance, au gré des expériences relationnelles, émotionnelles et sur la base du patrimoine généalogique ; il traite les informations reçues et génère des réactions psychiques, comportementales, émotionnelles et/ou physiologiques. Il est comme un algorithme qui concatène en une fraction de seconde et de façon inconsciente une multitude de paramètres.

Ce programme se révèle notamment à travers le caractère itératif des modes de fonctionnement qu’il génère. Nous sommes pleins d’habitudes et pouvons constater la répétition de nos comportements, de nos modes de pensées, de nos expressions émotionnelles.

Le changement, c’est possible !

Ouf ! Le programme n’est pas figé ! L’algorithme peut être adapté ! Nous entendons de plus en plus parler de plasticité neuronale : cette capacité à créer, défaire ou réorganiser les réseaux de neurones et leurs connexions. Cette plasticité est un véritable cadeau : elle permet d’apprendre, de nous adapter et de changer.

Un processus de changement chez l’adulte, c’est un peu comme un processus de rééducation.

A l’instar du kinésithérapeute qui accompagne un patient à s’adapter à un nouvel état physique, le coach ou le formateur guide une sorte de rééducation mentale.

Dans le domaine de la kinésithérapie, l’évolution qui accompagne le changement est plutôt manifeste. Le processus génératif peut plus ou moins être expliqué. La compréhension des mécaniques du corps est plutôt accessible. Si un kinésithérapeute peut expliquer que tel exercice va permettre de développer tels muscles et vise tel résultat, il est encore peu probable de rencontrer un professionnel du changement capable d’expliquer que la démarche qu’il propose va permettre de débrancher tels neurones et de connecter tels autres. L’espèce d’opacité avec laquelle le changement s’opère peut engendrer une forme de scepticisme à l’égard des démarches possibles ou une sorte d’attentisme passif de la part des candidats au changement, comme si un miracle pouvait se produire.

Malgré les avancées spectaculaires, notamment dans le domaine des neurosciences, malgré le nombre croissant de méthodes et de techniques développées, leur diffusion en masse et l’engouement qu’elles suscitent, les professionnels et les candidats au changement doivent savoir garder raison. Toute démarche de changement nécessite de la motivation et de l’implication personnelle.

Le changement, un escalier dont la progression se fait marche après marche

La motivation de ceux qui s’apprêtent à suivre une démarche de changement en vue d’atteindre un but est une condition sine qua non. L’évaluation de cette motivation est un pré-requis. Elle conduit éventuellement à définir des étapes intermédiaires qui permettront d’atténuer d’éventuels freins au changement ou même lever des points bloquants.

Cette motivation devra être suffisamment importante tout au long du processus pour soutenir l’implication personnelle, la pugnacité et la rigueur dont il faudra faire preuve pour franchir les étapes jusqu’à l’objectif fixé.

A l’issue de la lecture de cet article, tentez de faire une expérience : apprenez à écrire de la main gauche si vous être droitier et inversement si vous êtes gaucher. Posez-vous les questions suivantes : « si je ne trouve pas une bonne motivation à tenter cette expérience, vais-je vraiment pouvoir m’astreindre à réaliser les exercices d’écriture aussi longtemps qu’il le faudra ? » « Aurai-je la volonté de pratiquer des exercices d’entrainement tous les jours ? » « Quelle sera la force qui m’empêchera de reprendre la main avec laquelle j’ai l’habitude d’écrire, de retourner dans ma zone de confort ? » « Dans quelle mesure une aide externe pourrait-elle m’être utile ? »

Formateur/le coach, un rôle de facilitateur

La mission du coach/formateur consiste à optimiser l’effort à consentir en matière d’énergie et de temps. C’est-à-dire concevoir un processus, mettre en œuvre des méthodes et des techniques qui facilitent le changement et soutiennent la motivation des prétendants tout au long de la démarche. C’est une aide précieuse qui contribue au succès, mais qui ne fait pas tout. Il ne peut pas faire à la place de ceux qu’il accompagne les efforts de mémorisation éventuels, de compréhension, d’entrainement, de pugnacité. Or, de ces efforts dépend également la réussite.

Prendre conscience de ce qu’implique la volonté de changer ou d’apprendre, du rôle de ceux qui suivent la démarche et des professionnels qui l’accompagnent, permet d’éviter des déboires en définissant les mesures adaptées et d’obtenir des résultats. Il ne s’agit pas de renoncer, mais d’ajuster aux réalités du contexte les objectifs et les moyens pour les atteindre.

JM Fournier Voir ses publications

Auteur - Jean-Michel FOURNIER -        

Jean-Michel accompagne les entreprises en agissant sur les 3 piliers clés de la performance : Compétences, Motivation, Agilité. Son champ d’intervention couvre le Coaching individuel, le Coaching d’équipe, l'Ingénierie de formation, les Formations des dirigeants, managers et chefs de projet.

Jean-Michel se positionne comme facilitateur pour lever les freins, faire émerger les solutions et obtenir les résultats attendus.

Visiter son site WakeUp conseil

Voir son profil Linkedin

Cet article est référencé dans : Comment piloter le changement ?


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !