Pecha Kucha : présentez votre idée en 6min 40s

Maj le 01/12/2018 par Raphaële GRANGER

Le "Pecha Kucha" - "bavardage" en Japonais - est une forme de pitch : il permet de présenter efficacement une idée, un projet, un produit, etc. dans un laps de temps très limité et clairement défini : 6min 40s.

C'est un fait : il est difficile de convaincre rapidement un auditoire . Qui plus est lorsqu'il s'agit d'un parterre d'investisseurs rompus aux présentations en tous genres... Or, pour vendre, que ce soit un projet, une idée, une entreprise ou encore un nouveau produit ou service, il est primordial de le présenter efficacement. 

Exit les Powerpoint à rallonges où l'auditoire décroche très rapidement parce que noyé dans les illustrations, effets de transition et détails souvent bien trop nombreux !

Vive le Pechakucha qui est une façon originale et efficace de présenter un projet, une idée, un nouveau produit/service et de capter et retenir l'attention de l'auditoire , si tant est que l'orateur maîtrise tous les aspects de la méthodologie.

 

Présentation de la méthode

Egalement nommée technique du 20*20, la méthode Pecha Kucha repose sur une présentation orale alliée à la projection de 20 images - ou diapositives - de 20 secondes chacune (c'est-à-dire une intervention de très exactement 6 minutes et 40 secondes). 

Pensée par deux architectes installés au Japon - Astrid Klein et Mark Dytham - exaspérés de perdre leur temps dans des réunions qui s'éternisaient et ne débouchaient pas sur grand-chose de concret, cette méthodologie se veut créative, dynamique et pleine de peps. Ce qui demande toutefois un certain nombre de compétences pour celui/celle qui veut se l'approprier...

Les caractéristiques du Pechakucha :

Concrètement, une présentation en mode Pecha Kucha est un cocktail où se mélangent :

  • créativité : graphisme, visuels et couleurs travaillés,
  • peps et dynamisme : rythme, émotions et positivité, 
  • concision : des mots clés qui parlent au public présent (ni longs textes, ni multiples détails, ni jargon incompréhensible),
  • automatisation : les diapositives défilent de manière automatisée sans intervention et de préférence sans effets de transition.

Qualités requises pour une présentation en mode Pecha kucha :

Malgré un aspect relativement simple, ce type de pitch est somme toute assez subtil, car il requiert un minimum de compétences clés non seulement en matière d'art oratoire, mais également en termes de graphisme pour un rendu visuellement accrocheur et dynamique. Le présentateur devra notamment posséder les qualités suivantes :

  • esprit de synthèse : pour structurer intelligemment son intervention afin de présenter son projet ou son idée de manière claire, succincte, mais surtout compréhensible et captivante. 
  • communication orale : à l'aise en public , excellente élocution, maîtrise de l'art oratoire et de la communication non verbale
  • graphisme : des visuels réfléchis, originaux, percutants, illustrant parfaitement les propos.

Objectifs et avantages

Ce type de pitch  peut s'avérer fort intéressant à diverses occasions :

  • présenter un nouveau produit à un client,
  • présenter une idée/innovation,
  • présenter son projet d'entreprise à un parterre d'investisseurs,
  • capter rapidement l'attention de son auditoire et laisser une bonne impression,

pecha kucha min2 

Comment faire ?

Plus que jamais, vous allez devoir passer du temps sur la préparation de votre présentation. En effet, tout étant automatisé, non seulement il vous faut être clair et concis, mais vous devez caler votre intervention à la seconde près. Les retours en arrière en cas de dépassement sur une diapositive ne sont pas possibles.

Préparation

20 slides - 20 points clés

Partie essentielle : structurer votre discours. Vous pouvez tout d'abord, par exemple, noter sur 20 post-its (qui représentent vos 20 diapos) les points principaux de votre présentation : 1 idée et quelques mots clés. Il vous faut rester clair et concis. 20 secondes, c'est court. Cela représente un discours d'une cinquantaine de mots à un rythme de parole normal. Aussi, n'hésitez pas à enlever tout ce qui n'est pas essentiel ou encore tout jargon non adapté à votre public. 

La première diapo peut servir de rapide introduction . Soignez son contenu (tant visuel qu'oral) : c'est le moment de capter dès la première seconde l'attention de votre auditoire. Sans toutefois tout dévoiler ! N'oubliez pas que vous devrez maintenir l'attention de votre public jusqu'au vingtième slide. 

Vous pouvez, notamment, vous appuyer sur une présentation de type "storytelling" , très efficace pour captiver un auditoire qui sera plus enclin à s'identifier - et donc avide de connaître la suite... et la fin de votre histoire !

Illustrez vos diapos : les images parlent souvent bien plus que les mots. N'en faites pas trop : un visuel par slide est un bon compromis. Usez d'illustrations qui renforcent ce que vous dites (soit métaphoriquement, soit de manière à surprendre votre public - contre-pied, premier degré, humour, etc.).

Piquez la curiosité de vos interlocuteurs : 1 visuel et 2 ou 3 mots clés feront l'affaire. 

Votre tout dernier slide sera votre conclusion. 

Entrainement

Présenter en mode Pechakucha n'est pas inné et ne se maîtrise pas du jour au lendemain. Il est nécessaire de pratiquer et pratiquer encore avant de parfaitement dominer cet art. De cet entrainement dépend le succès de vos présentations. Recherchez ce qui se fait en la matière, inspirez-vous, faites ressortir votre personnalité, présentez devant un auditoire "test" ou devant votre miroir ou votre caméra (excellent pour repérer les tics de langage et autres parasites du discours afin de se corriger). Entraînez-vous jusqu'à être totalement à l'aise avec votre présentation.

Cela vous aidera également à évacuer une bonne dose de stress quant au jour J.

Jour J

Respirez

Avant d'entrer en scène, prenez quelques grandes respirations complètes afin de ne garder que le bon trac , essentiel au dynamisme.

Présentez-vous

Avant de plonger dans le vif du sujet, captez l'attention de votre auditoire en racontant très brièvement qui vous êtes et pourquoi vous êtes là.

Déroulez votre présentation

Votre présentation étant projetée automatiquement, il est essentiel de garder un œil sur les slides qui défilent afin de garder le bon rythme. 

En cas de trou noir, pas de panique, vos slides contiennent les mots clés qui doivent vous permettre de reconnecter rapidement et aisément au fil de votre intervention.

Veillez à ne pas vous laisser envahir par le stress qui génère une augmentation du débit verbal. Si toutefois vous vous laissiez entraîner dans cette course à la fin de présentation, respirez et ralentissez le rythme sur le slide suivant de façon à recaler rapidement votre discours sur les diapositives pour ne pas perdre votre auditoire.

Concluez

Votre dernier slide peut servir de conclusion. Attention toutefois à ne pas terminer votre intervention trop brutalement et partir sitôt le dernier slide passé ! Les dernières secondes comptent tout autant que les premières en matière de mémorisation et d'intérêt de la part d'un auditoire. 

Surprenez vos interlocuteurs afin de laisser une trace positive et captivante dans leur esprit. 

Observez et écoutez

A votre tour de regarder votre public avec attention : ses réactions vous donneront quelques indications quant à l'attention que votre présentation a suscitée. Espérez quelques questions : c'est une preuve d'intérêt !

Remerciez et saluez

Ici aussi, il est question de laisser une bonne impression : vous montrez ainsi que vous ne fuyez pas. Soyez bref, mais efficace !

Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

  • Gravatar for Jean Besançon

    Jean Besançon 09/11/2018 15:09

    Très intéressant, nous allons tester cette méthode pour nos présentations en interne et ensuite le grand bain ! Merci à Manager GO !