3 clés pour mieux communiquer ses idées

Publié le 05/12/2014 - Mis à jour le 15/09/2017
convaincre4

« L’homme qui a des idées et qui ne sait pas les communiquer, n’est pas plus avancé que celui qui n’en a pas. »

Platon.

Combien de fois avez vous été confronté à cette situation : l’idée de génie qui aurait pu révolutionner l’entreprise, ou le service, mais en face, un public absorbé par les smartphones, s’endormant après une pause repas copieuse ou simplement hésitant à vos propositions parce qu’enfin on le sait tous : « c’était mieux avant » ?

Se pose alors cette question : Comment défendre ses idées efficacement ?

Des bouquins entiers ne suffiraient pas à aborder toutes les clés pour être efficace. Mais si je devais n’en choisir que 3, je garderais celles-ci...

La forme au service du fond

Lorsque je travaille à ce sujet avec des participants, je constate invariablement le même phénomène : lorsqu’ils ont à mobiliser sur un sujet, tous passent le temps de préparation imparti à élaborer leur discours autour de « Qu’est-ce que je vais dire », plutôt que « Comment » je vais le dire.

L’équation de Merhabian nous apprend que lorsque l’on observe quelqu’un communiquer, si l’on ressent une ambiguïté, notre attention est retenue à 7% par les mots, 38% par la voix, et 55% par le non verbal.

Une première interprétation serait ainsi de dire que « peu importe le fond tant que je le présente bien ». Je préciserais donc une loi importante de la communication : « on peut tromper une fois mille personnes ; on ne peut pas tromper mille fois une personne » (les connaisseurs retrouveront facilement la référence*).

L’autre interprétation, plus glorieuse, est que comme en marketing, si vous voulez que le fond soit entendu, la forme compte. Comment introduire le sujet pour capter l’attention dans les premières secondes ? Ouvrir sur une citation ou une question interpellante peuvent-être de bons moyens.

Comment gérer son trac afin de donner le meilleur de soi même ? A ce sujet, la respiration est une clé de voûte de la communication qui impacte aussi bien sur notre non verbal, notre voix, et notre capacité à raisonner en oxygénant le cerveau.

Bref, dans votre préparation du sujet, réfléchir au comment et se centrer sur soi, est une première façon de capter efficacement l’attention et de développer votre impact de communication.

Oser dire ses convictions

L’une des attentes majeures lors de ces formations est « Comment adapter son discours à son auditoire ? ». Bon courage lorsque cet auditoire dépasse les 10 participants….

A trop se centrer sur les participants, l’orateur oublie parfois le « Pourquoi lui-même croit à cette idée ». En dehors du monde merveilleux de Oui-Oui, bon nombre des décisions en entreprise ne sont pas les meilleures décisions, mais les moins mauvaises. L’une des clés de l’adhésion à une idée, c’est que celui qui porte le message démontre sa conviction. Parler de soi, de son histoire, de ses ressentis… bref, parler avec ses tripes, est souvent le meilleur vecteur.

Fi de la fausse modestie, parlez vrai ! Et si vous avez des doutes, des craintes, partagez-les aussi, et demandez des suggestions. Vous n’en serez que plus crédible.

Viser juste et être fainéant

Ok... Il n’est pas possible de cibler toujours ses arguments en fonction de toutes les personnes de son auditoire… Mais quand même ! Bien souvent, je vois passer en entreprise LE Powerpoint de présentation du projet. Ce même powerpoint qui sert pour tous les services, pour toutes les réunions. Par souci de convaincre à tout prix, toutes les idées et tous les arguments y sont repris et l’ensemble des étapes de la mise en œuvre du projet sont détaillées. Bref, 52 slides pour une seule idée….

Quelques citations sur le bienfait de l’argumentaire

« Donnez aux hommes un pourquoi, ils trouveront tous les comment »

Afin de faire adhérer, passez du temps sur les bénéfices, plus que sur le déploiement. Si les personnes ne voient pas leur intérêt, ils interpréteront tout changement comme une contrainte.

« Un argument, c’est comme une cartouche : ça ne sert qu’une seule fois »

Rien ne sert de tout dire, le principal étant de bien cibler si possible.

Plutôt que de livrer tous les arguments de votre projet, quels sont les 3 qui toucheront votre auditoire ? Si ce sont des financiers, des utilisateurs, des clients ou le service informatique en charge du déploiement, ils ne seront pas sensibles aux mêmes points. De plus, si vous en dites trop, l’argument clé risque de se noyer dans la masse.

L’idéal étant donc de ne citer que 3 points clés et de prendre le temps de bien les détailler. Ainsi, si après votre présentation, il reste des objections, les arguments que vous n’avez pas évoqués peuvent vous permettre d’y répondre et de finir de convaincre.

Alors respirez un grand coup, lancez-vous avec vos tripes et centrez-vous sur l’instant présent. Et n’oubliez pas de prendre du plaisir… c’est communicatif ;-)

* les nuls : la cité de la peur

 

A propos de l'auteur


e rolland sEric ROLLAND 

Eric est consultant en ressources humaines ( Coaching, formation, Bilans de compétences, Evaluation ), passionné de RH et amateur de web.

Son blog : le blog de Tremplin RH

Ses contributions  sur Manager GO! 


Vous souhaitez devenir auteur sur notre site et partager votre expérience/expertise sur notre Mag'? Contactez-nous !


Une réaction peut-être ?

Commentaires

  • Gravatar for Xolali

    Xolali 26/02/2015 07:28

    Bonjour Eric,

    Merci pour ce nouvel article !
    7% des gens sont attentifs à la voix ! C'est dingue.
    Pour les powerpoint, je suis tout à fait d'accord avec vous. Rien ne sert d'en faire des tonnes pour ne parler que d'une chose simple explicable en 2-3 slides.

    Le langage corporelle a une très grande importance également.
    Dommage, j'aurais bien aimé lire plus sur la posture en communication.

    Peut être pour un autre article ;-)

(Re)lire les derniers numéros

Le mag du manager

Soyez alerté des nouveautés (2 fois par semaine maxi)

Le mag du manager

+ les nouveaux thèmes, fiches méthodes...

Voir un exemple