La bienveillance au service de la performance et de la motivation

Publié le 10/03/2016 - Mis à jour le 22/03/2017
give receive

Le management bienveillant semble avoir le vent en poupe, en tous cas intellectuellement. En effet, c’est un sujet qui n’a jamais été autant abordé et aussi peu appliqué. Il suffit de voir le désengagement des salariés et parfois même la souffrance au travail pour en être convaincu.

Pour ma part, et après 25 années d’observation et différents postes de management, la bienveillance dans le management est un engagement et une notion exigeante.

Responsabilité, intelligence émotionnelle et vigilance

Concernant la responsabilité, un dirigeant, un manager doit se sentir suffisamment responsable de sa vision et de sa stratégie pour la faire partager par ses équipes. Autrement dit, il doit y avoir une volonté de départ d’intégrer l’ensemble de son staff et de l’embarquer avec lui dans la stratégie. Une fois cette étape passée, il convient alors de donner à ses équipes les moyens de mettre en œuvre le plan de route et s’assurer qu’il est véritablement mis en œuvre. Autrement dit, donner à ses collaborateurs les moyens d’être responsables et comptables de la mise en œuvre. C’est donc non seulement montrer qu’il y a un pilote dans l’avion, mais également s’assurer que ses passagers voyagent dans les meilleures conditions possibles et qu’ils respecteront les consignes de sécurité.

Le manager doit pour cela permettre à ses collaborateurs d’être motivés - donc leur donner la possibilité d’être autonomes dans leurs tâches, écoutés - leur permettre de se sentir à la bonne place avec cette notion de « flow », cet état où le salarié se rend compte que l’activité et la récompense sont la même chose, et que le rapport entre ce qu’il peut faire et ce qu’il fait est parfait - d’où une satisfaction immédiate. C’est également apporter à ses équipiers la possibilité de développer leurs compétences et enfin leur permettre de donner un sens à ce qu’ils font. Le sens, cette notion qui fait que chacun d’entre nous - équipier ou manager - sait qu’il fait partie de quelque chose de plus grand que lui, un ensemble basé sur une ou des valeurs qui vibrent à l’intérieur de lui. Dès lors, quelque soit son niveau dans la hiérarchie, il sait pourquoi il se lève chaque matin pour aller travailler.

La responsabilité requiert de la présence et de l’engagement, surtout dans les périodes de crise ou de transformation. Oui les transformations sont des situations où il est encore plus important d’être bienveillant !

C’est en ces périodes de changements qu'il est essentiel pour un dirigeant/manager d'avoir le courage d’informer ses équipes des enjeux, des raisons du changement, des véritables motifs, détaillés, avec les perspectives, le plan d'accompagnement et de remotiver ses troupes, dont il a finalement besoin pour effectuer la transformation prévue.

La bienveillance, c’est la responsabilité, le partage d’information et la mise à disposition des moyens de la performance et de la motivation.

Toutefois, il est primordial d’intégrer à la responsabilité, à l’alignement du dirigeant et des équipes, la véritable connexion : celle qui parle d’empathie et de relations humaines, deux notions fondamentales de l’intelligence émotionnelle sociale.

Quelques exemples : qui n’a pas entendu parler de ces super génies de la technique faisant des étincelles à leur poste et qui, une fois promus à des échelons supérieurs, deviennent limités, car le génie réside alors dans la gestion du rapport avec les gens ? Ou encore ces dirigeants qui se voient débarqués en période de crise, car leur absence d’empathie et de relation à l’autre devient alors apparente et inacceptable ? Enfin, plus simplement, quid du bombardement de mails à un collaborateur assis dans le bureau d’à côté et que l’on croise sans cesse dans le couloir ?

Dans un monde techniquement supraconnecté, être bienveillant, c'est être convaincu que la connexion humaine, le respect de l’autre et cette conscience de chaque équipier connecté à l’autre est un ticket gagnant, bien plus performant que soi en tant que dirigeant/manager. C’est vivre l’expérience d’un manager humainement connecté à ses collaborateurs et qui vit un voyage à retombées multiples : performance, jeu, plaisir, bonheur. 

L’épanouissement démarre avec la motivation, mais il est décuplé dans le collectif, quand l’esprit d’équipe et le plaisir s’invitent à la table, quand il devient évident que la réponse à une question posée individuellement puis collectivement, est toujours meilleure dans la seconde configuration.

Etre bienveillant, c’est voir se développer de véritables relations humaines, une part de jeu dans cet esprit d’équipe. Et c’est alors le plaisir et non loin du plaisir le bonheur au travail qui apparaissent... Être heureux au travail est pour ma part le meilleur résultat possible du management bienveillant. Et si donner le terrain de jeu peut relever au départ du top management, c’est à chaque niveau de leadership que peut se développer l’intelligence émotionnelle.

Nous venons d’énoncer les ingrédients majeurs du management bienveillant ; qu’il suffise d’ajouter que la vigilance reste de mise. Chaque entreprise, chaque organisation, est une entité vivante, unique, évolutive et fonctionnelle. Assurer un management bienveillant nécessite de s’adapter au mouvement permanent : exigences du marché mouvantes, évolutions technologiques, turnover des équipes, qui recomposent sans cesse la physionomie et la culture de l’Entreprise. Aussi, une fois installé, n’y a-t-il pas de garantie de durée pour ce type de management. Il se réinvente en permanence.

Le management bienveillant est un processus, une attitude, une responsabilité de tous les instants et un plaidoyer pour les relations humaines en entreprise. Chacun des sujets abordés ici pourrait être développé et les moyens concrets de mise en œuvre d’un tel management décortiqués. Une prochaine fois !!!

 

A propos de l'auteur


I SarkisIsabelle SARKIS

Citoyenne du monde, Isabelle SARKIS est Juriste de formation. Elle est titulaire d’un Master 2 de Droit du Commerce International (Université d’Exeter - Angleterre) et d’une Maîtrise de Droit des Affaires et Fiscalité (Université Paris Pantheon Assas). Elle est également coach professionnel (Erickson College International).

Après 25 ans au sein de l’Entreprise, en tant que cadre dirigeante (DRH et Communication/organisation) et dirigeante, Isabelle a amorcé une nouvelle étape en créant RACINES et en inventant R.A.C.E. une approche du coaching de l’entreprise et du leadership efficace, pragmatique, orientée résultats et succès. La dimension humaine et le sens combiné au plaisir mènent à la performance. Cette approche fait également l’objet d’une formation. Isabelle maîtrise les rouages des petites et des grandes organisations.

Son site professionnel : Racines coaching

Profil LinkedIn

Page Facebook


Vous souhaitez devenir auteur sur notre site et partager votre expérience/expertise sur notre Mag'? Contactez-nous !


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

(Re)lire les derniers numéros

Le mag du manager