Devenez consultant

Maj le 10/03/2021 par l'équipe de Manager GO!

Si l'on possède une expertise dans un domaine particulier, que l'on est à l'aise avec les autres, animé par une forte envie de transmettre ses connaissances et que l'on sait s'adapter, les métiers de conseil peuvent être une opportunité à saisir et devenir consultant un projet professionnel à creuser.

Pourquoi devenir consultant ?

Le consultant est un prestataire de services intellectuels : il intervient dans une entreprise en demande, pour une période déterminée – plus ou moins longue – afin de fournir ses conseils avisés sur un besoin ou un projet spécifique.

Exemple : une entreprise souhaite revoir son système informatique. Le consultant informatique fait un état des lieux, accompagne les services concernés dans la précision de leurs besoins et objectifs, aide au choix des solutions et à leur mise en œuvre. Eventuellement, il mesure les résultats obtenus – ROI , notamment.

Les expériences professionnelles permettent d'acquérir une expertise pointue et des envies d’indépendance amènent naturellement certains au métier de consultant. Souvent choisi dans le cadre d’une reconversion, ce métier est très attractif, mais présente toutefois des limites à connaître avant de se lancer.

Les avantages et les limites du métier

Côté attraits :

  • Nul besoin de fonds pour devenir consultant ! En effet, il s'agit de fournir des services intellectuels, nul besoin de bureau - peu de charges excepté un téléphone et un ordinateur…
  • Le télétravail est facilité. Si le consultant est physiquement dans l’entreprise de temps à autre, il peut tout à fait travailler majoritairement depuis son domicile. Un atout de taille dans un contexte de crise sanitaire, par exemple…
  • C'est un métier stimulant intellectuellement et peu routinier. En effet, le consultant tire parti de la diversité des missions et des entreprises clientes : peu de risque de se lasser de son travail.
  • Le salaire brut d’un consultant débutant est relativement élevé – 2 500 à 3 000 € mensuel en moyenne.
  • L'indépendance et l’autonomie sont souvent addictives.

 

Quelques points d’attention en balance :

  • Qui dit indépendance dit insécurité : le travail n’est pas garanti et le consultant peut souffrir financièrement de périodes d’inactivité. Il est donc conseillé d'être ultra proactif pour toujours trouver des clients ! A noter : certains consultants sont salariés d’un cabinet ou en portage salarial. En contrepartie, leur autonomie professionnelle est limitée…
  • De l’avis de nombreux consultants, l’accueil dans l’entreprise cliente est souvent récalcitrant. Il s’agit de s’imposer dans une juste mesure, pour ne pas subir des conditions de travail désagréables.
  • Le consultant travaille en équipe, en collaboration avec les services concernés de l’entreprise cliente. Pour autant, il décide seul des grands axes stratégiques pour l’accomplissement de sa mission. Une lourde responsabilité et un niveau de pression professionnelle qu'il doit être capable de supporter. L'expertise est ainsi un atout non négligeable pour asseoir sa crédibilité et instaurer un climat de confiance.

  devenir consultant min

Comment devenir consultant indépendant ?

Les qualités requises

Fin analyste, le consultant comprend rapidement le fonctionnement interne de l’entreprise et les problématiques spécifiques de son client. Ultra réactif, il est force de propositions et les solutions envisagées sont actionnables sans délai. Côté qualités humaines, il se distingue par sa diplomatie - le meilleur moyen de s'intégrer dans l’entreprise cliente !

Les diplômes nécessaires

Les entreprises ont tendance à se fier à un niveau de diplôme élevé : être titulaire d’un Master (Bac + 5) augmente les chances d’être choisi. Les recruteurs apprécient également les écoles de commerce et d’ingénieurs. Pour faire la différence sur son marché, il est recommandé de se doter d’une expertise spécialisée dans un domaine particulier.

A noter : certains consultants se démarquent non par leurs diplômes, mais par leur expérience. Sur le terrain pendant plusieurs années, ils sont devenus, en effet, experts dans leur domaine.

Société ou microentreprise : quel statut choisir ?

Pour se lancer en tant que consultant, il est nécessaire de créer une structure juridique. Le choix se fait entre l’entreprise individuelle (EI ou EIRL) et la société commerciale (EURL ou SARL, SASU ou SAS). 

  • En entreprise individuelle ou en tant que gérant associé unique d’EURL, le consultant peut  bénéficier du régime de la microentreprise si son CA annuel HT est inférieur à 72 600 €. Ce régime est avantageux à 2 égards : les obligations déclaratives sont simplifiées, les cotisations sociales sont réduites.
  • Société commerciale ou entreprise individuelle : les modalités de création et de fonctionnement, le régime social et fiscal du consultant et son image sont impactés par son choix. Il est donc opportun de bien peser le pour et le contre des différentes options.

Les secteurs porteurs pour se lancer

Pour devenir consultant spécialisé, il est opportun de prendre la mesure du contexte et des tendances actuelles pour choisir un secteur porteur !

Quelques pistes :

  • Les nouveaux outils de communication – réseaux sociaux notamment – ont fait naître la notion d’e-réputation. Le consultant en image de marque a ainsi de beaux jours devant lui…
  • Les nouvelles technologies sont partout. Pourtant certaines entreprises tardent à prendre le virage de la transformation numérique. Le consultant informatique est donc très recherché.
  • Le bien-être au travail est souvent assuré par un « happyness manager ». Les entreprises qui n’en emploient pas pourraient avoir recours aux services d'un consultant expert en la matière…

Le consulting est un métier passionnant, enrichissant et extrêmement valorisant, même si la concurrence est rude... D'où l'importance de bien étudier son marché avant de se lancer dans l'aventure !

A consulter : les outils du consultant , une sélection de méthodes et démarches essentielles

Comment devenir consultant ? ils livrent leurs conseils...

Articles

7 règles d’or pour bien débuter en tant que consultant ou Freelance !

Les éléments à prendre en compte pour débuter son activité : la fixation du prix de ses prestations, les erreurs à ne pas commettre, l'utilisation de son réseau, son développement et son entretien...

conseilsmarketing.fr Les 4 étapes pour lancer son activité de conseil

Quelques recommandations pour être opérationnel le plus rapidement possible et pouvoir ainsi se focaliser sur le plus important : fixer le cadre de son activité, déterminer sa source de développement, bâtir une simple présentation, décrocher sa première mission.

Le blog du consultant Comment décrocher une mission de conseil en 3 étapes ?

Focus sur une matrice d'entretien en 3 phases, qui a fait ses preuves : partir de la demande client (qualification, identification) ; se focaliser sur les besoins et/ou les problèmes (écouter et poser les questions adéquates) ; valoriser la demande...

Le blog du consultant


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :