Le bore-out : définition, symptômes et prévention

Maj le 13/05/2022 par l'équipe de Manager GO!

Les sources de la souffrance au travail sont multiples et peuvent avoir des conséquences aussi bien sur le plan de la santé mentale que physique. Le bore-out fait partie de ces maladies professionnelles peu connues. Il se manifeste par un syndrome d'épuisement professionnel lié à l’ennui. Un enjeu de santé au travail avec des répercussions sur le collaborateur et l’employeur.

Qu’est-ce que le bore-out ?

Ce terme désigne un épuisement émotionnel, causé par l’ennui au travail. Ce trouble, aussi surprenant soit-il, emporte des conséquences sur le plan psychologique et peut même être à l’origine de maladies physiques. Ce mal-être est une véritable souffrance au travail. L’ennui est un risque psychosocial à ne pas négliger.

Qu'est-ce que les 3B ?

Burn-out , bore-out et récemment brown-out , l’insatisfaction du salarié au travail est à l’origine de troubles divers et générateurs de maladies professionnelles

 Alors que le burn-out touche les salariés victimes d’une surcharge de travail, le bore-out est quant à lui causé par une sous-charge de travail chronique aboutissant à un profond ennui. En brown-out, ce n’est pas la quantité de travail qui est en jeu, mais l’intérêt des missions  : le salarié ne se démobilise pas faute de travail, mais faute de motivation. La différence est ténue entre le bore-out et le brown-out. Les symptômes et les actions se confondent et se combinent. Par exemple, un manque de travail durable peut mener à l’ennui (bore-out) puis à la démotivation (brown-out). Les causes de stress au travail sont multiples, au manager d’être à l’écoute et d’adapter son organisation et son management pour prévenir les risques d’épuisement professionnel.  

 

Le bore out : définition, symptômes et prévention

Quels sont les symptômes du bore-out ? Comment reconnaître un bore-out ?

Les symptômes sont divers et se manifestent à divers niveaux :

Des premiers signes comportementaux qui traduisent un ennui :

  • Désintérêt pour son métier, désengagement,
  • manque de concentration, distrait,
  • passivité en réunion,
  • plus de prise d'initiatives,
  • “molesse” physique inhabituelle, 
  • retard dans les tâches à mener,
  • discussions plus longues et fréquentes au coin café.

Attention : l’ennui ne mène pas forcément au bore-out. En revanche, ces signaux sont autant d'alertes pour le manager sur l’état de son équipe.

D’autres signes plus tangibles trahissent cette souffrance silencieuse :

  • absentéisme fréquent (arrêts maladie en répétition),
  • stress chronique,
  • performance en baisse,
  • irritabilité.

Avant d’observer des absences répétées, certains constats permettent, à vous manager, de détecter les premiers symptômes de ce malaise.

  •  Vous atteignez péniblement vos objectifs. Dans une stratégie d’ happy management , vous pouvez avoir à cœur de ménager vos équipes. Par manque de clairvoyance, vous n’adaptez peut-être pas les missions au temps de travail imparti au salarié. Quoi qu’il en soit, le résultat est sans appel : vos objectifs ne sont pas atteints et/ou vous prenez du retard dans vos projets. Cet état de fait peut être lié à une sous-charge de travail attribuée à un ou plusieurs salarié(s). En effet, certains collaborateurs, plutôt que de se satisfaire du temps libre accordé, s’en trouvent  au contraire démunis. Ce trouble peut alors survenir…
  •  L’ambiance générale au travail se dégrade. Vous constatez une baisse de motivation ? Vos salariés arrivent en retard au bureau et partent tôt ? Les réunions d’équipe sont peu stimulantes ? Le manque de dynamisme professionnel est évident. Au-delà de la performance et des chiffres, c’est la satisfaction de vos employés qui est en péril. Sans challenge ni délai, le salarié risque de rapidement s’ennuyer.
NOUVEAU

Téléchargez notre fiche pratique en pdf

  • Explications simples pour une mise en oeuvre facile
  • Illustrée par des exemples
  • Fiche pdf agréable et efficace

Quels sont les risques du bore-out ?

Les risques sur la santé des salariés sont tout autant mentaux que physiques :

  • Risques psychologiques : cette usure psychologique engendre une souffrance psychique qui peut mener à la dépression. Le stress vécu est dévastateur.
  • Risques physiques : un épuisement complet est à craindre avec une répercussion sur l’état de santé physique du collaborateur qui peut aller jusqu'à un risque accru maladie cardio-vasculaire.

Au-delà des considérations purement humaines – l’épanouissement personnel de chaque salarié de l’entreprise importe – des considérations très pragmatiques sont en jeu.

  •  La productivité  : c'est un signal d’alarme. Le temps de travail des salariés est sous-exploité, un manque à gagner pour votre entreprise. En luttant contre, vous optimisez dans le même temps vos ressources humaines.
  •  Votre marque employeur  : le taux de bore-out constitue un indicateur d’insatisfaction au travail. En le réduisant, vous améliorez votre image : un moyen efficace de retenir les talents, et d’en attirer de nouveaux… Notez en outre que le bien-être au travail compte parmi les obligations à la charge de l’employeur.
  •   L’absentéisme   : à un niveau élevé, il provoque des troubles graves – dépression, troubles du sommeil, ulcères, zona… – justifiant des arrêts de travail. Le risque de la mise au ralenti de l’activité doit être considéré.

Comment éviter le bore-out ?

Les situations de souffrance ne sont pas facilement décelables. Il est important d’agir avant que l'épuisement professionnel ne fasse son office.

Suscitez des feedbacks pour prévenir le bore-out

Prenez le temps d’écouter vos collaborateurs. À l’occasion d’entretiens individuels réguliers, de votre propre initiative, explorez les points suivants pour recueillir des feedbacks  :

  •  Comment le salarié estime-t-il sa charge de travail ?
  •  Que fait-il lorsqu’il a du temps libre ?
  •  Ses objectifs sont-ils suffisamment stimulants eu égard à ses compétences ?
  •  Ses missions sont-elles en adéquation avec ses ambitions ?

Si vous constatez du dilettantisme, attention. Un salarié peu occupé au bureau peut très bien s’en satisfaire aux débuts, mais tomber progressivement dans une forme d’épuisement professionnel par l’ennui.

Enrichissez leur poste et leurs missions

Comment ne pas s'ennuyer si les tâches sont monotones, répétitives, sans intérêt et de surcroît, la supervision est écrasante ? Il convient de redonner de la liberté d'organisation et de l'autonomie aux salariés. Bannissez les procédures trop contraignantes pour augmenter leurs marges de manœuvre. Diversifiez leurs tâches. Donnez-leur de nouvelles missions au sein de groupes de travail transversaux (dans le cadre de projets). Améliorez leurs compétences à travers des formations…

Chaque manager devrait placer l’épanouissement au travail de ses collaborateurs parmi ses priorités.  Veiller à l’accomplissement personnel est un solide rempart contre le bore-out. 

Adaptez la charge de travail au salarié

A chaque salarié son degré de proactivité et ses besoins de stimulation. L’enjeu est d’adopter une organisation du travail sur mesure avec une répartition des tâches équilibrée pour prévenir l’épuisement.

Illustration :

  •  Votre responsable marketing est « bon élève », il remplit ses objectifs dans les temps. Parent, il consacre son temps libre à sa famille.
  •  Un junior marketing de son équipe a tendance à finaliser ses missions en avance. Ambitieux, il passe beaucoup de temps au bureau et cherche à toujours améliorer ses résultats dans un objectif de performance globale de l’entreprise. Il est d’ailleurs à l’origine de nombreuses initiatives que vous saluez.
  •   Votre responsable marketing se satisfait de l’équilibre travail/temps libre, il n’a ni besoin ni envie de travailler plus. Le junior pour sa part peut se retrouver frustré. Pour favoriser son épanouissement et éviter le risque de bore-out, vous pouvez tout à fait lui assigner des missions supplémentaires – dans la limite des dispositions de son contrat de travail…

Ces équilibres sont indispensables à trouver pour éviter que d’un côté les salariés de ne s'épuisent à la tâche avec une charge de travail trop importante (et risquer le burnout) et de l’autre qu’ils soient face à une sous-charge de travail chronique.

Evaluez la pertinence de vos effectifs

Dans une vision plus large, le bore-out individuel traduit un management non personnalisé : la charge de travail impartie à chaque collaborateur ne tient pas compte des profils professionnels respectifs.

Général ou individuel, il est parfois l’expression d’une mauvaise évaluation des effectifs. Est-ce que vos ressources humaines sont supérieures à vos besoins ? Lorsque les salariés souffrent d’un manque de travail, c’est peut-être l’entreprise qui a surévalué ses besoins… Profitez-en pour étendre votre activité ! Développement de nouveaux produits, transformation digitale, investissement RSE… les possibilités sont nombreuses, brainstormez.

Donnez du sens à leur mission

Pour que la vie professionnelle de vos collaborateurs soit riche, impliquante, il est important de prévenir tout sentiment d'inutilité. Ils doivent percevoir la finalité de ce qu’ils font, et comment leur activité s’inscrit dans les missions de l’entreprise. La perte de sens est un indicateur à surveiller.

Améliorez la qualité de vie au travail 

Soyez attentif à l’environnement professionnel et aux conditions de travail. Il est reconnu que la qualité de vie au travail a un impact sur les risques psychosociaux (RPS). 



Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !