Provisions comptables : définition

Maj le 14/04/2019 par l'équipe de Manager GO!

Il s'agit d'une charge non dépensée. La comptabilité constate une perte probable (appelée aussi dépréciation).

Exemple : prévision d'importantes réparations à venir, d'un litige, d'une perte de valeur d'un fond de commerce à cause de l'installation d'un concurrent à proximité...

Même si les mécanismes sont semblables, il en existe 3 types : les provisions pour dépréciation (pour anticiper une baisse de valeur à venir du patrimoine), pour risques et charges (en prévision d'une charge qui risquer fort de peser sur les comptes de l'entreprise ) et enfin les provisions règlementées (possédant une finalité fiscale).

De point de vue comptable, ces dépréciations sont enregistrées au bilan. Plus précisément dans le haut du passif, entre les capitaux propres et les dettes.

Dans le cadre d'une analyse financière, on les assimile à des dettes d'exploitation lorsque leur échéance d'utilisation est inférieure un an. Pour une échéance plus longue, elles sont classées parmi les dettes financières à terme. 

Ces postes font l'objet de nombreux contentieux entre les services fiscaux et les sociétés. En effet, vu le caractère arbitraire de ce type de comptabilisation, il s'agit d'un outil pratique pour un toilettage de bilan. Jouer sur les provisions, c'est jouer sur les résultats...  

Nous vous proposons dans cette section des ressources pour nourrir vos interrogations... comptables.

 


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :