Savoir rédiger un executive summary

Maj le 05/10/2021 par l'équipe de Manager GO!

Le résumé opérationnel, également appelé « fiche projet » ou « Executive Summary » en Anglais, abrégé ES, est la synthèse du business plan. Il reprend les grandes lignes du projet d’entreprise afin de permettre à un investisseur  (banquier, business angel...) de se faire rapidement une idée des fondements de la future entreprise, de sa stratégie et des moyens mis en œuvre pour exploiter l’activité visée. Des conseils pratiques pour le rédiger.

Qu’est-ce qu’un executive summary ?

Il s'agit, en 2 mots, d'un document décisif du point de vue de l’investisseur.

Attention à la nuance : l’investisseur ne prend pas sa décision d’investir sur cette base, mais il prend la décision de poursuivre ou non sa lecture de votre business plan – pour l’élaboration duquel vous avez déployé des efforts considérables…

Littéralement document opérationnel, ce document :

  • Mentionne les informations essentielles du projet : cet aspect est primordial, car vous devez donner à voir le projet dans lequel l’investisseur place de l’argent.
  • Convainc l’investisseur du succès à venir de l’entreprise : l’investisseur est fortement sollicité, vous devez sortir du lot pour avoir ses faveurs.

Réaliser un executive summary

Réalisez votre executive summary comme un teaser

La comparaison est fréquente, car très évocatrice, la preuve.

Au moment de choisir un film, vous regardez la bande-annonce. En moins de 3 minutes, votre décision est prise : vous êtes convaincu que le film correspond ou non à vos attentes. Dans l’affirmative seulement, vous consultez éventuellement les informations annexes. La notoriété des acteurs garantit-elle un casting fiable ? Est-ce que le palmarès du producteur assure de passer un bon moment ? Et les avis des spectateurs, confortent-ils votre choix ?

De la même manière, votre investisseur regarde votre executive summary comme un teaser. Si ces 3 minutes le convainquent que votre projet de création d’entreprise correspond à ses attentes, il consulte alors votre business plan. Pour s’assurer que votre background est solide, que votre équipe est fiable, que le prévisionnel est prometteur, que le marché est réceptif…

L’exercice est donc similaire. Le temps de l’élaboration de votre executive summary, mettez-vous dans la peau d’un cinéaste qui pitche son film, vous avez 3 minutes pour faire la différence !

La méthode pas à pas

Votre executive summary est le 1 er document à être lu… mais le dernier à écrire.

  1. Préparez votre business plan.
  2. Synthétisez votre business plan : il s’agit là de traiter le fond de l’executive summary, qui doit être informatif et convaincant… tout en étant bref et concis. En tant que créateur d’entreprise, vous êtes à l’origine du projet et vous avez peu de recul dessus, vous avez tendance à vouloir trop en dire. La difficulté réside là : mettre dans le document toutes les informations pertinentes, mais uniquement les informations essentielles. Car vous devez traiter votre executive summary en 1 page, 2 pages au maximum – au-delà, l’investisseur se désintéresse. D’où l’importance de sélectionner les bonnes informations… Faites l’exercice de vous mettre à la place d’un investisseur, pour savoir comment informer et convaincre.
  3. Soignez la forme : le document dans sa forme participe à véhiculer votre image. Vous devez faire preuve d’originalité pour vous démarquer, et de professionnalisme pour garantir au lecteur votre solidité. Au-delà de la mise en page, ce sont les éléments graphiques qui peuvent être exploités – tableaux, encarts, logo… A une époque où la majorité maîtrise l’usage des outils de création graphique, vous ne pouvez prendre le risque de les négliger. A défaut de compétence en la matière, adjoignez-vous de l’aide.
  4. Testez votre executive summary : comme vous n’êtes pas impartial, difficile de mesurer l’impact du résultat. Il est donc recommandé de prendre les retours de personnes extérieures. Des profanes, pour vous assurer que votre document soit facilement compréhensible, et des professionnels qui comprennent bien les enjeux de vos investisseurs potentiels.

La check-list des points à aborder

Quelle que soit la manière dont vous organisez votre document, l’investisseur doit obtenir des réponses aux questions suivantes :

  • Qui êtes-vous ? L’investisseur investit dans un projet, soit, mais avant tout dans des personnes. Le capital humain est prépondérant dans sa décision, c’est sur vous et votre équipe qu’il mise.

    Exemples : un excellent commercial épaulé par un as du marketing peut vendre à peu près n’importe quel produit ; un créateur d’entreprise réputé entouré d’un solide réseau a beaucoup de chances de rencontrer du succès

    Mettez en avant votre profil et le profil des talents de votre équipe.
  • Quel problème et quelle solution ? L’investisseur doit être convaincu que vous répondez à un besoin, et il veut connaître votre concept. Un rapide état du marché permet en outre de lui prouver que vous allez devenir un acteur majeur, grâce aux caractéristiques de votre offre.
  • Quelle stratégie de marketing  ? Expliquez comment vous allez vendre votre produit ou service de manière à convaincre l’investisseur de l’acheter. Si lui se sent convaincu, il a tendance à croire en votre force de vente…
  • Quel prévisionnel financier  ? Les chiffres, naturellement, intéressent les investisseurs. Il faut préciser votre rendement, pour qu’ils évaluent leurs bénéfices.

Bien entendu, pensez à mentionner votre besoin en financement : combien vous demandez, comment vous allez utiliser les fonds et quel retour sur investissement.



Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !