Pourquoi et comment analyser les risques avant de décider ?

Maj le 22/10/2019

Il est reconnu aujourd'hui que l'environnement de l'entreprise est complexe. Conduire une analyse des risquesLes réponses retenues engendrent des décisions de plus en plus pointues, prenant en compte de très nombreux paramètres.

Aucune réponse n'est réellement parfaite.

Le rôle du manager est d'identifier les risques associés à toute prise de position et de mettre en oeuvre un plan pour les maîtriser. L'objectif est d'éviter, le moment venu, de se trouver devant le fait accompli et... subir. 

Pas de décision sans analyse de risque

Après avoir exploré toutes les solutions possibles avec un outil tel que l'arbre de décision et retenu celle qui satisfait le plus de critères, il est indispensable d'analyser les risques associés.

Dans les cas extrêmes, cette analyse peut remettre en cause le premier choix si la probabilité d’apparition et la gravité d'un fait s'avèrent majeures et qu'aucune action ne peut permettre de le maîtriser.

Il s'agit donc de l'ultime étape avant l'adoption définitive d'un choix. Cependant, la mise en relief d'une vulnérabilité ne signifie pas automatiquement le rejet de la solution. 

Le maître mot est "anticipation".

Un plan d'action permet de prévenir et ainsi empêcher que l'événement non voulu ne se produise. Il peut également planifier les moyens à mobiliser dans le cas où la prévention n'est pas possible.

Illustration par un exemple

Une entreprise a décidé de recourir à sa force de vente interne, actuellement orientée produit, pour vendre une nouvelle offre de services.

Les contacts chez les clients et prospects sont différents et la technicité liée à cette offre est beaucoup plus importante.

La décision est justifiée par la maîtrise des coûts internes et des compétences techniques de base détenues par les technico-commerciaux.

En menant une analyse approfondie, il apparaît que cette organisation génère des risques :

- baisse du chiffre d'affaires des produits actuels à cause du temps passé par les vendeurs à commercialiser la nouvelle offre,

- démotivation des équipes de par la complexité à gérer de nombreuses activités,

- impacts négatifs sur l'image de marque par une force de vente insuffisamment pointue techniquement, etc.

Sans aucune anticipation, l'entreprise ne pourra que subir et en payer les conséquences.

Les critères d'évaluation

Comme nous l'avons évoqué plus haut, un risque se mesure par 2 axes : 

- sa probabilité d'apparition : de nombreuses menaces peuvent peuvent exister, mais en définitive, la probabilité qu'elles se produisent peut être très faible,

- sa gravité : l'impact concret sur la mise en oeuvre d'une solution doit être systématiquement évalué pour bien en mesurer les conséquences.

 

Nous vous proposons dans la deuxième partie à venir du dossier, une méthode d'évaluation de ces vulnérabilités.

 

Suite du dossier : La méthode

 

Ce dossier est référencé dans : Gestion des risques

Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !