Evaluer le risque crédit d’une entreprise

Publié le 17/03/2017 - David de TIPS FINANCE

Comment limiter les risques de retard de paiement et d'impayés ? La meilleure arme est d'anticiper. Découvrez comment obtenir des informations financières sur vos clients courants et potentiels.

risk

Saviez-vous que seulement un tiers des entreprises payent leurs fournisseurs dans les délais ?  Si vos clients sont des entreprises, vous devez quotidiennement faire face à cette problématique. Alors que faites-vous en cas de retard de paiement? 

Vous tirez sur votre découvert bancaire pour compenser en attendant que le client paye ? Vous vous dites que les autres clients paieront dans les temps ? Et s’ils ne payaient pas ? Et si votre banquier ne vous suivait plus ? Une entreprise sur quatre met la clé sous la porte à cause des impayés de ses clients…

Alors peut être avez-vous une trésorerie pléthorique qui vous permet d’absorber des mécomptes. Mais dans ce cas, à quoi bon créer une entreprise si ce n’est pas pour réinvestir et créer de la valeur ?

Sachez que des pratiques préventives et au final assez peu coûteuses peuvent assainir votre poste client et ainsi limiter vos risques d’impayé.

Je parle de l’évaluation de la santé financière de votre partenaire au moment de l’entrée en relation. Je parle de la réévaluation chaque année de sa situation financière si c’est un client régulier ou stratégique.

L’objectif n’est pas de faire payer systématiquement le client au comptant. Il s’agit d’évaluer le risque encouru, de prendre du « bon » risque et d’adapter la politique crédit à la qualité de la signature.

Votre entreprise n’a peut être pas les fonctions supports compétentes en la matière ? Elle n’a peut-être pas les moyens d’investir dans des analystes crédits ou un Credit Manager ? Et vous vous demandez certainement comment obtenir de l’information sur votre client sans le froisser, sans altérer votre relation commerciale ?

Sachez qu’il existe des analystes risques de crédits indépendants qui peuvent vous aider à faire ce travail d’évaluation. N’hésitez pas à me contacter sur le sujet !

Comment  ?

Si vous savez lire, interpréter un bilan, je vous propose dans cet article une petite méthodologie pour obtenir de l’information de qualité à moindre coût sur La France.

  •   Avec le numéro de SIREN (9 chiffres) de l’entreprise qui vous intéresse, la première chose à faire est de vous rendre sur BODDACC.FR et de vérifier les dernières publications légales. Vous pourrez écarter immédiatement les entreprises qui seraient sous le coup d’une procédure collective. 
  •   Puis, rendez-vous sur SOCIETE.COM , c’est gratuit. Vous y trouverez la carte d’identité de l’entreprise  : type de société (SAS, SARL, SA etc…), sa date de création, son objet social, son siège social, ses succursales et vous aurez également quelques chiffres financiers. D’autres sites concurrents proposent le même type de service, par exemple KOMPASS , MANAGEO , VERIF etc…
  •   Ensuite, allez faire un petit tour sur INFOGREFFE.FR - Vous trouverez l’historique des derniers chiffres d’affaires et résultats réalisés par cette entreprise. Vous verrez les actes qui ont été déposés au greffe du Tribunal de Commerce, par exemple, les modifications de statuts ou encore de dirigeants.
    Ceci vous permettra d’avoir une idée assez précise des éventuels changements qui ont pu affecter l’entreprise.  Vous avez la possibilité d’acheter la dernière liasse fiscale officielle pour moins de 15€  : une mine d’informations (à condition de savoir la lire) !
    Rappelons que les sociétés de capitaux (SA, SARL, SAS etc…) ont l’obligation de publier leurs comptes dans les 4 mois suivant la clôture de leur exercice et qu'elles ont le droit de proroger de deux mois sous certaines conditions. Une entreprise qui clôture au 31 Décembre devra avoir publié ses comptes au plus tard le 30 Juin. Alors parfois, les éléments que vous consultez peuvent dater de 4 mois au mieux, mais à plus d’un an dans bien des cas. Il faut donc toujours savoir nuancer ses conclusions.
  •   Toujours sur infogreffe.fr, si vous constatez que le bilan n’est pas bon, vous pouvez poursuivre les investigations en vérifiant que votre client est à jour de ses cotisations URSAFF et de ses impôts (interrogations pour moins de 8€ chacune). Si tel n’était pas le cas, il y aurait lieu de prendre des mesures préventives (paiement au comptant, garantie ?)

 Rien qu’avec ces quelques interrogations, vous pouvez optimiser vos prises de décision.

S'adresser à des sociétés de renseignements commerciaux

Si vous n’avez pas le temps de faire ce travail, vous pouvez vous en remettre à des professionnels des renseignements commerciaux tels que Altares, Dun and Bradstreet, creditsafe, entre autres… qui produisent des rapports de crédit avec des informations plus ou moins à jour issues de sources publiques et privées.

Les sources publiques sont principalement celles que nous avons évoquées plus haut. Les sources privées sont à prendre avec des « pincettes » car elles sont diverses et variées. Cela peut-être des sociétés de recouvrement ou autres enquêteurs. Ces sources ne sont pas toujours clairement identifiées. Ces sociétés fournissent en plus des renseignements un score ou une côte de crédit.

Malheureusement, il est souvent critiquable, j’en resterai là.

L'information financière pour les clients à l'export

Vous me direz c’est bien beau tout ça, mais je travaille essentiellement à l’export !

Et bien, pas de panique ! Voici quelques petits filons pour vous aider à l’International !

  •   En Europe du Nord , l’accès à l’information est plutôt aisé. Par exemple, en Allemagne, un tiers des entreprises ont l’obligation de publier leurs comptes au journal officiel fédéral. Rendez-vous sur www.bundesanzeiger.de - C’est gratuit, mais les clients se limitent souvent à publier actif / passif.
  •   En Hongrie , les comptes doivent être publiés avant Mai. Ils sont disponibles (en anglais) sur le site du ministère de la justice www.opten.hu
  •   Aux UK , pour moins de 6£ vous récupérerez les bilans sur le site www.companiesintheuk.com
  •   En Europe du Sud , l’accès à l’information est plus difficile et payante. Nous vous conseillons pour l’Italie : infocamere, cerved group
  •   Pour l’Espagne  : ASNEF, RAI, Registradores
  •   Pour le Portugal  : COSEC, publicacoes.mj.pt, IES.gov.pt
  •   Pour la Grèce (ICAP)

 J’espère avoir pu vous aider au travers de cet article, mais si tel n’était pas le cas, n’hésitez pas à me faire part de vos questions, interrogations et commentaires, j’y répondrai avec plaisir.

Auteur - David de TIPS FINANCE -    

tip finance

Professionnel du Crédit depuis près de 15 ans, j’ai lancé TIPS FINANCE avec l’idée que la fonction de Credit Manager devait s’ouvrir davantage aux PME et qu’il fallait leur offrir cette compétence, ne serait-ce que ponctuellement pour sécuriser leurs principales transactions.
Convaincu qu’un poste client sain passe par la bonne évaluation du risque crédit, je propose aux entreprises qui travaillent en B to B de me sous traiter l’évaluation de la santé financière de leurs entreprises partenaires, clients, fournisseurs

Cet article est référencé dans : Se faire payer


Une réaction peut-être ?

Commentaires

  • Gravatar for Daniel

    Daniel 04/04/2017 22:31

    Merci pour ces infos précieuses!