Charges fixes et charges variables : définition, reclassement et calcul

Rédigé par l'équipe de Manager GO! - Mis à jour le 21/04/2022

La distinction entre les charges variables et les charges fixes est l’un des éléments importants de la gestion globale de l’activité d’une entreprise.  Elle permet notamment de déterminer la rentabilité de ses activités et de maîtriser les coûts inhérents.

En comptabilité générale, les charges sont classées par nature : compte 607 pour les achats de marchandises, compte 627 pour les services bancaires, compte 641 pour les salaires, etc. Il est toutefois possible d’opérer un reclassement selon leur lien à l’activité de l’entreprise. 

Définition des charges variables

Les charges variables, aussi appelées « charges d’activités » ou « charges opérationnelles » sont proportionnelles à l’activité de l’entreprise. Plus cette dernière est importante, plus le montant des charges variables augmente. Par exemple, un boulanger devra acheter plus de farine s’il veut augmenter sa production de pain.

Exemples de charges variables

Les charges variables impactent le résultat d'exploitation, notamment les postes suivants :

  • les achats de matières premières ;
  • les contrats de sous-traitance ;
  • les frais de transport et de livraison ;
  • les commissions ;
  • les coûts de commercialisation qui varient selon le chiffre d’affaires.

La notion de charges variables ne permet toutefois pas d’évaluer à l’euro prêt les charges d’exploitation. On considère en effet que les charges variables sont strictement proportionnelles au chiffre d’affaires, ce qui n’est en général pas le cas : par exemple, l’entreprise peut bénéficier de ristournes en cas de grosses commandes.

Définition des charges fixes et variables

Définition des charges fixes

Les charges fixes ou « charges de structure » ne dépendent pas directement du chiffre d’affaires de l’entreprise. Elles restent stables, quel que soit le niveau de l’activité. Elles impliquent en général des paiements réguliers qui doivent être anticipés dans la comptabilité de l’entreprise.

Exemples de charges fixes

Figurent dans cette catégorie :

  • les loyers (location de matériel, de véhicules, etc.) ;
  •  les abonnements (téléphone, électricité, gaz, revues…) ;
  • les dotations aux amortissements des immobilisations ;
  • les dépenses d’assurance ;
  • les salaires et charges sociales (à l’exception des rémunérations à l’objectif) ;
  • les frais bancaires ;
  • certaines charges fiscales ;
  • l’entretien des locaux.

Utilisation des charges fixes et variables

Le seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité permet de déterminer le niveau d’activité à atteindre pour couvrir les charges. Il peut être calculé a posteriori, mais aussi à titre prévisionnel, avant de réaliser un investissement important par exemple.

Le seuil de rentabilité correspond au montant de chiffre d’affaires qu’une entreprise doit réaliser pour dégager des profits. 

La méthode du coût variable évolué

Cette méthode consiste à prendre en compte, pour chaque produit, l’ensemble des coûts variables et fixes qui lui sont propres. L’objectif est d’évaluer sa contribution au résultat et à la couverture des charges fixes. Cette information permet notamment d’apprécier l’opportunité de maintenir ou d’abandonner la production d’un bien ou d’un service spécifique.

Points de vigilance

Certaines charges fixes peuvent évoluer par palier. Par exemple, si l’acquisition d’une nouvelle machine est nécessaire à l’augmentation de la production, les charges de maintenance vont augmenter et vont franchir un nouveau palier. Les coûts fixes vont rester stables jusqu’au prochain palier de production.

Par ailleurs, il n’est pas toujours aisé de distinguer les charges variables des charges fixes. Il s’agit notamment de la masse salariale. Ainsi, les salaires fixes et les cotisations sociales d’une société sont stables, quel que soit le niveau de la production. À l’inverse, si une part de la rémunération est conditionnée par l’atteinte des objectifs, la rémunération variable sera recensée comme une charge variable. De même, les charges acquittées par les micro-entrepreneurs sont fonction du chiffre d’affaires. De plus, certaines dépenses sont semi-variables comme les dépenses d’énergie qui comportent une part fixe (l’abonnement) et une part variable (la consommation).

En matière fiscale, la taxe sur les salaires d’une société est une charge fixe (sauf rémunération au mérite) tandis que l’impôt sur les sociétés dépend des bénéfices réalisés par l’entreprise.

En outre, il faut bien distinguer les charges variables et les charges fixes de la notion de charges directes et de charges indirectes qui entrent dans la détermination du coût de revient.  Selon la méthode dite des coûts complets, sont pris en compte l’ensemble des coûts, de la fabrication à la vente, entrant dans la confection d’un bien ou la réalisation d’un service. Grâce à ces données, l’entreprise sera en mesure de déterminer le prix de vente du bien ou du service.

Ainsi, le calcul des charges fixes et des charges variables peut s’avérer complexe. Il peut être judicieux de recourir aux services d’un expert-comptable pour vous aider à le réaliser.

 



Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !