SKS (Stop – Keep – Start) : réussir un feeback en 3 questions

Publié le 03/06/2017 - Mis à jour le 19/09/2017

Vous vous demandez peut-être comment faire pour recueillir un feedback de la part de vos collaborateurs sur vos pratiques de management ? Nous vous invitons à regarder du côté de la méthode SKS pour Stop - Keep - Start, un outil efficace, pratique et simple à utiliser.

SKS : 3 questions pour un feedback Qu'est-ce que la méthode SKS  (Stop doing – Keep doing – Start doing)  ?

Comme tous les managers, vous avez sans doute la plupart du temps " le nez dans le guidon". Une urgence permanente qui vous éloigne forcément du comportement idéal que devrait avoir le responsable d'une équipe.

Le feedback de votre groupe au sujet de votre approche managériale serait le bienvenu pour vous remettre sur les bons rails. Mais face à vous, il n'est pas facile pour vos collaborateurs d'apporter des critiques (constructives) sur vos comportements...

La méthode SKS, élaborée par Phil Daniels, professeur en psychologie à la  Brigham Young University,  facilite cette prise de parole à travers 3 types de questions orientées actions que vous posez aux membres de votre équipe :

  • Stop - "What should I stop doing?" - que devrais-je arrêter de faire ?
  • Keep doing - "What should I keep doing?"  : que devrais-je continuer de faire ?
  • Start : "What should I start doing?" - que devrais-je commencer à faire ?

Ces interrogations très opérationnelles permettent de lever le voile sur les opinions de vos collègues et vous donner des pistes pour vous améliorer.

 

L'intérêt du SKS 

Pourquoi recourir à cette technique ? Voici 3 arguments qui la rendent indispensable : 

  • un outil simple, efficace, rapide et facile à mettre en oeuvre
  • il encourage le dialogue avec votre équipe en donnant l'opportunité d'aborder toutes sortes de sujets en toute franchise, sans jugement de valeur
  • les questions sont orientées actions ,  favorisant la prise de décision efficace et pragmatique

Comment utiliser la méthode

Nous conseillons d'inverser l'ordre original des 3 types de questions de manière à commencer par le positif (un KSS en somme).

Une sorte de rodage pour mettre vos interlocuteurs à l'aise et en confiance avant d'aborder le "STOP".

La démarche

  1. Keep doing - que devrais-je continuer de faire ?

    Cette question n'a pas pour objectif de flatter votre égo, mais mesurer ce qui est important dans ce que vous faites , et surtout continuer à le faire, voire, le renforcer.

    Stop - que devrais-je arrêter de faire ? 

    Vous allez identifier rapidement les zones contre-productives et les comportements négatifs à éradiquer . A savoir qu'un "STOP DOING" peut-être relié à un "START DOING". Ce dernier étant le nouveau comportement que votre équipe attend de vous en réponse au "STOP DOING" mentionné.

    Start - que devrais-je commencer à faire ?

    La créativité de votre équipe vous ouvre de nouvelles perspectives dans votre mode de management et votre approche des différentes problématiques rencontrées. Les suggestions émises à cette étape sont précieuses pour la performance et le bien-être du groupe.

 

Le KSS s'emploie plutôt à l'oral . Les questions étant ouvertes, elles favorisent les échanges en face à face.

Pour être efficace, prévoyez 3 réponses possibles à chaque question. Vous pouvez par exemple vous appuyer sur un formulaire comme celui-ci pour consigner les réponses :

SKS  process

 

    Cette méthode peut être employée également par votre équipe pour se remettre continuellement en question. La mise en oeuvre peut prendre la forme d'un atelier de travail où le "je" des questions devient un "nous".
Autre application : vous auto-évaluer , un excellent outil pour vous poser les bonnes questions

Voir aussi l'article sur le site d'Harvard Business Review

L'importance du feedback

Exit le management autoritaire et vertical, aujourd'hui pour prospérer, les entreprises ont besoin de collaborateurs impliqués dans la réussite collective.
De plus, avec un environnement concurrentiel et une demande en perpétuel changement, une seule réponse est possible : l'agilité .
Cette dernière ne s'acquiert que par des salariés compétents, motivés et une organisation qui sait se renouveler pour affronter les nouveaux défis. Un vrai leader sait tirer parti de son équipe pour avancer.
Le feedback tient une place centrale dans ces nouvelles pratiques . Il vous ouvre les portes à un échange sans complaisance avec les membres de votre équipe, avec un objectif commun : progresser ensemble. 

Ce dossier est référencé dans : Management des collaborateurs

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !