Dossier

Styles de management


Quel style de management adopter et pourquoi ?

Maj le 21/12/2018 par Raphaële GRANGER

Tout manager possède un style qui lui est propre. Qu'il soit adepte de méthodes participatives ou plus autoritaires, son style se construit sur sa personnalité ainsi que sur l'identité de l'entreprise. Quels sont les différents types de management possibles ?

Le management d'équipe n'est pas quelque chose qui reste figé. Un bon manager, pour mobiliser et motiver ses troupes, doit savoir se montrer tantôt délégatif et souple, tantôt plus directif. Il doit s'adapter aux contextes, aux situations, mais également aux individus en tant que tels.

On distingue ainsi différents types de management. Certains sont directifs, centrés sur les résultats, d'autres plus ouverts axés sur l'Humain, le relationnel et l' Intelligence Collective .

Dans l'absolu, il n'existe pas de postures managériales foncièrement mauvaises. Si un bon manager - celui qui tient les rênes, sait faire ce qu'il faut et prend seul les décisions - est rassurant pour de nombreuses personnes, on rencontre désormais fréquemment un mode de management moins directif  et nettement plus ouvert : le management participatif . Dans ce cadre, les collaborateurs donnent leurs avis, cultivent leurs talents, épanouissent leur créativité et peuvent influencer les prises de décision .

Quels sont les différents styles de management ? Quels sont les avantages et limites de chacun ?

 

Les différents styles de direction

Rensis Likert, psychologue américain spécialiste en mesure des attitudes, a défini, au tout début des années 60, 4 grands systèmes de management. Ces 4 types de direction sont établis selon leurs caractéristiques opérationnelles, allant d'une direction autoritaire à une gestion impliquant totalement les collaborateurs.

Ce continuum fut repris quelques années plus tard par Robert Blake et Jane Mouton qui définirent alors une grille d'analyse représentant 5 styles de management selon 2 axes orthogonaux : l'un matérialisant le degré d'implication du manager dans les décisions, l'autre les objectifs managériaux de ce dernier (centrés sur les résultats ou à l'inverse, sur l'Humain). 

Ce modèle est largement utilisé et notamment enseigné dans les écoles de management.

 

types management

Le management directif

Concept

Egalement nommé management autoritaire, ce type de management est axé sur un mode qui donne au manager un maximum de pouvoir. Le supérieur hiérarchique dirige strictement ses troupes en édictant ses règles et en visant un objectif précis : les résultats. Le respect de la hiérarchie est d'ailleurs ici un point très important. Les collaborateurs d'un manager directif n'ont pas leur mot à dire. Ils doivent se contenter de faire ce que leur chef leur demande. Sanctions et récompenses articulent ce management.

Points forts

Prise de décision accéléré, efficacité et productivité accrues (taylorisme). 

Points faibles

Il s'agit indéniablement du style de management générant le plus de mal-être au travail, de conflits et autres difficultés relationnelles au sein de l'équipe, voire toute l'entreprise. Les salariés ont une motivation moindre ainsi qu'une perte de sens de leur mission.

Par ailleurs, ce système requiert de nombreuses procédures afin de cadrer le travail des salariés et le fonctionnement de l'entreprise.

    Compétences nécessaires à un manager directif : autorité naturelle, leadership, charisme, expert dans son domaine

Le management persuasif

Approche

Paternaliste, ce style de direction allie une forte implication du manager dans la prise de décision tout en gardant un côté humain . Le cadre doit mobiliser ses troupes. Les collaborateurs sont davantage impliqués dans la vie de l'entreprise. Leurs avis sont pris en considération, même si leur supérieur hiérarchique conserve le pouvoir de décision finale. Moins autoritaire que le précédent, ce mode de management reste néanmoins relativement fermé.

Intérêt

Autorité et bienveillance induisent un sentiment d'appartenance à une équipe, une certaine loyauté et renforcent la cohésion. Les conflits sont moins nombreux et/ou plus aisément appréhendés.

Inconvénients

Peu ouvert, ce mode de management offre un espace de liberté relativement cadré et s'avère complexe à mettre en place.

    Qualités requises pour le manager persuasif : charisme, capacité à convaincre et guider, intelligence émotionnelle, empathie, écoute active

Le management délégatif

Objectif

Ce style de direction parfois nommé "management consultatif" offre une large marge de manœuvre aux salariés qui sont régulièrement consultés pour avis et prises de décision et fortement impliqués dans la vie de l'équipe et l'organisation, tout en gardant des objectifs très axés sur les résultats . Le manager doit savoir déléguer opportunément afin de maximiser la motivation et l'efficacité.

Avantages

Les points forts d'un tel type de direction sont nombreux : motivation accrue, cohésion d'équipe, ambiance de travail bénéfique, responsabilisation des collaborateurs. Par ailleurs, la communication est fluidifiée.

Limites

Les risques psychosociaux liés à une pression trop élevée sont à craindre.

    Atouts importants pour le manager délégatif : aptitude à déléguer efficacement, intuition, recul et confiance envers ses collaborateurs, inspirant

Le management participatif

Démarche

Ayant considérablement le vent en poupe actuellement, le management participatif est de loin le plus ouvert et le plus humain de tous les styles de direction . Les salariés sont ici largement impliqués dans la vie de l'entreprise, notamment en ce qui concerne les prises de décision qui sont prises de manière transversale.

Points forts

Les atouts d'un tel style managérial ne manquent pas : empowerment des salariés, motivation accrue, sens au travail, responsabilisation et autonomie décuplées, excellente gestion des talents, présence d'un dispositif de développement personnel permettant une gestion des carrières optimale... 

L'intelligence collective est mise au service de l'entreprise, décuplant ainsi l'innovation et la compétitivité de l'entreprise. La conduite du changement est facilitée, etc. Le feedback est largement utilisé pour prendre le pouls de son équipe. Chacun peut exprimer son leadership à tour de rôle. Performance et bienveillance sont de mise.

Points faibles

Il est possible d'observer une certaine dérive vers une désorganisation ou une certaine anarchie si les managers ne sont pas suffisamment formés à ce type de direction.

Par ailleurs, le degré d'engagement est un élément clé de la réussite d'un tel type de management qui requiert une attention toute particulière.

Les prises de décision peuvent être ralenties de fait de la concertation de divers acteurs, ce qui peut s'avérer handicapant, notamment en période de crise ou situations d'urgence.

    Qualités essentielles au manager participatif : sens du relationnel et du collectif, vision, confiance en soi et envers autrui, intuition

Ils partagent leur expertise...

La hiérarchite, pathologie ordinaire des organisations obsolètes

Le temps des chefs qui savent tout mieux que tout le monde et à qui il faut obéir sous prétexte qu'ils sont chefs est révolu ! Vice les nouveaux modes de management !



Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :