Espaces de travail et bureaux ouverts

Maj le 13/01/2020 par l'équipe de Manager GO!

Comment aménager l'espace de travail pour favoriser la coopération et l'efficacité ? Focus sur les bénéfices et les limites de l'organisation des bureaux en openspace. Conseils pour tirer profit de cette configuration tout en réduisant les inconvénients.

Des espaces de travail partagés sur le modèle startups

L’open space est une tendance tout droit venue des USA, qui séduit de plus en plus de jeunes entreprises françaises. Il s’agit de repenser l’espace de travail : les bureaux fermés disparaissent au profit de larges plateaux décloisonnés.

A noter : en fonction du secteur d’activité de l’entreprise, cet agencement innovant n’est pas nécessairement adapté. Les commerciaux fréquemment en rendez-vous clients au bureau, par exemple, peuvent difficilement tirer parti d’un open space.

Le point de vue de l’employeur

  • Optimiser l’espace en abattant les cloisons – ou en s’économisant les coûts de leur construction – c’est gagner des mètres carrés. A superficie égale, l’open space permet d’accueillir un plus grand nombre de salariés. L’avantage pour l’entreprise est donc avant tout économique. Lorsque les prix du foncier s’envolent, l’atout est considérable pour gagner en compétitivité…
  • L’aspect modulable est particulièrement séduisant pour les entreprises à forts pics d’activité. L’aménagement de l’espace au gré des variations d’effectif permet de s’adapter vite à l’arrivée de salariés en contrat de travail temporaire.
  • Alors que le schéma traditionnel en bureau individuel nécessite de se déplacer ou de s’écrire pour échanger entre collaborateurs, les espaces ouverts permettent de communiquer plus rapidement. Un gain de temps qui renforce la productivité des équipes, un contact permanent qui favorise la réactivité des salariés, fluidifie la circulation de l’information et facilite le travail d’équipe.

Le point de vue du collaborateur

" L’open space est convivial ". Argument majeur des adeptes des bureaux non cloisonnés, il doit néanmoins être nuancé… En jeu : le bien-être au travail , pas nécessairement favorisé par ce modèle tendance.

Openspace vs qualité de vie au travail

Soit, l’open space permet a priori de créer plus aisément des liens avec les collègues. Soit, cette organisation de l’espace de travail peut être source d’émulation professionnelle. Et pourtant…

De nombreux salariés opposent des reproches :

  • Manque d’intimité : le bureau est un lieu de vie central pour le salarié, qui y passe la majorité de son temps. Le besoin d’intimité est sous-jacent, et le décloisonnement y fait obstacle. A son poste de travail en open space, en outre, impossible pour le salarié de régler l’intensité des éclairages ni la température. Ce manque d’autonomie et de maîtrise compte parmi les inconvénients souvent relevés.
  • Pression hiérarchique : sous l’œil de son manager, le collaborateur peut se sentir épié. Un sentiment très désagréable, de nature à augmenter le niveau de pression. La présence proche des collègues peut en outre exacerber le sentiment de compétition, pas toujours bénéfique.
  • Nuisances sonores : les sonneries des téléphones, les conversations animées des collaborateurs, le bruit des claviers d’ordinateurs… autant de nuisances sonores qui n’aident pas à la concentration.

A l’heure où le stress augmente et où le burn-out guette , dans un contexte où le bien-être au travail fait figure de priorité, l’open space n’est pas nécessairement adapté. Manque d’intimité, pression et bruits représentent en effet des sources potentielles de stress et de fatigue .

A noter : la libre circulation des personnes favorise également la transmission des microbes. Le taux d’arrêts maladie est supérieur en open space, un inconvénient évident pour l’employeur.

Améliorer l'openspace

Repenser l’open space pour tirer parti des avantages, sans les inconvénients

Pourquoi ne pas imaginer un espace de travail flexible, à mi-chemin entre l’agencement traditionnel des bureaux fermés et le modèle séduisant de l’open space ?

  1. Améliorer l’environnement de travail global : miser sur une décoration apaisante – plantes vertes, éclairages doux, mobilier en bois… – et investir dans des équipements ergonomiques permet de réduire le stress pour améliorer le bien-être des équipes au travail. La bonne insonorisation des lieux, pour isoler sur le plan phonique, est également une piste centrale – un professionnel de l’acoustique offre une véritable valeur ajoutée à cet effet.
  2. Instaurer un règlement : l’employeur peut envisager de mettre en place des règles de vie en communauté. Il prévoit par exemple des horaires auxquelles le bruit doit être réduit au minimum.
  3. Aménager des espaces modulables : paravents et étagères peuvent permettre de cloisonner l’espace de manière non définitive, et sans perte de place. Le mobilier se déplace au gré des contextes, pour créer dès que nécessaire une intimité bénéfique.
  4. Inventer le flex office : l’openspace est compatible avec la création d’espaces isolés ! En marge du plateau décloisonné : des salles de réunion, des pièces dédiées à la détente et au repos, des « bulles » téléphoniques… Soit pour faire une pause, soit pour mieux se concentrer, ces espaces se révèlent primordiaux. Les travailleurs nomades, en outre, prennent plaisir à circuler de l’openspace à la salle de réunion, à se déplacer sur leur lieu de travail pour se changer les idées.
  5. Inciter au télétravail : l’employeur pourra rappeler à ses équipes la possibilité de rester travailler chez eux , en bibliothèque ou en coworking. La flexibilité ainsi offerte augmente le sentiment d’autonomie et contribue dans une large mesure au bien-être au travail.
 


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :