Actualités et réflexions sur le management et l'entrepreneuriat

Un manager dans les bras de Morphée…

© Light Impression - Fotolia.com
© Light Impression – Fotolia.com

En ce tout premier jour de l’été, chères lectrices et chers lecteurs, je vous propose un billet propice à la préparation d’un repos estival bien mérité…

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi nous passions près d’un tiers de notre vie à dormir ?

Cela paraît être une telle perte de temps pour certains ! Seulement voilà : le sommeil est essentiel ! Pour vous également amis managers !

Un besoin vital pour tous

Si nous ne dormons pas toutes et tous de la même façon (horaires de coucher, durée, qualité du sommeil…) – ce, peu importe l’activité professionnelle que nous exerçons – il n’en demeure pas moins que nous ne pouvons nous en passer sans que cela n’impacte notre vie et notre santé.

En effet, le manque de sommeil chronique peut avoir des conséquences néfastes, voire désastreuses. Baisse des capacités physiques, intellectuelles et émotionnelles ; mémoire mise à rude épreuve ; perte d’appétit, irritabilité, déprime ; plus inquiétant : impact aggravant sur les maladies cardiovasculaires, métaboliques et dégénératives… Par ailleurs, la fatigue, entrainant une somnolence excessive au volant, est l’une des premières causes d’accident sur la route.

Les études et la recherche ont même démontré qu’une dette chronique de sommeil était intimement liée à l’espérance de vie. Les personnes qui sont régulièrement privées des bras de Morphée – et ne rechargent ainsi pas leurs batteries – ont une espérance de vie plus courte que les autres… On estime qu’une bonne nuit de sommeil devrait durer entre 7h et 8h. Cela diffère selon les individus, leur style de vie, etc. Pour savoir si vous avez suffisamment dormi, un test simple : si vous vous réveillez naturellement à l’heure où votre réveil doit sonner, c’est que vous avez assez dormi. En revanche, si le son de votre alarme vous sort d’une léthargie profonde, c’est que vous ne vous êtes pas assez reposé…

La fatigue, vecteur de stress

Si le sommeil a une importance capitale sur bon nombre d’aspects, il a, en outre, une influence non négligeable sur notre efficacité au travail. Ne pas dormir assez induit inévitablement une baisse de la performance, de l’efficacité, de la concentration… Une  nuit trop courte agit sur notre patience. Il serait bien dommage de vous mettre vos collaborateurs à dos, simplement parce que vous ne permettez pas à votre organisme de récupérer suffisamment ! Par ailleurs, cela génère du stress, lui-même facteur de troubles du sommeil. Le cercle vicieux est lancé ! Avec toutes les conséquences que l’on connaît…

C’est bien joli tout cela… Mais comment faire lorsque l’on mène une vie de fou, que l’on a un rythme effréné entre le bureau, les transports, la famille, les sorties, les dossiers qui s’accumulent, les sollicitations des uns et des autres, les weekends à droite ou à gauche, le quotidien à gérer une fois rentré à la maison ? Pourquoi paresse-t-on le soir jusqu’à point d’heure devant un film soporifique (ça devrait pourtant aider…) ?

Est-ce parce que l’on a la flemme d’aller se coucher ? Ou bien serait-ce parce que notre heure est dépassée et que l’on n’a plus sommeil ? Un livre passionnant, un projet en retard, le mobile professionnel qui accapare le regard au moindre signe d’activité… On repousse l’heure du coucher alors que l’on sait d’ores et déjà que le lendemain (qui, malheureusement, se trouve être un jour de semaine où l’on travaille…) va être une journée abominable…

Qui n’a jamais eu cette sensation atroce d’être un zombie ? N’avez-vous jamais bâillé à vous décrocher la mâchoire en écoutant – ou plutôt en tentant d’écouter avec une concentration extrême – l’interminable présentation de l’un de vos collègues ? Êtes-vous productif ces jours-là ? Je suis prête à parier que non ! Il semble alors impossible de se concentrer. Émerge la désagréable impression d’avoir laissé une partie de son intellect, et de son flegme, au lit… Les sensations liées à une nuit trop courte sont légion !

© adimas - Fotolia.com
© adimas – Fotolia.com

Le sommeil a donc bel et bien son utilité. Et pour cause ! Une nuit est divisée en plusieurs cycles – d’une durée de 90 à 120 minutes – comportant 4 phases ayant chacune un rôle bien spécifique dans le repos, que ce soit physiologique ou neurologique.

Une nuit est donc composée de 5 à 6 cycles selon les personnes, avec, entre deux récurrences, une phase de semi-éveil :

  • Somnolence et endormissement. Durant cette première étape rapide, le corps se détend et vous plongez lentement dans les bras de Morphée. Si l’on vous réveille pendant cette phase, vous n’aurez généralement pas le souvenir d’avoir dormi.
  • Sommeil lent ou léger. Durant cette période, qui permet la récupération physique de l’organisme, un bruit ou une lumière intense peut vous réveiller.
  • Sommeil profond. C’est la phase la plus longue et la plus importante – environ 40% du cycle. C’est pendant ce laps de temps que les défenses immunitaires se renforcent et que la mémoire stocke les informations reçues tout au long de la journée. C’est également un stade durant lequel on se coupe de tout environnement extérieur. Il est alors difficile de réveiller quelqu’un lorsqu’il en est à ce point de son cycle.
  • Sommeil paradoxal. C’est l’instant des rêves ! Mais c’est également pendant cette phase que la mémoire augmente ses capacités de stockage !

Ces cycles évoluent au cours de la vie. Plus on avance en âge, plus certaines phases (le sommeil paradoxal, par exemple) diminuent au profit des autres.

Optimiser son repos

Maintenant que vous savez à quoi sert le sommeil et l’importance capitale qu’il a sur notre vie, notamment au bureau, voici quelques astuces pour le mettre pleinement au profit de votre bien-être personnel et professionnel :

  • Respectez votre horloge biologique. Nous sommes tous différents. Certains sont des couche-tôt lève-tôt, d’autres plutôt couche tard… Certains ont besoin d’un long repos, d’autres moins. Les saisons influent également sur notre temps de repos.
  • Préparez votre nuit en évitant, notamment, toutes les activités sportives en soirée, les abus d’alcool, de café, etc. Dîner léger, avoir une activité calme, abaisser la température de la chambre favorisent également l’endormissement.
  • Sachez reconnaître le moment opportun. Lorsque vous ressentez les prémices du sommeil (bâillements, yeux qui picotent…) et que vous paupières se font lourdes, très lourdes, ne vous évertuez pas à les garder ouvertes pour ne rien rater de la fin du film ! Filez au lit et laissez Morphée œuvrer !
  • Essayez de garder une heure de lever régulière. Oui, je sais, pendant les weekends ou les vacances, c’est TRÈS compliqué !
  • Si, par le plus grand des hasards, vous n’avez pas assez dormi la nuit dernière (ça peut arriver…), octroyez-vous une petite sieste – 30 minutes, pas plus – après le déjeuner. Cela devrait vous permettre de mieux vous concentrer et d’être en forme pour la fin de votre journée.

Vos collègues vous en seront reconnaissants ! Lorsque Morphée vous tend les bras, lâchez donc prise et laissez-vous emporter ! Lorsque votre sommeil aura retrouvé sa place et sa qualité, alors à vous les projets, la performance et la réussite !

Exceptionnellement, ce soir, vous avez permission de vous coucher tard ! C’est bien parce que c’est la fête de la musique et que nous serons un vendredi ! Profitez de ces moments pour décompresser et revenir en forme lundi matin…

 

Vous aimerez peut-être aussi :

dvt_perso_xs equipe_xs
Développement
personnel
Leadership

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.