Formation en management : le fabuleux parcours de Caroline

[En partenariat avec emlyon business school]

A 38 ans, cette jeune femme, née d’une mère allemande et d’un père malgache, n’a que très rarement fait les choses comme tout le monde. Ce qui ne l’empêche pas de réussir, peu importe ce qu’elle entreprend, bien au contraire !

Elle vient d’ailleurs de se lancer un nouveau défi : obtenir un diplôme en management en formation continue au sein d’une grande école de commerce, challenge qu’elle n’aurait jamais imaginé !

caroline-cousquer-1 Aujourd’hui mère de deux enfants, souriante, passionnée et dynamique, hyper active dans sa vie personnelle comme dans sa vie professionnelle, Caroline est de celles qui ont un parcours que l’on pourrait qualifier d’atypique », « peu ordinaire », « hors normes et pourtant pas si rare…

Arrivée en France l’année de ses 10 ans, il lui faut tout d’abord maîtriser le Français. Challenge qu’elle réussit aisément. Ses années collège et lycée démarrent à Saint Germain-en-Laye au lycée international avant de rejoindre un internat pour décrocher brillamment un BAC Littéraire franco-allemand. Et bien que admissible dans les plus grandes écoles littéraires françaises, Caroline sent que ce chemin n’est pas le sien. Une intuition… L’idée floue – et folle aux yeux de son entourage – que tel n’est pas son destin.

Certes, elle aurait pu suivre cette route toute tracée et plutôt prometteuse. Tout l’y prédisposait…

Oui, mais voilà… Caroline a du caractère. C’est une jeune femme avide de connaissances, avec un intense besoin de comprendre. Elle adore apprendre – toujours davantage – et s’ennuie très vite quand les choses sont trop faciles. Elle, ce qu’elle aime et qui la fait vibrer et avancer, ce sont les challenges, les défis !

Elle entame alors des Etudes de Droit à Nanterre et découvre les joies de la collocation. Liberté totale pour celle qui n’avait connu jusque-là que les murs d’un internat ! Puis elle se retrouve maman à 21 ans et poursuit ses études tout en faisant des petits boulots. Enfin… « petits boulots »… Caroline est débrouillarde, volontaire et surtout dotée d’une immense capacité d’adaptation. Les missions qu’elle se voit confier sont toutes plus motivantes et intéressantes les unes que les autres. Parlant couramment plusieurs langues, elle se retrouve vite assistante de direction trilingue.

En 2010, elle intègre l’entreprise dans laquelle elle est toujours en poste aujourd’hui. De ses débuts au service clients dans cette filiale d’une société japonaise de biotechnologie, Caroline garde un bon souvenir. Aujourd’hui Responsable Marketing et Communication zone Europe, Moyen-Orient et Afrique dans cette même entreprise, elle est très appréciée. Elle adore ce job et les challenges qui lui sont confiés.

Quand on lui demande de raconter son évolution professionnelle, Caroline relate la bienveillance de tous ses interlocuteurs. Ils ont toujours tous été si présents, encourageants et compréhensifs. Elle évoque d’ailleurs – à demi-mots et encore très hésitante quant à cette possibilité – le fameux syndrome de l’imposteur, quant à son ressenti à elle… Cette espèce de doute qui fait qu’une personne à fort potentiel et naturellement douée trouve des tonnes d’arguments – notamment la chance, les bonnes relations, des circonstances particulièrement clémentes – pour justifier sa réussite. Syndrome ô combien handicapant, car ces personnes-là s’auto-limitent, alors qu’elles sont justement hautement qualifiées pour le poste qu’elles occupent ou visent.

caroline-cousquer-2

Après quelques formations en entreprise et de nombreuses autoformations, Caroline a toutefois ressenti le besoin de sortir de sa zone de confort, de se confronter à ses peurs – justifiées ou non, comme la peur de l’échec – et surtout de se lancer un énorme défi personnel : suivre enfin une formation diplômante. C’est en quelque sorte un cadeau qu’elle souhaitait se faire à elle-même à cette période charnière de sa vie. Un cadeau qui lui permettrait de valider de manière non équivoque ses connaissances et de mesurer la pertinence de ses acquis. Comme une reconnaissance de qui elle est et de ce dont elle est capable. Une façon d’acquérir la légitimité dont elle a besoin.

En effet, dans sa carrière, Caroline s’est plus ou moins laissée porter par ses rencontres sans trop s’interroger. Aujourd’hui, à bientôt 40 ans, elle se remet en question plus que jamais. Certes, elle possède des connaissances très spécialisées, mais aimerait une vision plus large de l’entreprise. Poussée par le président de son entreprise, elle s’est mise en quête d’une formation en management qui corresponde totalement à ses besoins : aspects stratégiques, commerciaux et financiers de l’entreprise. Tout cela devant être compatible avec une vie de famille, des responsabilités professionnelles et surtout validé par un diplôme reconnu de tous.

Elle découvre le Programme Général de Management d’emlyon business school qui l’interpelle. C’est exactement ce qu’elle recherche. Seulement voilà : les craintes liées au syndrome de l’imposteur resurgissent. C’est donc très hésitante et pas du tout sûre de la recevabilité de sa candidature qu’elle finit par appeler Florence, en charge du recrutement pour le Programme Général de Management.

Caroline trouve en Florence l’écoute et la réassurance dont elle avait besoin. Son profil correspond aux critères de sélection. Quelques doutes s’envolent. Une première victoire qui ouvre le chemin des possibles. Cela fait également jaillir la petite étincelle d’une meilleure confiance en elle.

Suivront naturellement des discussions avec la famille (aménagements obligatoires pour permettre à Caroline d’étudier, préparer les cours – laps de temps où elle ne sera pas disponible, réorganisation temporaire : activités de chacun, weekends sans elle, etc.). Impensable pour elle d’entreprendre une telle formation sans le soutien total de ses proches, conjoint et enfants se retrouvant immanquablement impliqués ! Tout le monde adhère au projet.
caroline-cousquer-3

C’est ainsi que début septembre 2017, elle attaque son cursus. Pas de trajets intempestifs Paris-Lyon (Caroline vit sur Paris), la formation se déroule dans un très grand campus connecté sur Paris. Arrive le premier jour où elle découvre les autres participants. Tous sont issus d’univers différents, avec parfois des parcours également atypiques. Caroline constate avec soulagement que tous partagent les mêmes appréhensions, doutes, questionnements, problématiques organisationnelles, etc. Tous ont également en commun cette même motivation, cette profonde envie d’apprendre et de réussir, malgré les peurs. La majorité est en poste. Tous ont une vie personnelle également bien remplie. Tous sont ainsi à l’écoute les uns des autres et le groupe se soude très rapidement et très solidement.

Les intervenants sont de grande qualité. Caroline aime par-dessus tout cette impression de ne pas devoir bûcher pour bûcher, avaler des kilomètres de cours magistraux. Car tout n’arrive pas sur un plateau. Il faut se dépasser, sortir de sa zone de confort, bousculer ses habitudes, partir à la recherche d’informations, préparer les cours, faire les exercices seul ou en groupe, mettre en pratique… Des outils sont mis à disposition et permettent une intégration naturelle des compétences.

Caroline – comme tous les autres élèves – s’est demandée à un moment ce qu’elle faisait là et quelle idée folle lui avait pris de s’inscrire à ce cursus. La parole est libérée dans ce groupe dont la solidité de la cohésion est redoutable. Tous se serrent les coudes. Très vite, les doutes s’envolent et la motivation revient. Personne ne lâchera rien ni personne. Tous iront jusqu’au bout. La désertion n’est pas envisageable ! « Un pour tous et tous pour un » aurait-on dit à une autre époque !

Caroline applique rapidement ce qu’elle apprend. En comprenant comment son activité s’inscrit dans celle, plus globale, de son entreprise, elle se dit déjà plus structurée dans son approche. Elle donne plus de sens à sa mission. Plus de sens pour les autres également. Et souhaite pouvoir l’inscrire dans la durée. Tout cela donne une autre dimension à ce qu’elle fait au quotidien. Par ailleurs, elle qui s’appuie depuis toujours sur son intuition peut désormais « justifier » cette intuition aux yeux de ses pairs par des connaissances qu’elle arrive dorénavant à démontrer. C’est un grand changement. Le début d’une connaissance de soi accrue et un premier pas vers l’acceptation de ses talents.

Dans sa vie personnelle aussi, certaines choses évoluent. Caroline a plus confiance en elle. Pourtant, ce diplôme qu’elle obtiendra dans quelques mois, validé après la soutenance d’un mémoire, était pour elle il y a encore quelques mois quelque chose qu’elle n’aurait jamais pensé faire dans sa vie ! Preuve en est qu’il faut s’attacher à ses rêves et ne jamais dire jamais…

Son conseil à celles et ceux qui se cherchent et qui veulent se reconvertir, renforcer leurs connaissances ou valider leurs acquis :

« OSEZ !

Osez vous confronter à vous-même !

Osez prendre des risques ! »

La formation continue, lorsque l’on est en poste, est un chemin jalonné de détours, mais d’une une richesse incroyable. C’est un partage, une autre façon d’apprendre, d’appréhender les choses, un engagement envers soi-même, mais surtout un formidable levier de motivation et un allié très puissant dans la (re)construction de sa confiance en soi. Une vraie métamorphose !

Découvrez l’interview du directeur du Programme et d’un participant à Paris pour en savoir plus sur cette formation continue en management qui permet de donner un nouveau souffle à son parcours professionnel. C’est un moment de partage sans pareille avec de nombreuses rencontres avec des participants ou des intervenants de tous secteurs professionnelles.
Mais participer à cette formation donne surtout les moyens de découvrir tous les domaines de l’entreprise, afin de mieux comprendre le langage de ses collaborateurs financiers, marketing, commerciaux…
Caroline suit le Programme Général de Management sur le campus connecté de Paris. Un campus qui comprend un « makers lab », un incubateur et seulement 3 ou 4 salles de cours afin de favoriser le travail collaboratif.

D’autres participants de cette formation continue : 
Découvrez le témoignage de Sacha Theocharis et Emmanuel Matthias, participant du Programme Général de Management