Burn-out : mieux le connaître pour mieux l'éviter

Maj le 05/10/2018 par Raphaële GRANGER

Le stress, lorsqu'il n'est pas géré, peut s'avérer être un véritable poison. Apprenez à repérer les signes précurseurs d'un burn-out imminent et limiter les dégâts avant qu'il ne soit trop tard.

Le burn-out... Sans doute l'un des maux du siècle. Un mal-être lié à une société de plus en plus exigeante, où les cadences ne font que croître. Toujours plus, toujours mieux, toujours plus vite...

Cette spirale infernale qui fait perdre pieds à de trop nombreuses personnes et engendre des conséquences qui vont bien au-delà de la simple fatigue.

Prenez conscience de ce qui peut déclencher un épuisement qui peut aller jusqu'à la dépression, voire pire, si cet état de stress profond et permanent n'est pas traité.

Apprenez à repérer les symptômes de cet état de stress anormalement élevé pour ne pas en subir les conséquences qui peuvent s'avérer désastreuses pour votre santé.  

Qu'est-ce qu'un burnout ?

Tout d'abord il est important de souligner qu'il est essentiel de faire poser un diagnostic par un professionnel de la santé et non s'autodéclarer en burn-out. En effet, les symptômes de l'épuisement professionnel peuvent s'avérer être ceux d'une autre pathologie (dysfonctionnements thyroïdiens, troubles passagers du sommeil, carence en fer et/ou vitamines et/ou sels minéraux, etc.).

Il ne s'agit ni d'une dépression ni d'une maladie psychique. Le syndrome du burn-out est défini par un processus qui s'installe progressivement et plus ou moins insidieusement au cours duquel l'individu va voir son état tant physique que psychique, intellectuel ou émotionnel se détériorer jusqu'à être dans l'incapacité de se concentrer, trouver la moindre motivation, parfois même se lever, voire la perte totale de sens et le suicide dans les cas les plus sévères.

Le burn-out n'est pas une fatalité. Si l'on sait repérer les signes précurseurs de ce dernier et/ou écouter son entourage sur un changement de comportement, d'habitudes, etc, il est possible d'enrayer la machine. Réagir au plus tôt - dans l'idéal dès les premiers symptômes - est un gage de retour rapide à la sérénité. Aussi est-il important de savoir repérer les alertes que son corps envoie !

burn out

Les symptômes

Le surmenage professionnel est un processus qui évolue par étapes, généralement identifiées au nombre de 4, chacune comportant des sous-étapes :

  • Surexcitation (phase souvent méconnue, plus oui moins latente) - nouveau poste, nouveaux défis professionnels, responsabilités accrues, promotion... autant d'éléments qui vont tout d'abord booster l'individu qui va se sentir pousser des ailes et faire preuve d'un investissement démesuré et une motivation décuplée. Les espoirs sont foison. Le sujet est entièrement concentré sur ce changement. Il tourne en boucle et exclusivement sur ce nouveau projet.
    Les signes d'un tel état sont les suivants :
    • excitation démesurée et démonstrative,
    • enthousiasme poussé à l'extrême,
    • énergie et résistance physique décuplées,
    • temps de sommeil raccourci,
    • repas sautés,
    • etc.
  • Stress et résistance - les épisodes de stress qui, jusque là étaient ponctuels et facilement gérés par l'individu touché, deviennent plus impactants et difficiles à surmonter. Ils s'installent dans le temps et fragilisent le sujet. Celui-ci, par mécanisme naturel de défense, va tout d'abord nier (d'autant qu'au début, les symptômes s'estompent dès que le facteur déclenchant ou "menace" s'éloigne), puis s'habituer à cet état de surmenage aigu qu'il finira par jauger comme étant "normal". Le déni s'installe.
    Cette phase est critique. Généralement, le sujet ne se prendra pas en charge et ne mettra rien en place du fait - par le déni de son état - qu'il se sent "mieux". C'est là que l'entourage tient un rôle majeur en repérant les signaux d'alarme et en trouvant les mots justes pour faire prendre conscience du problème au surmené. Un simple rendez-vous pris chez le généraliste peut amorcer le dialogue ainsi qu'une prise de conscience. Évitant ainsi au sujet de s'enfoncer plus profondément.
    Parmi les manifestations physiques et psychiques survenant à ce stade, on retrouve fréquemment :
    • troubles digestifs,
    • difficultés à se concentrer,
    • endormissement difficile, sommeil fragmenté,
    • fatigue physique,
    • irritabilité,
    • déni des symptômes en tant que tels,
    • etc.
  • Épuisement émotionnel et rupture - cette phase est un véritable tournant dans le processus. Soit la personne réagit - ou en tous les cas est épaulée par un entourage qui la pousse à réagir, soit elle sombre, avec toutes les conséquences que cela engendre sur sa santé, sa famille, son travail et sa vie en général.
    A ce stade, apparaissent :
    • perte d'énergie,
    • perte d'appétit,
    • perte d'envie et de motivation,
    • perte de sens,
    • repli sur soi/isolement social,
    • refus et/ou déni des problèmes,
    • comportements inhabituels,
    • etc.
  • Épuisement généralisé et stade de non-retour - phase ultime du processus caractérisée par un état dépressif et angoissé généralisé. Il est urgent de faire appel à des professionnels afin de mettre en place une stratégie de soins accompagnés : suivi médical, arrêt maladie longue durée, psychothérapie, etc. Sans quoi, l'issue peut être dramatique.

    Attention : les signes décrits ci-après doivent être pris comme des alertes que quelque chose d'anormal est en train de se passer et doivent inciter l'individu les présentant à consulter afin d'obtenir un vrai diagnostic.

Les causes

Un burn-out naît souvent de la combinaison de plusieurs facteurs. Si l'environnement professionnel joue un rôle essentiel dans ce processus, il n'est pas pour autant l'unique responsable : la personnalité de l'individu ainsi que son environnement social et/ou familial ont également leur part de responsabilité.

  • Généralement dans la vie professionnelle, les facteurs de risque sont les suivants :
    • travail en lui-même : surcharge, exigences, pénibilité, responsabilités accrues...
    • surplus d'enthousiasme sur le long terme conjugué à une méconnaissance ou une non prise de conscience de ses limites . Si le surinvestissement en entreprise est parfois justifié sur de courts épisodes (salons, événements ponctuels, période de solde, etc.), il doit cependant être regardé et considéré comme inquiétant s'il tend à perdurer sur une plus longue période.
    • absence (subie ou choisie délibérément par l'individu) de pause ou de repos : mauvaise gestion du temps, cadences infernales, objectifs inatteignables dans le temps imparti, etc.
    • manque de reconnaissance et de valorisation : le déséquilibre entre investissement personnel et reconnaissance (pécuniaire ou autre) entraîne une dévalorisation de soi et une perte de sens.
    • dysfonctionnements dans l'entreprise : climat délétère, management abusif, harcèlement, etc.
  • Parallèlement, l'environnement familial et social de l'individu joue un rôle dans le processus de burn-out. Le risque d'épuisement est notamment accru lorsque l'on note :
    • manque ou absence totale de soutien de la part de l'entourage proche de l'individu, pouvant aller jusqu'au dénigrement,
    • soucis personnels : financiers, relationnels, affectifs, de santé, etc.
    • responsabilités personnelles importantes : charge d'un malade, d'un proche avec un lourd handicap, engagement dans de trop nombreuses associations, etc.
  • Enfin, il semblerait que la personnalité de l'individu ait également un rôle dans le processus d'épuisement. Certains traits de caractère, pris dans un contexte de stress au travail , peuvent, malgré eux, aggraver la situation :
    • sens exacerbé du devoir et de l'engagement,
    • idéalisme, perfectionnisme,
    • croyances limitantes et faible estime de soi,
    • incapacité à dire non,
    • difficultés à déléguer, 
    • méconnaissance et/ou déni de ses limites, 
    • etc.

surmenage

Comment prévenir l'épuisement professionnel ?

L’entreprise est responsable de la sécurité et de la santé des salariés . Aussi doit-elle tout mettre en oeuvre afin que nul ne sombre de manière anormale, dramatique ou irréversible à cause d'un stress trop élevé.

Parallèlement, le salarié lui-même doit veiller à son propre bien-être et à celui de ses collègues.  Etre à l'écoute, déceler les premiers signes d'épuisement, entendre et prendre en considération les signaux envoyés par son corps et son esprit, se respecter et prendre le temps de déconnecter et se ressourcer... Prendre le temps de souffler, se ressourcer, faire des pauses, prendre conscience qu'il est temps de changer certains modes de fonctionnement... Autant de pistes à explorer avant d'atteindre ce point de non-retour. 

Le stress, lorsqu'il est maîtrisé, est une source d'énergie formidable. Il est donc essentiel d'apprendre à le connaître pour en faire un moteur d'efficacité et de performance   et non un frein, voire une véritable emprise paralysante.

Comment sortir d'un burn-out ?

Il est évident qu'il serait utopique de penser pouvoir remédier seul à un épuisement professionnel déjà bien avancé. Il est donc essentiel de se faire aider dès les premiers symptômes par des professionnels qui sauront guider le patient vers un retour à une vie sereine.

Quelques pistes toutefois :

  • savoir repérer les signaux d'alarme : physique, psychisme, émotions, etc. et ne pas hésiter à consulter et faire un bilan de santé au moindre doute.
  • apprendre à se connaitre : mode de fonctionnement, limites, besoins, etc. et se respecter.
  • savoir dire non et accepter de faire une pause quand le besoin s'en fait sentir avant de se laisser submerger et entrer dans la spirale infernale du burn-out.
  • prendre le temps de déconnecter et se ressourcer : couper son téléphone et apprendre à savourer l'instant présent, marche en pleine nature, relaxation, méditation, sport, activités culturelles/artistiques, hobbies... 
  • équilibrer ses vie professionnelle et personnelle en adéquation avec ses valeurs : cloisonner les 2 le plus possible afin de les préserver, l'une comme l'autre.
  • etc.

Quelles sont les conséquences ?

Plus l'état d'épuisement sera avancé, plus il engendrera des conséquences importantes dans la vie - professionnelle, mais également personnelle - de l'individu. Non seulement pendant la phase aiguë de la maladie, mais également après. L'entourage de la personne en burn-out ainsi que son entreprise seront impactés.

L'épuisement professionnel peut faire basculer la personne touchée dans une véritable dépression, avec toutes les conséquences que cela peut avoir (vie familiale, sociale, professionnelle...). Cela peut également entraîner des maladies ou infections graves (un stress permanent provoque des perturbations hormonales qui peuvent affecter plus ou moins sévèrement certains organes et/ou fonctions et avoir de sérieuses conséquences au niveau de la santé). Le patient peut également présenter des comportements à risques (consommation de drogues plus ou moins dures, troubles du comportement alimentaires, envies suicidaires...).

La fatigue physique et psychique liée au burn-out est difficile à surmonter. La récupération peut être longue (plusieurs mois).

    Plus l'état d'épuisement sera diagnostiqué tôt, meilleures seront les chances de retrouver rapidement sérénité et équilibre.

 

Sélection de documents publiés sur internet

Dossiers

Association France Burn-out

Première association française d'aide au victimes d'épuisement professionnel. Le site recense des tonnes d'informations sur le sujet : démarches, questions juridiques, témoignages, des pistes pour aider les personnes qui sentent poindre le burnout, etc.

Association France Burn-out


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

  • Gravatar for Kernmacher

    Kernmacher 13/02/2019 11:47

    Le stress au travail concerne beaucoup de personnes. S’il dépasse la limite des capacités d’acceptation d’un individu en devenant chronique, il peut amener a un état épuisement physique et psychologique, c’est ce que l’on appelle un burn-out. L’assertivite, la connaissance et l’estime de soi, comme équilibre entre vie personnelle et professionnelle, ainsi que la conscience de ses propres limites permettront d’éviter épuisement professionnel

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :