La méthode MoSCoW pour définir les priorités d'un projet

Publié le 28/06/2017 - Mis à jour le 29/06/2017

Pour bien gérer un projet et atteindre les objectifs associés, il est impératif de prioriser les points à traiter, les tâches à mener, les solutions à appliquer dans un espace temps déterminé... Prisée dans les approches agiles, la méthode MoSCoW est un outil pratique et très simple à mettre en oeuvre pour fixer les priorités. Voyons comment l'implémenter. 

Prioriser avec la méthode MoSCoWQu'est-ce que la méthode MoSCoW ?

Dai Clegg, consultant chez Oracle UK, a mis au point cet outil pour classer les exigences d'un projet selon leur degré de criticité. L'idée est d'aller au-delà d'une classification plus ou moins binaire reposant sur l'importance, afin de mieux comprendre pourquoi choisir tel ou tel élément plutôt qu'un autre. Utilisée par les projets Agile, originellement avec la méthodologie DSDM  (Dynamique Systems Developpement Method ), MoSCoW facilite la prise de décision.

 

MoSCoW est l'acronyme de :

  • M - Must have this :  Il s'agit véritablement des points critiques, pas de question à se poser, ils doivent doit être traités en priorité. Dans le cas contraire, le succès du projet en souffrira et mènera à son échec. Ces exigences sont non négociables.
  • S - Should have this if at all possible :  ces points apportent une vraie valeur ajoutée et/ou leur importance contribue à l'atteinte des objectifs. La différence avec les Must Have réside souvent dans le fait que leur traitement peut être différé dans le temps après celui des points prioritaires. Dans ce cas, leur classement est assimilable à la case  " Important mais non urgent " de la matrice importance-urgence. Et doivent ainsi être traités dans la mesure du possible.
  • C - Could have this if it does not affect anything else : bien de les avoir, peuvent être retirés des priorités si des choix doivent être faits. Généralement, ils font partie des "petits plus" qui contribuent à la satisfaction client pour un coût très modéré.  Des exigences additionnelles de confort.
  • W - Won't have this time but would like in the future : Ils sont exclus du projet, mais font partie des points qui restent dans les cartons pour un traitement ou une intégration ultérieure.

A noter que le "o" de la méthode ne sert qu'à donner un sens à l'acronyme pour faciliter sa mémorisation.

Un nombre conséquent de Should et de Could, pour plus de flexibilité dans le projet. Le risque est d'obtenir une majorité de Must, auquel cas tout devient prioritaire, avec des problèmes budgétaires et de charges à venir.

La méthode s'applique à des exigences, des tâches, des produits, des fonctions,  des caractéristiques, des tests, des critères, des déploiements...

En langage agile, à :

  • - des "user case"
  • - des "user Stories"

Mise en oeuvre de la méthode

Voici les principales étapes :

  1. Constituez un groupe de travail

    Abordez le sujet sous forme d'atelier avec un groupe représentatif des différentes parties prenantes. L'objectif du Workshop est de sélectionner une liste de points prioritaires. Pour ce faire, il est indispensable que les décideurs soient présents pour que les choix soient entérinés à la fin des échanges.

    Listez les points à qualifier

    Dressez un inventaire complet des points sur un tableau blanc ("paperboard"), ou bien avec des "post-it" ou encore en vous servant d'un tableur Excel en l'affichant à la vue de l'assemblée à l'aide d'un vidéoprojecteur.

    Priorisez les items

    Affectez une catégorie Must, Should, Could ou Won't pour chacun des points de la liste. Utilisez des couleurs (post it, pastilles... ou bien des couleurs de ligne spécifiques pour Excel). Ce travail se fait bien sûr en groupe en faisant participer tout le monde. Cette qualification donne lieu à des discussions, des intérêts divergents risquent de s'opposer. C'est un processus normal pour aboutir à un résultat équilibré.

     Validez la classification

    Regroupez les items appartenant à la même catégorie et estimez si la charge est tenable en accord avec les objectifs et les contraintes du projet. Dans la négative, refaites une passe sur les "Must" pour vous assurer qu'ils sont vraiment indispensables.

Les points forts de cette méthode :

  • Elle fournit un vocabulaire pertinent et opérationnel pour prioriser des items.
  • Elle libère des degrés de flexibilité au projet : définition d'un périmètre de tâches à mener construit et réfléchi, en accord avec les objectifs poursuivis en termes de délai, qualité, et coût. Il vaut mieux réduire le périmètre du projet à posteriori et garder la maîtrise du travail réalisé. Dans le cas contraire, le risque est de subir des dérapages au niveau planning, budgétaire, etc. 
  • Elle permet d'identifier et d'enregistrer les demandes pour des versions ou projets ultérieurs (les won't). Un sujet important pour les clients du projet qui ne veulent pas voir leurs requêtes non validées immédiatement tomber dans les oubliettes.

L'importance de la priorisation

Il n'est pas possible de tout traiter dans un projet. Chaque partie prenante possède ses propres exigences et attentes. Pourtant au final, vous n'avez pas d'autre choix que d'établir la liste des points prioritaires.

L'utilisation d'un outil simple à comprendre et facile à utiliser présente l'avantage d'aider à construire un consensus autour de la priorisation des exigences. Un facteur clé pour le succès de chaque projet.

Ce dossier est référencé dans : Cadrage du projet

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !