Comment faire un Brainstorming : la méthode

Mis à jour le 29/05/2018 par l'équipe de Manager GO!

Techniques de résolution de problème S'il existe un outil qui est passé dans le langage commun des entreprises, c'est bien le Brainstorming  ("remue-méninges", pour nous Français) .

Ce terme (la version anglo-saxonne) est d'ailleurs utilisé à toutes les sauces dès lors qu'il est question de réflexion collective : " Allez, faisons un brainstorming ! ".  

Bien que qualifiée de créative, il n'en demeure pas moins que cette méthode répond à une démarche rigoureuse pour produire les résultats escomptés.

Définition : qu'est ce que le brainstorming ?

Un petit peu d'histoire pour débuter : cet outil a été inventé par Alex Osborn, un publicitaire américain. Il s'appuie sur la capacité créative d'un groupe à trouver des idées nouvelles en dehors de toute influence de normes ou d'idées préconçues, pour résoudre un problème . L'un des principes est de générer le plus d'idées possible en réponse à une question .

L'application principale est la résolution de problème : trouver des pistes de solution. C'est une méthode créative qui permet véritablement , à ce titre, d'innover en trouvant des réponses inimaginables. 

 

Les étapes du brainstorming

Méthode créative

1- Préparation 

Constitution du groupe :  le premier rôle de l'animateur est de construire un groupe de travail efficace et pertinent.

Efficace de par un nombre maxi de participants, ouverts à la discussion, qui oscille entre 5 et 10 personnes ; et pertinent par un choix de collaborateurs possédant des angles de vue contrastés. Que ce soit par des métiers, des expertises ou encore des positions hiérarchiques différents. Attention pour ce dernier point : soyez attentifs à ce que les liens hiérarchiques ne soient pas un frein à l'expression de certains. Cette diversité est importante pour obtenir une richesse d'idées.

Choix de l'environnement et des outils : la salle et sa disposition doivent favoriser les échanges et créer une atmosphère détendue. Vidéos projecteur, paperboard...  Réflechissez bien aux outils à utiliser pour noter les idées.

2- Définition de la question de départ

Aussi nommée "phase de cadrage" : l'objectif est de s'assurer que tous les participants sont d'accord sur le problème à résoudre ou la question à travailler , et que chacun possède le même niveau d'information. 

L'animateur fixe, en accord avec le groupe, le périmètre de la recherche d'idées et le temps alloué pour cette phase. 

3- Recherche d'idées - la phase de production

C'est la phase créative à proprement parler. Le but est que chacun émette ses idées telles qu'elles lui viennent à l'esprit. La censure n'est pas de mise, ni le jugement. Seule compte la spontanéité.

Tout le monde est au même niveau, plus de hiérarchie, ni de services...

Un point intéressant dans cette méthode est l'effet d'entrainement induit. Une nouvelle piste en attire une autre, et ainsi de suite. 

Même si l'objectif est de produire un maximum d'idées, l'animateur se doit de vérifier que tout est compris , quitte à demander de reformuler une proposition peu claire.

Tout le talent de l'animateur réside dans sa capacité à encourager les participants introvertis à s'exprimer en cadrant les plus bavards, sans les bloquer. Il doit créer un environnement détendu et stimulant .

Il a également pour rôle de noter les idées au fur et à mesure qu'elles sont émises.

La phase débute par le rappel (voire l'affichage) des règles à respecter : ne pas s'autocensurer, ne pas critiquer les autres, maintenir un rythme soutenu, s'appuyer sur les idées déjà émises.

4- Classement/filtrage des idées et sélection des solutions

Une fois que les idées sont couchées sur le papier, vient la phase de rationalisation.

Au menu : regroupement par analogie pour créer des "métas" idées, suppression des quasi-doublons, élimination des plus farfelues, etc.

La liste étant maintenant beaucoup plus "propre", il convient de définir des critères d'appréciation pour déterminer quelles sont les idées les plus intéressantes à travailler. 

Le ménage et la mise en cohérence une fois terminés, l'équipe peut réfléchir sereinement sur les idées qui apportent de véritables solutions à la situation de départ. 

Ce qu'il ne faut pas faire

Critiquer l'avis des autres : le processus collectif et la dynamique risquent d'être annihilés, chacun faisant attention à ce qu'il  va dire..

Couper le flux de la phase créative par un début de réflexion ou de classement. Les idées doivent pouvoir apparaître sans contraintes.

Éliminer d'emblée les idées farfelues : ce sont celles à l'origine de vraies innovations

Travailler sur un problème trop large :  les propositions vont fuser dans tous les sens et le temps imparti ne suffira pas pour apporter des réponses claires à la question de départ.

Un peu de lecture

Quelques ouvrages pour aller plus loin

Ce dossier est référencé dans : Outils pour améliorer la qualité - Brainstorming - Outils

Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !