Innover avec la méthode SCAMPER

Maj le 14/11/2019 par Laurent GRANGER

Nos habitudes créent des ornières qui restreignent notre capacité à innover. Certains outils apportent une aide bienvenue, nous obligent à sortir de nos rails et observer un problème, un produit, une organisation sous une nouvelle perspective. La méthode SCAMPER apporte cette vision différente en suggérant de nouvelles pistes à étudier.

Qu'est-ce que la méthode SCAMPER ?

Il s'agit d'un outil de créativité, nommé en Français "technique de concassage" initié par Alex Osborn, inventeur du brainstorming , puis développé par Bob Eberlé, dans son ouvrage " Scamper Games for Imagination Development".

Il repose sur une check list visant à examiner chaque produit, service, mais aussi à creuser un concept, une idée, un problème ou encore une situation... sous différents angles codifiés par les lettres de la méthode. Il suffit quelquefois de prendre le problème à l'envers (comme le propose le reverse brainstorming ), ajouter une nouvelle dimension, remplacer un élément par un autre, combiner 2 solutions, etc. pour produire des idées originales.

Le principe de la méthode SCAMPER est de partir de l'existant et le modifier afin d'btenir un nouvel élément à valeur ajoutée.

En effet, SCAMPER est l'acronyme de :

  • S - Substitute => en Français = >Substituer
  • C - Combine => Combiner
  • A - Adapt => Adapter
  • M - Modify => Modifier
  • P - Put to other uses   => Traduit par "Produire"
  • E - Eliminate => Eliminer
  • R - Reverse => Renverser

Un procédé mnémotechnique pour faciliter la mémorisation.

 

Méthode scamper

A noter : la méthode peut prendre un dernier R pour " Rearrange" (Réorganiser) et devenir SCAMPERR.

Chaque élément de la checklist est associé à des questions utilisées pour réfléchir sur les produits et services actuels.

Comment utiliser la méthode SCAMPER ?

Il convient, pour chaque approche, de se poser des questions :

S - Substitute

Remplacer une partie du sujet observé par une autre. Une partie de l'offre, du problème, etc. Bien réfléchir sur l'ensemble des composantes. Par exemple, changer l'emplacement géographique.

Exemples de questions à se poser :

  • Quelle partie peut être remplacée ?
  • Peut-on changer les règles ?
  • Quelles technologies, matières, etc. peuvent être substituées ?
  • Quels autres produits ou services peut-on utiliser en remplacement ?
  • Peut-on utiliser d'autres matériaux ?
  • Peut-on changer le packaging, la couleur, la forme ?
  • Est-ce intéressant de substituer une équipe par une autre ?

C - Combine

Joindre plusieurs éléments pour en former un seul. Que ce soit des produits, des services, mais aussi des problématiques, solutions, organisations et autres ressources.

Exemples de questions à se poser :

  • Avec quels autres produits ou services peut-on l'associer pour plus de valeur ?
  • Peut-on combiner plusieurs compétences ?
  • Quels processus peut-on fusionner pour améliorer ce produit ?
  • Peut-on associer 2 idées pour n'en former qu'une seule ?
  • Quel mix serait performant ?

A - Adapt

Adapter un produit, un service, une solution existante à la nouvelle application. L'idée est de rechercher une solution qui a fonctionné dans une situation donnée et l'appliquer au cas étudié.

Exemples de questions à se poser :

  • Est-il adaptable pour d'autres applications ?
  • Avons-nous déjà été confrontés à ce cas ?
  • Quel processus peut-on adapter ?
  • Peut-on partir sur une base existante et l'enrichir de nouvelles fonctionnalités ?

M - Modify

Modifier une caractéristique, élargir le champ de réflexion (le terme de "Magnify" est également utilisé).

Exemples de questions à se poser :

  • Si on amplifiait le problème, que se passerait-il ?
  • Peut-on ajouter des fonctionnalités supplémentaires ?

P - Put to other use

Utiliser dans une autre application - S'applique bien aux idées présentant un intérêt moyen pour une situation donnée, mais se révèle être très intéressante dans une autre.

Exemples de questions à se poser :

  • Dans quels autres contextes peut-on déplacer la problématique ?
  • Cette idée est-elle une opportunité pour d'autres marchés ?
  • Existe-t-il une autre façon d’utiliser les propriétés découvertes de ce produit ?

E - Eliminate

Réfléchir sur ce qui peut être retiré :

Exemples de questions à se poser :

  • Peut-on simplifier le produit ? Le problème ? La solution ?
  • Que peut-on retirer ?
  • Est-ce envisageable de réduire ses dimensions ?
  • Quel est le superflu ? Existe-t-il des fonctionnalités peu utiles ?

R - Reverse

Réorganiser les parties du sujet étudié - changer l'ordre des choses.

 Exemples de questions à se poser :

  • Peut-on inverser les causes et les effets ?
  • Si on changeait les priorités, que se passerait-il ?
  • Cette faiblesse n'est-elle pas en réalité une force ?

 

Ce dossier est référencé dans : Résolution de problèmes : démarche et outils

Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

  • Gravatar for John NTALEMWA

    John NTALEMWA 19/07/2018 20:54

    La méthode SCAMPER me semble très intéressant. Elle me donne l'impression de pouvoir amener une organisation ou les responsables d'une organisation à regarder leur organisation autrement. Excusez la répétition. Je prendrais la première occasion pour l'expérimenter. Merci