Portrait-robot d’un mauvais manager

Maj le 18/03/2022 par l'équipe de Manager GO!

Comment reconnaître un mauvais manager ? Qu'est-ce qu'il le caractérise ? Comment ne pas tomber dans ce travers ? A découvrir le portrait-robot de ce type de manager.

Mauvais manager : les signes qui ne trompent pas

Le mauvais manager est rapidement identifié en entreprise. Après quelques mois en poste, le mauvais management s’observe à 2 niveaux :

  • Au niveau de l’équipe : les collaborateurs sont les premiers impactés par un mauvais management. En contact étroit avec leur N+1, ils subissent directement les travers de sa personnalité ainsi que son manque de compétences. Les collaborateurs communiquent entre eux à ce sujet, se plaignent auprès de leur direction et la mauvaise réputation du manager devient de notoriété publique.
  • Au niveau de l’entreprise : le mauvais manager obtient de mauvais résultats, il n’atteint pas ses objectifs et cela impacte la performance de l’entreprise à la baisse. Cet aspect du mauvais management est visible plus tardivement. En amont, des signes avant-coureurs peuvent alerter : quand la motivation de l’équipe décroît, quand les arrêts maladie pour burn-out ou bore-out se multiplient, le mauvais management expose l’entreprise au risque de désorganisation.

Portrait-robot d'un mauvais manager

Les caractéristiques du mauvais manager

Le manager est mauvais sur le plan technique et/ou sur le plan humain.

  • Sur le plan technique : les compétences métier lui font défaut. Exemple : le responsable communication digitale est difficilement en mesure de bien manager son équipe s’il ne s’est pas récemment formé aux usages des nouveaux médias sociaux, tel que TikTok. Faute de connaissances sur le sujet, il risque en effet de rejeter les suggestions des collaborateurs qui entrevoient pour leur part les opportunités de cet outil. L’équipe est frustrée, l’entreprise pâtit de ce manque à gagner.
  • Sur le plan humain : le mauvais manager n’exploite pas les qualités essentielles au bon manager. Le très mauvais manager a une personnalité totalement contre-productive eu égard à son rôle.

De l’avis des collaborateurs, c’est plus fréquemment sur le plan humain que le mauvais manager s’illustre. Voici son portrait-robot.

Indépendant et solitaire

Le mauvais manager ne communique pas avec son équipe, ou communique mal. Les briefs sont flous, les collaborateurs ne disposent pas de vision stratégique globale, le manager se rend coupable de rétention d’informations, la porte de son bureau reste close… dans ces conditions, l’équipe ne peut pas travailler correctement. Le manager œuvre en secret depuis sa tour d’ivoire, indépendant et solitaire.

Son indisponibilité et son incompétence à diriger une équipe mettent à mal les résultats de l’entreprise et frustrent les collaborateurs. Incapable de gérer les conflits au sein de l’équipe, le manager en outre risque de désorganiser l’entreprise.

Figurant inerte

Le mauvais manager manque d’énergie et d’enthousiasme. Or ces travers d’humeur sont communicatifs : les collaborateurs peu à peu sont contaminés par l’inertie et le défaut de motivation, l’ambiance et les résultats se dégradent faute d’un manager moteur de performance.

Mauvais coach, le manager n’exploite pas son charisme pour mobiliser son équipe sur un projet stimulant. Il fait lui-même des erreurs et son manque d’exemplarité lui fait perdre sa crédibilité.

Orgueilleux

Le bon manager valorise son équipe, car il a compris que sa propre réussite est étroitement liée aux succès de ses collaborateurs. Or mieux il les met en valeur, plus ils performent. Le mauvais manager s’attribue les mérites individuels de ses collaborateurs. Faute d’être récompensés pour leur travail, ceux-ci ne trouvent plus aucune motivation à performer.

Dans ses relations interpersonnelles avec ses collaborateurs, le mauvais manager en outre se rend coupable de favoritisme, de mépris et de manque de respect.

Trop exigeant

Si l’exigence est une qualité du bon manager, l’excès d’exigence est nuisible. Cela s’observe à plusieurs niveaux :

  • Le mauvais manager fixe des objectifs irréalistes donc inatteignables.
  • Le manager est obsédé par les chiffres, sans considération pour les accomplissements intermédiaires.
  • Le manager fait du micromanagement . Sa personnalité « control freak » l’empêche de déléguer sereinement, les collaborateurs se sentent épiés au travail.
  • Trop autoritaire et sûr de lui, le manager n’est pas ouvert aux suggestions : les collaborateurs n’ont aucune marge de manœuvre et souffrent d’un défaut d’autonomie.

Comment devenir un bon manager ?

Le mauvais manager nuit au bien-être au travail des collaborateurs ainsi qu’à la performance de l’entreprise. Mais il se nuit également à lui-même, se fermant la porte à une carrière à la hauteur de ses ambitions. Heureusement, la situation n’est pas irrémédiable.

  • Sur le plan technique : la formation continue permet de se tenir à jour des évolutions métier, dans un contexte particulièrement mouvant.
  • Sur le plan humain : le manager peut travailler sur ses défauts, et acquérir des qualités humaines. Le coaching est une bonne solution à cet effet.

En tout état de cause, il est important de remettre les choses en perspective : le manager n’est pas responsable de tout, l’entreprise fonctionne grâce à tous ses acteurs et le manager doit pouvoir s’appuyer sur une bonne équipe tout en étant guidé par une direction compétente.

 


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !