Mentorat : pourquoi et comment le mettre en oeuvre ?

Maj le 19/08/2021 par l'équipe de Manager GO!

Les pays anglo-saxons y ont largement recours, et pour cause : le mentorat d'entreprise est une pratique vertueuse, qui sert les intérêts de tous. En France, PME et entreprises du CAC 40 commencent à l’envisager également. Découvrez comment le mettre en place en entreprise, et tout ce que vous avez à y gagner…

Qu'est-ce que le mentorat ?

Il s'agit d'un accompagnement et une aide au développement personnel et professionnel réalisé par un professionnel, le mentor.  Ce dernier s'appuie sur son expérience et ses compétences pour réaliser sa mission.  L’objectif étant d’amener le mentoré à avancer par lui-même tout en restant à son écoute et prêt à lui distiller quelques pistes ou conseils.

Les fondamentaux en entreprise

Le mentorat d'entreprise n'est pas né de la dernière pluie... Dans l'Odyssée, Athena empruntait les traits de Mentor, ami d'Ulysse, afin d'accompagner et instruire Télémaque... D'où l'origine du mot !

  • La période de mentoring peut s’étendre sur une courte durée – cycle de 6 mois, par exemple – ou s’inscrire dans une perspective plus long terme – programme sur 18 mois. La durée doit être fixée eu égard aux objectifs visés et au profil du mentoré.
  • A la différence du coach ou du consultant, avec qui il partage des objectifs similaires, le mentor est bénévole : il exerce sa mission gratuitement.
  • Il n’y a pas de notion de hiérarchie : les échanges sont relativement informels, et les résultats ne sont pas sanctionnés d’une quelque manière. La confiance est au cœur de la relation.
  • il peut être interne ou externe. Le mentoré est accompagné soit par un professionnel indépendant externe à l’entreprise, soit par un collaborateur interne de l’entreprise. En cas de mentorat externe, l’entreprise peut exiger la confidentialité du process.

A noter : il se distingue du coaching. Quelles différences ? Le coaching professionnel vise un objectif précis, dans le cadre de séances cadrées. Le coach en outre est rémunéré. Ce qui n'est pas le cas d'un mentor interne.

Le rôle du mentor

Le rôle du mentor s'inscrit dans une relation bipartite : le mentor, expérimenté et talentueux, partage ses connaissances et son savoir-faire professionnels avec le mentoré. Attention à la pertinence de l’expérience du mentor ! La confiance mutuelle est l’une des conditions sine qua non de la pérennité d’une telle démarche.

Le mentor apporte, ponctuellement ou au quotidien, son regard et son expertise en support au mentoré. Ce regard externe est précieux. Il permet de se poser de nouvelles questions, voir les situations sous un autre angle.

Le rôle du mentor est aussi de soutenir son collègue lors des passages à vide qu'il peut connaître. Il est alors présent pour booster sa motivation.

Pourquoi pratiquer le mentoring ?

Faire du mentorat

3 bonnes raisons de déployer cette pratique :

  1. Pallier aux difficultés d’un employé

    Il arrive qu’un employé de l’entreprise éprouve des difficultés à performer. Son bien-être au travail se dégrade, et il envisage son départ. Cette issue peut être évitée : un mentor interne à l’entreprise accompagne l’employé sur le court terme, l’aide à trouver ses solutions de manière à regagner sa place. En tant que dirigeant, vous réduisez le turnover et vous améliorez votre image de marque.

  2. Accélérer les résultats de l’entreprise

    La prise d’un poste à hautes responsabilités prend du temps – apprentissage des méthodes, prise en main des outils, acquisition des compétences de manager… Au moment d’entrer aux fonctions de directeur général, par exemple, vous pouvez tirer parti du mentorat d’entreprise : le mentor guide le jeune dirigeant pour maîtriser plus rapidement son rôle. L’échange avec un mentor externe expérimenté permet au mentoré d’obtenir de meilleurs résultats, plus vite. Le talent est mis en valeur dans les meilleures conditions, il exploite son plus haut potentiel.

  3. Favoriser l’intégration d’un salarié

    Cette pratique permet aux nouvelles recrues de mieux s’intégrer . La pratique peut ainsi être envisagée de manière systématique : à l’arrivée d’un salarié, un mentor – collaborateur interne – lui est dédié sur une courte durée pour l’accompagner dans la nouvelle entreprise. Cette forme d'appui peut aussi être envisagée au moment de réintégrer un salarié – après un long congé sabbatique ou un congé maternité, par exemple.

    Quelle que soit la situation, les bénéfices s’observent à tous les niveaux :

    • - Le mentoré est valorisé au travail.
    • - Le mentor tire de la satisfaction personnelle du partage de son expérience.
    • - L’entreprise gagne en performance et en image de marque, et renforce ses équipes intergénérationnelles.

Le reverse mentoring, une opportunité à saisir

Dans le contexte technologique, une nouvelle pratique se développe : le reverse mentoring inverse le schéma. Un jeune salarié de la génération Y devient le mentor d’un senior, pour faciliter son adaptation aux nouveaux usages du digital. Des entreprises telles qu’Axa et la SNCF en ont déjà fait l’expérience bénéfique…

Conseils pour bien mettre en œuvre le mentorat

Vous êtes séduit par la pratique ? Voici les étapes à respecter pour assurer la réussite du mentorat dans votre entreprise :

  1. Déterminez vos objectifs : (ré)intégration d’une nouvelle recrue, montée en performance rapide au moment d’une prise de poste, aide au salarié en difficulté… en fonction de la finalité, vous cherchez un mentor en interne ou en externe.
  2. Choisissez le mentor avec soin : son expérience est un critère de choix central, puisqu’elle constitue son outil majeur pour accompagner le mentoré. Mentor et mentoré doivent en outre bien s’entendre, et se faire confiance.
  3. Formalisez les échanges informels : si les notions de hiérarchie et de résultats n’ont pas lieu d’être, il est important de fixer un cadre aux échanges. Déterminez un planning qui satisfasse tant le mentor que le mentoré.
  4. Observez les résultats !  Réalisez un suivi des apports. 

 

Le profil du mentor

Le mentor d'entreprise a un rôle clairement défini et se doit de posséder un certain nombre de qualités. On ne s’improvise pas mentor du jour au lendemain. Il faut avoir un minimum de connaissances en psychologie et un parcours professionnel suffisamment riche pour espérer prétendre à cette expérience. La crédibilité du mentor, ainsi qu’une certaine disponibilité de sa part et une attitude positive sont également des ingrédients indispensables pour que le courant passe et que tout fonctionne.

Le mentor transmet son savoir mais doit également savoir écouter et apprendre de son mentoré . La relation n’en sera que plus riche et l’expérience couronnée de succès

 


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !