Impliquer ses collaborateurs avec le management participatif

Maj le 23/11/2018 par Raphaële GRANGER

Favoriser le dialogue, renforcer les relations interpersonnelles, instaurer un climat de confiance sont autant d'éléments intrinsèques au management participatif. Quels sont les objectifs, les avantages, les limites du management participatif ? Comment implémenter une telle démarche au sein de son entreprise ?

La rentabilité d'une organisation dépendant en bonne partie par la qualité de son management, il apparaît essentiel de redonner une dimension humaine à ce dernier . Le management participatif va dans ce sens en s'appuyant sur l' intelligence collective , en offrant une plus grande autonomie et un certain pouvoir de décision aux salariés.

 

Management participatif - le concept

Arrivé tout droit d'Amérique du Nord, le management participatif est en quelque sorte une réaction aux méthodes traditionnelles hiérarchiques plutôt autoritaires qui étaient jusqu'ici la norme, mais qui ne correspondent plus totalement au monde actuel. Si ce style de management remporte une vive adhésion sur le continent nord- américain dont les mentalités sont plus ouvertes, il gagne progressivement ses jalons sur le vieux continent. En effet, les entreprises s'appuient de plus en plus sur l'intelligence collective, puissant levier d'innovation et de motivation, pour rester compétitives dans leur domaine.

Antithèse des approches directives, l'objectif majeur des méthodes participatives est de créer une adhésion par l'implication des personnes . Bien que difficiles à maintenir dans un contexte de crise, ces postures managériales permettent néanmoins de construire une relation pérenne entre manager et collaborateurs sur le long terme. 

Pour autant, manager selon un mode participatif ne signifie pas se délester de toute responsabilité et donner tous les pouvoirs à ses collaborateurs. En effet, un mode de management dit participatif peut conserver une partie directive , dans le sens où le manager définit un objectif à atteindre (ses collaborateurs le reçoivent en tant que tel, ne le contestent pas, ni le négocient). Les équipes ont ensuite une marge de manœuvre élargie pour atteindre ledit objectif. 

Les principes de la méthode participative

Ce type de management s'axe sur 5 piliers :

  • Mobiliser : fédérer les salariés autour d'un objectif commun, un projet, etc.
  • Déléguer et concerter : responsabiliser les collaborateurs en les rendant les plus autonomes possible, encourager l'intelligence collective, la cohésion et le travail en équipe.
  • Améliorer continuellement les compétences personnelles et collectives : implémenter une réelle démarche de développement personnel en permettant à chacun d'acquérir de nouvelles compétences et/ou développer certaines connaissances ou savoir-être.
  • Réattribuer la gestion des conflits aux protagonistes concernés : régler, si possible, les tensions au niveau où elles sont apparues, sans en référer systématiquement à la direction ou au manager ni attendre un arbitrage de ce dernier. 
  • Mettre en place des démarches de régulation : accepter l'erreur et permettre à chacun d'implémenter des outils individuels et/ou collectifs afin de faciliter l'autocontrôle et ainsi impliquer chacun davantage dans le processus même de management participatif.
management participatif

Lors de leur migration, les bernaches volent en V, prenant à tour de rôle la tête de la formation afin d'optimiser l'endurance du groupe : les premières, grâce aux turbulences induites par leurs ailes, permettent aux suivantes de fournir moins d'efforts.

Les objectifs du management participatif

Le management collaboratif vise à ce que les salariés participent pleinement à la vie de l'entreprise, en favorisant la coopération, en les associant notamment dans les prises de décision , avec l'objectif final d'améliorer performance et efficacité individuelle, collective ainsi que la productivité de toute l'organisation.

Avantages et limites

Atouts du management  participatif

Les intérêts d'une démarche managériale participative sont nombreux. Cela permet, entre autres, de :

  • (re)donner du sens : en prenant conscience de tous les différents aspects d'un projet, chaque maillon trouve davantage de sens dans sa mission qui s'inscrit dans une stratégie collective. Chaque collaborateur éprouve un réel sentiment d'appartenance à une entité. Motivation , initiative et performance s'en trouvent dopées.
  • responsabiliser : en encourageant le partage d'information et la prise d'initiative.
  • renforcer l'autonomie : via ce mode de management délégatif, chacun gagne en liberté d'action.
  • accroître la performance : communication interpersonnelle facilitée, informations partagées horizontalement, échanges facilités entre collaborateurs de différents services, cohésion sociale, partage d'expérience et de connaissance, mise en commun des savoir-faire, etc.
  • améliorer la qualité de vie au travail : moins d'absentéisme, moins de conflits, épanouissement personnel encouragé, etc. 

Écueils de la participation collective

Certains pièges existent bel et bien dans ce mode de management :

  • gestion du temps : les nombreuses sollicitations dues au caractère participatif de la démarche peuvent entraîner une réunionite aiguë -chronophage et perturbatrice au niveau de la concentration des salariés sur leur travail. Ce qui peut, par ailleurs, engendrer un manque de réactivité de l'entreprise, car recueillir l'avis et l'adhésion de tous peut s'avérer fort délicat sur certains sujets sensibles.
  • encourager le collectif tout en reconnaissant l'individuel peut s'avérer délicat à mettre en oeuvre.
  • gestion de certains conflits : notamment en périodes de crise (licenciements, délocalisation, réorganisation, etc.).
  • confidentialité de l'information : dans le cadre d'innovations particulièrement, où la discrétion est de mise.

Implémenter une démarche de management participatif

Mettre en place une approche de management participatif au sein de son entreprise engendre un remaniement organisationnel progressif. Il s'agit de replacer l'Humain et les relations humaines au cœur de l'organisation . Ainsi, le bien-être au travail et l'épanouissement personnel deviennent des piliers du management.

Implémenter une collaboration efficace et efficiente de tous les collaborateurs requiert énormément de dialogue, des essais, des ajustements au fur et à mesure de l'implantation de la démarche. Il serait vain de définir une solution toute faite de but en blanc et vouloir à tout prix l'implémenter sans l'ajuster à l'entreprise, son histoire et ses salariés.

Qualités d'un manager participatif

L'implication n'est pas forcée, mais bien voulue. Aussi, le leader - agissant en véritable coordinateur - participatif veille à ce que tout un chacun puisse - s'il le souhaite - s'impliquer pleinement dans la vie de l'entreprise. Il doit ainsi s'assurer que chaque collaborateur comprend les enjeux et objectifs d'un projet ainsi que l'importance de sa mission au sein de l'entreprise.

Il est possible d'effectuer une rotation, chaque collaborateur pouvant endosser ce rôle l'espace d'un instant. Cela permet une meilleure compréhension des enjeux stratégiques et harmonise généralement les relations interpersonnelles.

Un bon manager, pour être un leader participatif, devra posséder les qualités suivantes :

  • Ecoute active : capacité à percevoir et prendre en compte les attentes et besoins de ses collaborateurs, anticiper notamment les éventuelles réticences et/ou conflits en latence.
  • Authenticité et respect : personnalité saine et vraie, respect de l'autre et de ses options, ses idées. Tout le monde a sa place dans l'entreprise. Nul n'est plus important que l'autre.
  • Excellente communication relationnelle et transparence : une communication managériale axée sur le dialogue et la transmission adéquate des informations au fur et à mesure qu'elles arrivent ; une transparence permanente, notamment quant aux objectifs finaux et à la stratégie globale choisie par l'entreprise. Instaurer un climat de confiance réciproque entre les différents acteurs de l'organisation.
  • Aptitude à déléguer : aisance à confier une partie de son "pouvoir" à ses collaborateurs afin qu'ils puissent prendre les décisions à leur niveau sans avoir à obtenir préalablement son aval ou son approbation.

Outils utiles au management collaboratif

Une large palette d'outils et méthodes sont à la disposition du leader participatif, utilisables selon les besoins et le contexte : 

  • le brainstorming après constitution d'une équipe composée de collaborateurs aux profils complémentaires, ces groupes de réflexion sont de puissants leviers de questionnement dans le cadre de résolution de problèmes, innovation, ( méthode des 6 chapeaux , par exemple), etc.
  • les Réseaux Sociaux d'Entreprise : ces plateformes collaboratives permettent de fluidifier les échanges entre les salariés.
  • la boite à idées : auparavant véritable boite en métal, carton ou autre, elle revêt désormais un format digital facilitant la récolte et le traitement des suggestions (ce dernier point étant crucial pour l'efficacité et la pérennité du process).


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :