Le piège du micromanagement

Maj le 13/10/2019 par Laurent GRANGER

En tant que manager, vous voulez tout garder sous contrôle, vous demandez un reporting continu à vos collaborateurs, vous avez du mal à déléguer... vous êtes peut-être ce que l'on appelle un micromanager... 

Définition du micromanagement

Il s’agit d’une attitude générale du manager envers ses collaborateurs qui n’a de cesse de contrôler leurs faits et gestes, de mettre toujours plus de pression sur leurs épaules, de créer volontairement ou pas des situations de tension. Un manager en mal de leadership.

Ce comportement se retrouve surtout chez les managers intermédiaires qui, coincés entre les fortes exigences de leur N+1 et la pression de leurs équipes, perdent peu à peu la maîtrise des situations et se réfugient dans un comportement oppressant pour les autres, mais aussi pour eux.

La caricature de ce cadre est le "petit chef" qui ne fait pas confiance et agit en priorité pour défendre son pré carré. Qui s’attache trop aux détails sans savoir prendre le recul nécessaire pour conserver une vision de haut, indispensable pour un manager.

Quels sont les risques du micromanagement ?

Contrairement aux vieux principes reposant sur une hiérarchie forte et directrice, le management d’aujourd’hui requiert de s’appuyer sur la capacité de ses collaborateurs à prendre des initiatives, à innover, à résoudre différentes problématiques en toute autonomie.  

Le micromanagement vient à l’encontre de ces principes en :

  • Installant du côté des collaborateurs un climat de stress et un sentiment d'insécurité permanent inhibant toute prise de responsabilité,
  • tirant le moral des troupes vers le bas,
  • réduisant à néant la confiance accordée,
  • favorisant le désengagement des employés.

Les bases d’une relation vertueuse entre le manager et ses collaborateurs sont détruites. La conséquence directe est une sous-performance de sa team, de son service. 

Ne plus être un micromanager

Comment ne plus être un micromanager ?

Vous vous reconnaissez dans ce portrait ? Alors comment changer pour un management plus humain, plus performant, générateur de sens et en phase avec les défis de notre temps ?

Très simple il suffit de... reprendre les bases du management.

Nous vous l’accordons, très simple sur le papier. Toutefois, bannir ce comportement va au-delà de l’application de technique. Ce challenge demande un changement radical de savoir-être. La première étape est de restaurer la confiance mutuelle...

Les axes de travail :

  •  apprendre à faire confiance, tout en étant à l’écoute à travers des feedbacks réguliers. L’écoute est très importante, nous le répétons souvent sur ce site.
  •  Encourager l’initiative, l’autonomie.
  •  Communiquer, communiquer, communiquer. Les bases d’une relation de confiance se construisent à travers des échanges francs et honnêtes.
  •  Déléguer... mais déléguer vraiment, sans "marquage à la culotte". Fixez un objectif, faites quelques points intermédiaires si nécessaire et donnez rendez-vous à la fin de la mission confiée pour recueillir le feedback.

Vous l’avez compris, ces changements ne se font pas d’un coup de baguette magique. D’autant si vous imposez à vos collaborateurs un tel comportement depuis longtemps, très longtemps.

(Re)-faire confiance ne se fera pas en quelques jours ou quelques semaines. A vous d’avoir la patience et l’implication pour changer votre attitude et poser les bases d’un nouveau mode de fonctionnement... positif.

Votre boss est un micromanager ? Que faire ?

Si votre chef vous impose ce type de pression, vous avez la possibilité de faire face en adoptant une attitude plus ouverte et en lui inspirant confiance :

  •  communiquez, communiquez... eh oui dans ce sens aussi. Ne gardez pas tout pour vous et faites part de vos sentiments et opinions à votre supérieur.
  •  Prenez les devants et proposez de gérer des tâches, des projets. Commencez par des actions de faible envergure pour une fois encore montrer que vous êtes digne de confiance et que votre supérieur peut se reposer sur vous. Montrez à l’occasion l’étendue de vos compétences.
  •  Apprenez à gérer votre frustration pour faire face avec calme et de manière constructive aux remarques de votre chef. Même si elles ne sont pas tout à fait constructives. Restez professionnel en toutes circonstances.


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

  • Gravatar for Laurent Granger

    Laurent Granger 25/04/2019 16:19

    Bonjour Laurent,
    Merci pour votre contribution - Oui en effet, c'est une cause externe au manager dont sa résolution passe dans une nouvelle définition de missions avec son N+1 (ou plus haut dans la hiérarchie) ou tout au moins une clarification... Effectivement pas simple non plus...

  • Gravatar for Laurent C

    Laurent C 21/04/2019 15:42

    Parfois
    Ce sont les managers de managers qui cloisonnent leurs N-1 (middle managers) dans des tâches de micromanagement et se gardent la Vision, le développement, la prise de recul etc... donc attention, tout n’est pas si simple.

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :