Présentéisme au travail

Maj le 27/08/2020 par Raphaële GRANGER

Un mal souvent caractérisé de "bien français" ronge la santé des employés et vient insidieusement pénaliser la productivité des entreprises. Il s'agit du présentéisme.

Qu'est-ce que le présentéisme ?

Le présentéisme, à l’inverse de l’absentéisme, est le fait d’être physiquement présent sur son lieu de travail. Le terme revêt toutefois davantage un caractère négatif que positif, car être physiquement présent au bureau n’est aucunement une preuve d’efficacité ou de productivité dans ce cas précis.

Si l’absentéisme est relativement aisé à mesurer et largement étudié - le salarié est physiquement absent (arrêt maladie, accident de travail, rtt, congés payés) - l’une de ses sources, le présentéisme, l’est nettement moins. Car avant d’être physiquement absent au travail, un salarié est généralement psychiquement absent. Un phénomène parfois délicat à repérer. 

Le présentéisme peut ainsi représenter les prémices de l’absentéisme et coûter bien plus cher au final à l’entreprise que ce dernier.

Les différentes facettes du présentéisme

Ce phénomène s'illustre principalement à travers 4 comportements :

  • faire acte de présence, être physiquement présent à son bureau, mais faire autre chose que son travail,
  • se rendre au bureau alors que l’on est malade et qu’il serait plus judicieux de rester chez soi,
  • faire des heures sur le lieu de travail, alors que rien ne le justifie uniquement pour se faire bien voir de sa hiérarchie,
  • faire des heures supplémentaires sur demande plus ou moins explicite de son manager, sans toutefois être payé davantage.

Quelles causes ?

Le présentéisme prend sa source dans une culture d’entreprise et/ou managériale bien ancrée dans notre société. Tous les protagonistes - managers comme collaborateurs - ont leur part de responsabilité dans le phénomène.

  • Du côté des managers : pression relative à la posture, pression culturelle, compétitivité entre managers...
  • Du côté des collaborateurs : la maladie, les soucis personnels, la peur du jugement, la crainte de perdre son emploi, la recherche d’une promotion, le sentiment d’être irremplaçable...

 

presenteism min

Quelles conséquences ?

Le constat est sans appel, le présentéisme a divers impacts néfastes pour l’entreprise, mais également pour ses salariés :

  • perte de sens et de motivation,
  • baisse de productivité,
  • erreurs et baisse de qualité,
  • dégradation de l'ambiance de travail et du service client,
  • coûts élevés pour l’entreprise...

    Avoir de trop nombreux collaborateurs qui "traînent au bureau", commencent tôt et finissent tard n'est pas un signe de bonne santé pour une entreprise. En effet, le présentéisme entraîne paradoxalement l’absentéisme.

NOUVEAU

Téléchargez notre fiche pratique en pdf

  • Explications simples pour une mise en oeuvre facile
  • Illustrée par des exemples
  • Fiche pdf agréable et efficace

Comment lutter contre le présentéisme ? 

  • Reconnaître le présentéisme : accepter que ce phénomène existe et savoir en repérer les signes - bâillements intempestifs, bureau constamment jonché d’une multitude de documents assorti d'une efficacité proche de zéro, attitude passive en réunion... pour ensuite le mesurer et l'analyser afin d’agir de manière efficace. 
  • Prévenir plutôt que guérir : adopter une démarche claire quant à la santé et la qualité de vie dans son entreprise afin de prévenir les risques psychosociaux, quels qu’ils soient. 
  • Améliorer les conditions de travail : environnement agréable et propice au travail, gestion des talents, etc.
  •  Instaurer un climat de confiance : pour que chacun trouve sa place au sein d’un groupe et s’y sente bien - tant du côté des managers que de celui de leurs collaborateurs (liberté d'expression, soutien, écoute active, empathie, disponibilité, cohérence, justesse dans la posture...).
  • Communiquer efficacement : sonder ses collaborateurs quant à leur qualité de vie au travail, donner ET demander des feedbacks réguliers...
  • Motiver et reconnaître le travail : s’assurer au quotidien que les tâches confiées sont adaptées - fixer des objectifs “SMART”, notamment ; reconnaître et valoriser le travail de chacun, rendre l'organisation plus flexible, offrir des possibilités d'évolution...
  • Instaurer des jours de télétravail : lorsque le poste occupé le permet de manière ponctuelle ou régulière, permettre le travail à distance.
  • Donner l’exemple : déconnecter régulièrement et inciter ses collaborateurs à le faire, être vrai et authentique dans ses relations et son management, éviter les journées à rallonge, bannir la réunionite...


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

Ces publications peuvent aussi vous intéresser :