Actualités et réflexions sur le management et l'entrepreneuriat

Siffler en travaillant…

© kbuntu - Fotolia.com
© kbuntu – Fotolia.com

Je suis certaine que vous connaissez toutes et tous l’anecdote du verre à moitié plein ? Non ?! Alors peut-être avez-vous entendu celle du verre à moitié vide ?

Tout dépend de l’angle de vision que l’on adopte !

C’est l’histoire de 2 personnes contemplant un verre d’eau… L’une d’elles le voit comme étant à moitié vide. Cette personne, face à une situation donnée, aura une forte tendance à souvent voir le négatif, les obstacles. L’autre le considère comme rempli à moitié. Celle-ci verra plutôt le monde avec des lunettes roses…

Pensez-vous pour autant que l’une ou l’autre détienne la vérité ?

Positivons oui, mais pas n’importe comment !

Il n’est pas ici question de pensée positive à proprement parler. Cette dernière ayant été quelque peu malmenée par une étude canadienne datant de 2009 sur le sujet. En effet, elle ne peut à elle seule aider une personne à aller mieux et voir soudainement, comme par magie, la vie en rose. Il faut être un minimum convaincu par ce que l’on se répète pour que notre pensée change.

Or, si l’on prend l’exemple d’une personne à tendance dépressive, cette dernière aura beau se répéter qu’elle est capable de beaucoup, si elle n’y croit pas une seconde, il y a peu de chances pour que cela prenne forme… L’exercice est un travail beaucoup plus profond et complexe. Il faut donc adapter notre pensée positive à nos croyances et à notre environnement.

Penser positif uniquement parce que l’on nous inculque dans nos sociétés qu’il n’est pas bon de se plaindre, qu’il faut voir le bon côté de toute chose, etc. serait une totale ineptie. La vie – personnelle ou professionnelle – n’est pas que réjouissances, belles personnes, objectifs idéaux… Nous ne vivons pas dans le monde des bisounours ! Nos erreurs, nos peurs, nos écueils sont là pour nous aider à avancer. A apprendre. A partager…

Il est facile de préconiser à l’autre d’envisager les choses avec plus d’optimisme ! Comme c’est déculpabilisant ! Quel soulagement de laisser ce fardeau à sa monture plutôt que de l’aider à le porter, ne serait-ce qu’un tantinet !

La vie en rose, une vision très personnelle

L’appréhension des faits plus ou moins positivement est une histoire de personnalité, de vécu, d’expérience, de contexte, etc. Ce qui pour certains, apparaît comme un grand succès peut, pour d’autres, être un désastre total… Tout dépend de l’échelle à laquelle on se place. Tout dépend des circonstances dans lesquelles ces faits se produisent.

Chez certains individus, l’échec, une fois passé le choc, est source de vitalité. Une sorte de dopage qui leur permet de rebondir et repartir de plus belle. De la pure motivation ! Pour d’autres, ce sera le début de la fin. Accablés par ce qu’ils considéreront être une défaite leur incombant à 100%, ils se dévaloriseront et penseront ne plus être capables de rien. Or, ce n’est pas parce que l’on s’est trompé une fois que tout est fini ! Il faut savoir reconnaître l’échec, l’accepter et renaître de ses cendres ! Apprendre de ses erreurs et de ses peurs est capital pour évoluer.

Nous ne sommes pas des moutons !

Cependant, voir le bon côté des choses nécessite une analyse globale de soi et de son environnement. Avant de foncer tête baissée, se persuader que tout va bien et que les difficultés ne sont rien, il est essentiel de comprendre pourquoi celles-ci nous apparaissent comme des obstacles insurmontables et lesquels de nos moyens – mentaux, physiques et matériels – nous pourrions mettre en œuvre pour  surmonter ce que nous envisageons comme étant des montagnes. Se persuader aveuglément et sans vrai fondement, tout cela parce que quelqu’un vous a gentiment bousculé en vous conseillant vivement de cesser de voir que le négatif, ne rime à rien et n’aura aucun impact sur quoi que ce soit, si ce n’est vous rendre encore plus moroses… Face à un obstacle, pour pouvoir avancer, il est nécessaire d’analyser la situation pour mieux la comprendre et l’appréhender. Une fois seulement cette analyse faite, est-il possible de voir le positif.

Qu’est-ce qui fait que je suis mal à l’aise ? Quelles sont les peurs, les angoisses que cette situation génère en moi ? Pourquoi ai-je ce sentiment de rejet, de recul ?

Il n’y a qu’après avoir répondu à ces questions que l’on peut espérer changer et apprendre à voir, non pas le côté positif, mais plutôt l’aspect constructif de chaque situation. Construire – se construire – ne se fait pas sans mal et sans effort. C’est comme cela que l’on apprend. Des autres et de soi-même. C’est ainsi que l’on acquiert une certaine connaissance qui nous permettra de mieux réagir par le futur.

La bonne humeur, une cure vitaminée

Néanmoins, ronchonner n’apporte rien… Certes, il ne suffit pas de siffler en travaillant pour que la tâche devienne subitement plus agréable, même si cela peut parfois aider !

Une chose est sûre : si vous arrivez au bureau de mauvaise humeur, tout souci, si petit soit-il, prendra des proportions énormes. Le cercle vicieux du négativisme sera lancé !

L’important est donc de se lever de préférence du pied droit et de ne pas laisser les futilités vous rendre moroses. Chaque chose en son temps : tant que vous n’êtes pas au bureau, inutile de tourner en rond en faisant la liste des problèmes à résoudre… Profitez du moment présent : un petit déjeuner avec votre famille, une délicieuse tartine grillée, le soleil qui se lève… Concentrez-vous sur ce qui est important à vos yeux !

Une fois au bureau, n’abordez qu’un seul problème à la fois. Ceci vous permettra d’éviter le burnout ! Octroyez-vous de petites pauses détentes. Ce peut être une chanson que vous affectionnez particulièrement, une petite phrase qui vous fait du bien, un café avec quelques collègues, un déjeuner au grand air plutôt qu’à cette bonne vieille cafet’, une photo de vacances, etc.

Cela ne résoudra pas les problèmes, mais ça aura au moins l’avantage de ne pas les empirer !

Mais au fait… Pourquoi ronchonnez-vous ? Qu’est-ce qui vous rend de mauvaise humeur ? Et surtout : comment y remédiez-vous ? Quelles sont vos astuces ? Ne soyez pas avares, partagez-les avec nous dans les commentaires !

 

Vous aimerez peut-être aussi :

bien_etre_xs dvt_perso_xs
Bien-être
au travail
Développement
personnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.