Lâcher prise pour mieux manager

Maj le 06/05/2020 par Raphaële GRANGER

Tout manager a le sentiment un jour d'être totalement submergé, dépassé ou bien forcé de reprendre la main sur certains éléments afin de remettre l'équipe sur les bons rails. Cette anxiété de vouloir que tout soit en parfait ordre de marche et les objectifs atteints dans les délais impartis est naturelle et normale. Toutefois elle peut mener à un micro-management néfaste pour l'équipe si le manager ne sait pas lâcher prise.

lacherprise min

Qu'est-ce que le lâcher-prise ?

Il s'agit d'une démarche consistant à se libérer de ce besoin de maîtriser, de ces chaines qui nous retiennent, nous empêchent de nous épanouir pleinement. 

Tout vouloir constamment contrôler est en effet le propre de celles et ceux qui n'arrivent pas à lâcher prise. Or ce besoin interne et personnel peut emprisonner le manager dans une posture à la fois néfaste pour lui-même, mais également pour toute son équipe. Il est donc essentiel d'apprendre à "lâcher prise". Ce qui ne veut pas dire fuir ses responsabilités...

" On ne peut perdre que ce à quoi on s'accroche " - Bouddha

Qu'est-ce qui nous empêche de lâcher prise ?

Les causes à l'origine de ce sentiment sont nombreuses. Elles prennent racine dans notre éducation, notre passé, les expériences que nous avons vécues, mais aussi nos croyances, notre vision des choses - pour les managers, leur vision de la posture en elle-même, etc.

Pour un manager qui use de micro-management à outrance, la difficulté à lâcher prise peut être induite par des craintes de différents types : 

  • peur de perdre le contrôle
  • peur de l'inconnu ou de l'incertitude
  • peur de l'échec
  • peur de perdre sa légitimité et/ou son poste

mais également par des éléments tels :

  • des émotions négatives liées à la situation, l'interlocuteur du moment (guerre d'égos, communication biaisée ...)
  • des difficultés à gérer la critique
  • le sentiment de devoir toujours avoir raison, toujours savoir
  • de mauvaises habitudes 
  • un besoin important de reconnaissance
  • un certain sentiment de culpabilité

Pourquoi lâcher prise ?

Se délester de certains poids permet notamment au manager de : 

  • favoriser l'autonomie : trop contrôler réduit le degré d'engagement des collaborateurs et sape les prises d'initiatives.
  • permettre à chaque membre de l'équipe de s'épanouir : les collaborateurs peuvent mettre tous leurs talents au service du groupe.
  • encourager la créativité : libéré d'un contrôle continu, chacun se sent libre de proposer de nouvelles idées, des solutions disruptives...
  • développer la collaboration : impliquer ses collaborateurs dans les prises de décision induit responsabilisation et coopération accrues.
  • renforcer la cohésion : donner du sens aux missions de chacun dans un objectif commun, partager les responsabilités, booster l'esprit d'appartenance à une équipe.
NOUVEAU

Téléchargez notre fiche pratique en pdf

  • Explications simples pour une mise en oeuvre facile
  • Illustrée par des exemples
  • Fiche pdf agréable et efficace

Leadership et lâcher-prise

Le manager doit mener ses missions à bien pour l'entreprise. Pour cela, il a à sa disposition un certain nombre de moyens - financiers, techniques et humains. Seul, il lui serait bien difficile de tout gérer et atteindre ses objectifs. Il doit ainsi orchestrer les talents dont il a la responsabilité et faire en sorte que ce collectif - dont il fait intégralement partie - réfléchisse et travaille dans une seule et même direction.

Même si le leader a la responsabilité de son équipe, il est important pour lui de garder en tête que tout ne repose pas sur ses épaules et qu'il doit être capable de prendre un certain recul, lâcher prise, afin de gagner en sérénité, mais également mieux manager.

Comment lâcher prise ?

Les étapes du lâcher-prise

    1. Identifier la cause de sa difficulté à lâcher prise : croyances limitantes, mauvaises expériences, manque de confiance en soi, éducation...
    2. Décider de changer de comportement : mettre son égo de côté, accepter ses limites, prendre conscience que la perfection est subjective...
    3. Réfléchir aux "bénéfices personnels" - contrôle, légitimité, sérénité, etc. - induits par le non lâcher-prise et en identifier les moteurs. Sont-ils émotionnels, relationnels... ? Quelles injonctions nous obligent à résister et pour quelle "satisfaction" ? Que nous apporte ce non lâcher-prise ?
    4. Remplacer les comportements/pensées négatives par des comportements/pensées positives alternatives ayant les mêmes effets.

    Exemple
Au lieu de prendre du temps, de l'énergie et de l'agacement à reprendre toute la rédaction d'un compte-rendu de réunion simplement parce qu'il ne correspond pas scrupuleusement à la façon dont on l'aurait soi-même rédigé, se contenter de vérifier que tous les éléments clés sont bien présents et se concentrer sur autre chose de plus constructif.
Et pourquoi ne pas proposer audit collaborateur une courte formation sur la rédaction de comptes-rendus en bonne et due forme ?

Pistes de lâcher-prise pour un manager

Prendre du recul

Il est crucial de garder en tête que personne ne peut tout contrôler, que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle. Certains éléments sont et demeureront toujours hors de notre maîtrise. Il est intéressant d'accepter que toute situation est composée de 3 éléments :

  • ce que l'on peut maîtriser, changer, ce sur quoi on peut agir directement,
  • ce que l'on peut influencer, sur ce quoi il est possible d'agir indirectement,
  • ce que l'on ne peut ni contrôler ni influencer, ce qui est et demeure, quoi que l'on fasse.

Il est ainsi important pour le manager désireux de lâcher prise de faire preuve d'humilité et d'accepter que tout ne dépend pas sur lui. Il lui faut penser équipe - réussite commune.

Pour ce faire, il peut être attentif aux résultats, se focaliser sur le "quoi" davantage que sur le "comment", notamment lorsqu'il délègue. Il doit ainsi fixer des objectifs et laisser ses collaborateurs trouver le chemin pour les atteindre, sans interférer si leur façon de faire n'est pas celle qu'il aurait lui-même mise en place pour les atteindre.

Lorsque les collaborateurs peinent à réaliser leurs missions, il peut se mouvoir en coach, en véritable soutien désireux de faire croître l'autonomie et la responsabilité de chacun. 

Accepter l'échec

Il s'agit ici pour le manager d'accepter ses limites, mais également celles de ses collaborateurs. Prendre conscience que l'erreur est nécessaire pour évoluer et s'améliorer, voir chaque écueil comme une opportunité d'apprendre et accepter que la perfection n'existe pas.

L'un des rôles du leader est de sécuriser les échecs de ses collaborateurs : les laisser se tromper sans que cela n'ait de graves conséquences sur leur travail, les projets ou bien encore l'entreprise. 

Le manager peut ainsi mettre en place un cadre suffisamment large pour que son équipe puisse être autonome et se tromper sans impacts trop critiques ou dramatiques sur le travail et l'organisation.

Il peut également demander à renforcer ses soft-skills et/ou acquérir d'autres compétences managériales essentielles à sa mission.

Communiquer efficacement

Il est crucial pour le manager de savoir ce qui se passe au sein de son équipe - sans pour autant contrôler en permanence le travail effectué. Il est tout aussi essentiel pour ses collaborateurs d'avoir une certaine vision de ce qui se passe à un niveau plus global des projets, de l'entreprise, etc.

Cela passe par une communication fluide. Outre s'ouvrir aux autres, faire confiance - à soi et à autrui et maîtriser ses émotions, il est opportun pour le manager de rythmer sa communication managériale de manière pertinente. L'objectif étant de communiquer suffisamment afin de répondre aux différents besoins de chacun - manager et collaborateurs, sans tomber dans le piège de la sur-communication - informations reçues en doubles ou triples exemplaires ou divergentes, etc.

Par ailleurs, la communication peut également aider le manager à ne pas se sentir isolé. En effet, on observe parfois une certaine distance entre un manager et ses collaborateurs. Distance que certains leaders peinent à apprivoiser ou qui leur procure davantage de mal-être que de réassurance.

Sortir de sa zone de confort

Le management est un exercice particulier qui coupe parfois du terrain. Le tout nouveau manager peut se sentir quelque peu déboussolé et avoir l'impression de ne pas contribuer pleinement, produire du concret, sa mission étant principalement l'articulation des talents.

Pour éviter ce sentiment, il est judicieux d'oser sortir de sa zone de confort, se lancer des défis, accepter des challenges en dehors de sa posture.

Il peut également être intéressant de se lancer dans un projet personnel, suivre une passion mise de côté jusque lors par faute de temps, par exemple. Le manager abandonnera ainsi petit à petit son besoin de contrôle et sera davantage dans le lâcher-prise au travail.

Apprendre à respirer

La pratique d'exercices de respiration est un véritable pilier du lâcher-prise. En effet, cela permet entre autres de réduire stress et anxiété - et ainsi éviter le burn-out, expérimenter le moment présent.

Ce dossier est référencé dans : Devenir manager - Développement personnel : améliorez votre performance professionnelle

Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !