Leader vs Manager : quelles différences ?

Maj le 02/05/2022 par l'équipe de Manager GO!

Leader ou manager... quelles sont les différences ? Mais aussi comment le leadership peut-il se mettre au service du manager et lui apporter ce supplément d'âme pour entrainer ses équipes vers la performance ? 

Leader et manager : les définitions

Le Larousse donne les définitions suivantes des termes :

Leader : " Personne qui, à l'intérieur d'un groupe, prend la plupart des initiatives, mène les autres membres du groupe, détient le commandement."

Manager : " Spécialiste du management, Ensemble des techniques de direction, d'organisation et de gestion de l'entreprise."

Manager est un métier : le manager est recruté en tant que tel par l’entreprise, pour accomplir son rôle de direction, d’organisation et de gestion conformément à ses compétences professionnelles. Le leader s’impose naturellement, il est désigné par ses pairs en tant que meneur, eu égard à ses qualités humaines et son aura.

Les différences à la loupe 

#1 Inné vs Acquis 

  • Du leader émane une autorité naturelle. C’est son charisme qui attire à lui les faveurs de ses collaborateurs, qui le considèrent comme un mentor. Les idées du leader et sa manière de les exprimer favorisent une écoute et une adhésion immédiate et sans limite. L’entourage est emporté, le leader fait figure de pilier de confiance sur lequel se reposer, peu importe sa position hiérarchique dans l’entreprise.
  • Le manager, à la différence du leader, acquiert son autorité au gré d’efforts perpétuels – formation continue et expérience sur le terrain. Son rôle clé dans l’entreprise lui impose de prendre une place d’autorité, qu’il doit absolument gagner pour remplir ses missions. Contrairement au leader, le manager peut avoir des difficultés à remporter l’adhésion des collaborateurs. En revanche, le manager dispose de compétences techniques notoires dans son domaine d’activité, et d’une vision stratégique sur les actions à mener.

#2 Elu vs Imposé 

  • Le leader est choisi instinctivement par les collaborateurs pour ses « soft skills ». De fait, un cercle vertueux s’instaure : parce qu’ils l’ont élu, les collaborateurs ont tendance à se fier au leader sans contester, et sur le long terme. A la moindre erreur de parcours en revanche, la position de leader est remise en cause.
  • Le manager est imposé aux collaborateurs par la direction qui l’a recruté. Dans ce contexte, l’entrée du manager en fonction doit être menée avec subtilité. Il doit construire pas à pas une relation de confiance jusqu’à avoir apprivoisé son équipe. Le manager s’appuie sur ses « hard skills » pour assoir sa crédibilité.

#3 Spirituel vs Opérationnel 

  • Le leader fait office de guide spirituel, à l’instar d’un coach. Il n’est pas là pour donner des instructions, mais pour conseiller et suggérer des pistes. En pratique, le leadership se matérialise par des échanges informels et stimulants, dont émergent peu à peu des initiatives.
  • Le manager pour sa part est recruté et rémunéré pour diriger. Concrètement, le management consiste à fixer des objectifs, attribuer les tâches et veiller à leur bonne exécution. Le manager coordonne l’équipe de manière opérationnelle, sur la base

Le bon manager est-il nécessairement un leader ?

Ne s’improvise pas leader qui veut. Les personnalités introverties et/ou antipathiques prétendront difficilement à ce statut, quels que soient leurs efforts. Pourtant ces mêmes personnalités ne sont pas exclues des fonctions de management. Le manager n’est pas nécessairement un leader. Mais les qualités de leadership contribuent à la réussite professionnelle du manager… Le manager qui n’est pas un leader a 2 alternatives :

  • Il déploie des efforts supérieurs pour affirmer son autorité et être suffisamment crédible auprès de son équipe. Des séances de coaching contribuent à gagner en confiance en soi, et à acquérir les clés pour solidifier sa position.
  • Le manager peut s’adjoindre l’autorité naturelle d’un leader identifié comme tel au sein de son équipe. Le manager remplit son rôle de direction : il dessine la stratégie, distribue les missions et vérifie les résultats. En parallèle, un collaborateur de l’équipe est moteur informel de la motivation.

En tout état de cause, le manager qui n’a pas l’aura d’un leader ne doit pas oublier qu’il dispose des compétences métier, il est légitime dans son rôle et doit s’appuyer sur cette conviction pour s’imposer. Sans pour autant se transformer en manager trop autoritaire et directif, au prétexte de son manque de charisme pour efficacement diriger… Il s’agit de trouver le juste équilibre, l’exercice aussi ardu soit-il aboutit à des résultats.

A noter qu’à l’inverse, le leader n’est pas nécessairement manager. Soit par manque de compétences opérationnelles, soit par manque de volonté : le leadership, à la différence du management, n’impose pas de responsabilités. Or tout collaborateur n’est pas volontaire à assumer des responsabilités. En pratique néanmoins, le leader est souvent tenté d’exploiter ses qualités humaines en tant que manager…

Pour un manager, être reconnu comme un leader par son équipe est le saint Graal du management.

Tout est alors plus facile. Plus question d'utiliser son pouvoir hiérarchique pour faire avancer ses collaborateurs ! Le manager leader use de sa capacité d'influence pour mettre tout son petit monde en mouvement.   Cette qualité est aujourd'hui indispensable dans un environnement turbulent tel que nous le connaissons. 

Savoir diriger, c'est obtenir d'adhésion de son équipe à sa vision, donner du sens aux actions de tous, tout en étant à l'écoute des besoins de chacun. Le leader apporte ce grand plus qui fait la différence , qui crée une véritable âme dans un service.

Il convient néanmoins de ne pas tomber dans un "excès de leadership" . Les tâches du chef ne sont pas qu’entrainement et motivation. Il doit aussi savoir gérer au sens brut du terme. Objectivité et rigueur sont de mise. Une fois encore, tout est question d'équilibre...

 

Les ressources accessibles sur notre site

Développer son Leadership grâce au modèle GIVE


Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

  • Gravatar for Loïc

    Loïc 13/04/2022 18:36

    Simplement merci. Cette analyse, en plus d'être fort instructive, est pertinente à mon goût.

  • Gravatar for Véronique Ysebaert

    Véronique Ysebaert 08/04/2022 20:31

    Article tout en nuance ! Très intéressant et différenciant avec beaucoup de finesse les rôles de manager et de leader.