Menu

Sections thématiques

Leadership : comment devenir un bon leader ?

 Si le charisme est une qualité innée, il est toutefois primordial de savoir le mettre en valeur de façon pertinente afin d'être un leader suivi. Définition, qualités, management... Ce qu'il faut savoir du leadership.

Rédigé par Raphaële GRANGER - Mis à jour le 27/10/2023

Le leadership se construit sur 3 domaines : l’individu, la situation et le groupe considéré. Ainsi, une personne exerçant son pouvoir au cours d'une assemblée de collaborateurs n'aura peut-être pas la même capacité d'attraction face à un parterre de dirigeants.

Par ailleurs, un leader n'est pas nécessairement un manageur et vice versa, même si leadership et management demeurent complémentaires.

Qu'est-ce que le leadership ?

Si le pouvoir du manager lui est conféré par sa hiérarchie à travers sa position dans l'entreprise, déterminant intrinsèquement son autorité sur son équipe, le leader est, quant à lui, avant tout reconnu par ses collaborateurs comme un meneur charismatique - presque un "gourou" pour certains - parfois suivi aveuglément. 

Le leader bouscule les habitudes, crée et n'a aucune peur d'innover ou de proposer des solutions totalement disruptives. Outre son charisme naturel, c'est essentiellement dans ses relations avec les autres qu'il assied son pouvoir de persuasion.

Ainsi, un certain leadership est essentiel en période de transformation dans l'entreprise, par exemple. La gestion du changement se fera d'autant plus en douceur qu'elle sera menée par un leader, reconnu, écouté et suivi de tous - ou presque.

Quel lien entre leadership et management ?

Intimement lié au management, le leadership diffère toutefois de ce dernier. S'il est essentiel pour un leader de savoir mener et gérer ses troupes - même si cela n'est pas toujours le cas, un manageur n'est pas nécessairement un leader. 

En effet, le manager va faire en sorte d'atteindre les objectifs qui lui ont été fixés (ou qu'il aura lui-même définis) en s'appuyant sur le potentiel (humain, budgétaire...) dont il dispose.
Le leader, quant à lui, ira plus loin en innovant si besoin - en surprenant et déroutant de prime abord parfois - mais surtout en entraînant ses troupes dans le mouvement dans une adhésion évidente et enthousiaste dudit chemin.

Si le manager reste généralement réaliste, le leader met tout en oeuvre afin d'aller au bout de ses rêves, aussi incroyables soient-ils.

Par ailleurs, un bon leader est non seulement capable de repérer et faire émerger les compétences de chacun et du groupe, mais également d'articuler tous ces savoir-faire, les transformer le cas échéant, jongler avec afin de mener le groupe encore plus loin.

Ainsi, il lui est essentiel de posséder certaines qualités et compétences s'il entend être suivi !

Comment devenir un bon leader ?

Le leadership, lorsqu'il n'est pas "inné", peut toutefois s’acquérir dans une certaine mesure et se travailler afin d'en exploiter toutes les possibilités, en restant dans un cercle vertueux, bien évidemment - certains leaders peuvent s'avérer toxiques comme l'Histoire l'a montré à de nombreuses reprises.

Les qualités d'un leader suivi

Pour assurer un certain charisme indiscutable aux yeux d'autrui, certaines qualités sont primordiales et caractérisent un bon leader. On retrouve ainsi, entre autres :

  • la confiance en soi : essentielle pour pouvoir ensuite donner confiance à autrui et transmettre sa vision et ses idées efficacement.
  • la vision : lointaine et à 360 degrés afin de faire émerger le meilleur de chacun dans un objectif collectif. 
  • l'ouverture d'esprit : nul ne détient la vérité. Savoir se remettre en question et rester curieux de toute nouvelle opportunité ou possibilité est essentiel pour réaliser un rêve. Le leader sait que seul, il ne peut pas grand chose. L'union - et donc l'intelligence collective - fait la force.
  • l'exemplarité : il s'agit là d'un principe de base. Pour être écouté et suivi, il faut donner l'exemple et mettre soi-même en application ce que l'on prêche.
  • la cohérence avec ses valeurs et convictions : un bon leader ne pourra convaincre s'il n'est pas lui-même profondément en accord avec le projet et les idées qu'ils défend. 
  • l'intelligence pluridisciplinaire : un bon leader sent instinctivement ce dont ses collaborateurs sont capables, mais également leur personnalité et mode de fonctionnement. Fort de tout cela, il est ainsi à même d' orchestrer son monde et le mener à la meilleure réussite possible pour chacun et pour tous. 
  • l'empathie : partie intégrante d'une intelligence émotionnelle particulièrement développée qui permet au meneur de tirer le meilleur de chacun en leur permettant de s'épanouir totalement.
  • la liberté : indépendance face à ses idées et décisions, intimement corrélée avec la confiance en soi et le sens des responsabilités.
  • la responsabilité : liée au point précédent, le leader, libre dans ses choix, doit assumer ses décisions, prises de risque, etc. dans l'objectif toujours du meilleur pour ses troupes.

A lire aussi :  "Leader aux yeux des uns, simple mortel pour les autres"  ou comment la situation, le groupe en question et les caractéristiques de l’individu ont une influence sur son leadership.

leader3

Les compétences clés à maîtriser pour être inspirant

Outre les qualités détaillées ci-dessous, un bon leader doit savoir : 

  • prendre des initiatives : c'est souvent en cela que le bon leader est admiré et respecté, car il est déterminé, confiant et il ose.
  • défendre et imposer ses idées dans la douceur et le respect : à quoi bon avoir de bonnes idées si l'on n'est pas à même de les présenter, les expliquer - les vendre en quelque sorte - mais dans le respect et la non-violence ? Savoir convaincre est ainsi un atout majeur.
  • communiquer efficacement : une compétence primordiale pour faire passer ses idées et surtout recueillir l'adhésion de ses troupes. Le feedback en est un élément important, car il permet au leader de rester à l'écoute de ses collaborateurs, entendre de nouvelles possibilités et/ou opportunités, etc.
  • repérer et faire s'exprimer les talents de chacun dans le collectif : l'un des piliers du leadership qui consiste à déceler, faire émerger et orchestrer les talents individuels et collectifs afin de mener tout le monde à la réussite.
  • bousculer les habitudes dans l'intérêt de chacun et du groupe dans son entièreté : disruption et innovation sont deux notions puissantes en matière de leadership. Elles permettent de remettre constamment en question ses idées, son travail ainsi que tout le groupe afin d'atteindre les sommets rêvés.
  • motiver et reconnaître le travail de ses collaborateurs : condition sine qua non d'un management efficace et positif. Un bon leader doit également manager ses troupes - et jouer sur la motivation et le sens au travail - pour maintenir sa position de meneur suivi.

 

NOUVEAU

Téléchargez notre fiche pratique en pdf

  • Explications simples pour une mise en oeuvre facile
  • Illustrée par des exemples
  • Fiche pdf agréable et efficace

A lire sur notre blog

Développer son Leadership grâce au modèle GIVE

Autres thèmes en relation

Une qualité souvent présente chez les leaders :

Un commentaire peut-être ?

Commentaires

  • Gravatar for Yashwinee Chicooree

    Yashwinee Chicooree 17 juin 2023 à 16:05 (Il y a 8 mois)

    Très intéressant ce article. Étant une étudiante en gestion des ressources humaines, je peux constater que d’être dans le secteur privé entraîne différentes pressions qui peuvent créer un réel sentiment d'urgence pour toutes les parties prenantes parce que la rapidité joue un rôle majeur dans chaque relation commerciale. De même, les exigences imposées à la réalisation des objectifs de vente et de croissance signifient que nous voyons souvent une focalisation pointue sur les bons résultats et pas seulement sur les intrants.
    Les grands leaders ne disent pas aux gens quoi faire, mais les emmènent plutôt là où ils doivent être. Les vrais leaders savent que le succès est intimement lié au travail du collectif. Ils utilisent la communication, les récompenses, les punitions et la modélisation pour inciter les employés à se comporter de manière éthique et positive. Donc, un bon leader exécute les aspects opérationnels de la gestion des personnes de l’organisation. Il évalue, exprime clairement et aide à façonner la culture d’une organisation. De plus, il respecte la culture en place et il sait comment il faut façonner la culture pour relever les défis actuels et futurs. Il facilite cette transformation en mettant à exécution ce que l’on sait notamment au sujet des changements que l’entreprise doit apporter, des initiatives stratégiques, etc. Il doit aussi contribuer à la réussite de l’entreprise en ayant une connaissance du contexte social dans lequel elle exerce ses activités. Il sait également comment l’entreprise réalise des profits, ce que l’on appelle la chaîne de valeur de l’entreprise.
    Tout comme les valeurs sont différentes selon les cultures, il en va de même pour les préférences et les pratiques de leadership. Cet article a examiné les différences de préférences en matière de leadership au sein du secteur privé, ainsi que le lien entre les styles de leadership et les valeurs organisationnelles dans le secteur privé. Mais surtout, les styles de leadership varient selon le type d’institution et le niveau de hiérarchie institutionnelle. Il a été débattu que dans le secteur public, les institutions entretiennent un leadership peu axé sur les tâches et des relations élevées, alors que le secteur privé est guidé par des objectifs axés sur le profit. De plus, il favorise un style de leadership relationnel élevé, de tâche élevée et participatif.
    En résumé, un bon leader doit communiquer efficacement avec ses employés et respecter les autres. Le plus grand leader n'est pas nécessairement celui qui fait les plus grandes choses. C'est lui qui amène les gens à faire les plus grandes choses.