Soldes intermédiaires de gestion : calculer et interpréter les SIG

Maj le 08/04/2022 par Laurent GRANGER

Pour bien comprendre la formation du résultat net, les Soldes Intermédiaires de Gestion apportent un éclairage opérationnel. Quels sont les SIG ? Comment les calculer et les interpréter ? 

Définition des Soldes Intermédiaires de Gestion

Nommés par l'acronyme SIG , il s'agit d'indicateurs de gestion issus du compte de résultat. Leur finalité est d'aider à comprendre pas à pas comment le résultat se forme. Cette information est précieuse pour une analyse portant sur la performance de l'activité de l'entreprise notamment pour la comparer par rapport à ses concurrents.

Tableau des SIG (avec calculs)

Ce tableau diffère de celui proposé par le plan comptable : il ajoute la notion de marge brute, curieusement omis sur l'original, ne proposant pour ce solde qu'une vision liée aux activités commerciales.

Vente de marchandises
- (Achat de marchandises + variation de stock)
Marge commerciale
  Production vendue
+ Production stockée
+ Production immobilisée
Production de l'exercice
  - Consommations de l'exercice provenant de tiers
Valeur ajoutée =   Marge commerciale +  Production de l'exercice  - Consommation de l'exercice provenant de tiers
+   Subventions d'exploitation
- Salaires et traitements
- Impôts et taxes
Excédent brut d'exploitation
- Dotations aux amortissements et provisions
+ Reprises sur charges et transferts
+ Autres produits
- Autres charges
Résultat d'exploitation
- Frais financiers
+ Produits financiers
Résultat financier
Résultat courant avant impôts =  Résultat d'exploitation +  Résultat financier
- Charges exceptionnelles
+ Produits exceptionnels
Résultat exceptionnel (Produits exceptionnels - Charges exceptionnelles)
- Participation des salariés
- Impôt sur les bénéfices
Résultat net =  Résultat courant avant impôts + Résultat exceptionnel  - Participation des salariés  - Impôt sur les bénéfices

    Les variations de stocks de matières premières et approvisionnement se calculent de la manière suivante : stock initial - stock final.  Alors que la production stockée s'évalue par la différence entre le stock final et le stock initial. Ces variations peuvent être positives comme négatives.

NOUVEAU

Téléchargez notre fiche pratique en pdf

  • Explications simples pour une mise en oeuvre facile
  • Illustrée par des exemples
  • Fiche pdf agréable et efficace

Interprétation des Soldes Intermédiaires de Gestion

Ils détaillent pas à pas les charges et produits formant des résultats intermédiaires, pour aboutir au bénéfice final. L'analyse financière des soldes intermédiaires de gestion est instructive. Chaque solde et ses constituants apportent ses enseignements sur la compétitivité et la performance de l'entreprise.

Les ventes de marchandises

Il s'agit d'un indicateur classique représentatif du volume d'activité. En le comparant aux chiffres du marché, il permet d'analyser son poids et sa position concurrentielle. Il s'agit du uniquement du chiffre d'affaires généré par la vente de marchandises.

    Le chiffre d'affaires = ventes de marchandises + production vendue

La Production

Pour les entreprises qui produisent des biens (entreprises industrielles ou autres), cet indicateur est plus représentatif de leur niveau d'activité que le chiffre d'affaires, notamment lorsqu'elles opèrent dans des domaines où les cycles de production sont longs (durée entre la commande et la livraison). En effet, outre la production vendue, il tient compte de la production stockée et de la production immobilisée. Leur interprétation reste délicate. La production stockée peut notamment masquer une détérioration des résultats.

La  Marge commerciale

Ce solde est issu uniquement de l'activité vente/achat de marchandise. Indicateur intuitif des activités de négoce, puisqu’il représente les ventes de marchandise - les achats de marchandises. Ce solde est largement utilisé dans le commerce à travers le taux de marge et le taux de marque . Elle indique un premier niveau de performance, car une marge confortable pose les bases d'une bonne rentabilité (à condition de maîtriser les autres facteurs en aval). À l'inverse, une faible marge commerciale laisse peu de latitude à l'entreprise. 

      Remarque sur la marge brute de production et la marge brute globale : ces soldes absents des SIG tels que définis par le Plan Comptable Général, mais qui prennent toute leur importance pour l'analyse de l'activité d'une entreprise de production. En effet, la marge brute de production met en exergue le solde existant entre la production de l'exercice - l'ensemble des achats consommés durant l'exercice (matières premières, approvisionnements...). Additionné à la marge commerciale, on obtient une marge brute globale, un indicateur condensant le positionnement de l'entreprise sur ses marchés amont et aval. Dans les SIG du PCG, ces achats sont comptabilisés dans les consommations de l'activité provenant de tiers. Pour faire apparaitre cette marge brute, il conviendra de procéder à un retraitement de l'information pour retirer les achats directement consommés par la production du poste "consommations de l'activité provenant de tiers" en ne laissant apparaître que les autres achats et charges externes.

La  Valeur ajoutée

Elle mesure la capacité de l'entreprise à créer de la valeur / richesse à partir de ses ventes et production moins les consommations provenant de tiers. La valeur ajoutée donne lieu à plusieurs ratios d'analyse comme :

  • l'indicateur de productivité apparente de la main-d'œuvre : Valeur ajoutée / effectif
  • l'indicateur de productivité globale : Valeur ajoutée / frais de personnel + dotations aux amortissements

La valeur ajoutée apporte en outre des informations sur la structure de l'entreprise, notamment son degré d'intégration à mettre en perspective avec les autres acteurs du marché. 

Excédent brut d'exploitation

Il s'agit d'un indicateur de performance économique avant la comptabilisation des choix d'investissement et de financement. Sa limite est qu'il ne tient pas compte du coût des immobilisations (à travers les dotations aux amortissements). Une amélioration de l 'excédent brut d'exploitation (EBE) n'est pas forcément signe d'une meilleure performance, mais d'une structure d'exploitation différente : par exemple une politique d'investissement accrue.

Résultat d'exploitation 

Il mesure la performance commerciale et industrielle avant la prise en compte de la politique de financement. 

    A savoir : le résultat d'exploitation apparait sur la liasse fiscale. Il permet donc de vérifier qu'aucune erreur n'a été commise à ce stade.

Résultat financier 

Résultats liés à la politique financière de l'entreprise.

Résultat courant avant impôts

Ce solde intègre la politique de financement dans l'évaluation de la performance. Il offre une vision globale avant l'impact de la fiscalité et des éléments exceptionnels.

Résultat exceptionnel

Par essence, il s'agit des opérations non régulières à connaître pour expliquer le cas échéant le résultat de l'exercice.

Résultat net

Résultat final de l'activité. A rapprocher de la valeur du compte de résultat ainsi qu'au passif du bilan. Ce solde permet notamment une appréciation globale de la rentabilité de l'entreprise en le rapprochant du montant des capitaux propres.



Pour partager cette publication :

Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !