Comment faire de la bienveillance une vraie valeur de performance et de bien-être au travail ?

Publié le 10/03/2016 - Mis à jour le 22/03/2017
dvt perso

Alors que l’entreprise top-down s’effrite peu à peu, avec des collaborateurs amenés à travailler de plus en plus en format projet et de jeunes générations qui carburent au feedback positif, le manager est sous les projecteurs. Quel que soit le type d’équipe qu’il gère, alors même qu’il cherche à faire de son mieux et qu’il devient délicat de le recruter, ne serait-il pas le moment tout trouvé pour inventer un nouveau style de management ?

Selon le dernier rapport de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, en France, la formation des managers à la prévention des risques psychosociaux (stress, harcèlement) est largement à la traîne (46% des entreprises françaises versus 73% des entreprises européennes).

Les amateurs du PDCA (Plan, Do, Act, Check) sont désormais à la recherche d’une inconnue qui donne du sens à l’équation en mettant de l’huile dans les rouages : la  bienveillance.
Comment fait-ont pour activer ce savoir-être qui paraît de prime abord déplacé dans un contexte de crise économique et aux antipodes de la performance et de la rentabilité ?

Un manager bienveillant transmet une culture d’apprentissage et de remise en question forte qui requiert une prise de température régulière, une connexion sincère. Les équipes échangent, font leur autocritique, l’évaluation est continue pour favoriser chacun à développer leurs talents et les encourager à explorer de nouveaux domaines de compétences afin qu’ils puissent contribuer différemment.

Lorsqu’à 30 ans j’ai été recrutée pour reprendre une équipe de gestionnaires dont je ne connaissais pas le métier, qui venait de se faire malmener durant 5 ans par un manager déviant, le challenge était de taille. J’ai rencontré mes collaborateurs un par un, ils sont vidé leurs sacs : mauvaise volonté, rétention d’information, défiance, dénigrement, jalousie, manipulation… j’y ai passé mes 3 premières semaines, mais quel investissement !

J’ai conclu un pacte avec chacun d’eux : à partir de maintenant ça ne peut pas être pire, nous sommes dans la même galère, nous allons tous ramer ensemble dans la même direction. Je leur en ai fait voir de toutes les couleurs : restructuration, polyvalence, formation, déménagement, heures supplémentaires. J’étais toujours avec eux, de leur côté et à la sortie nous avons été excessivement fiers d’annoncer que les délais de traitement étaient passés de 8 à 2 jours.

7 leviers de transformation

Voici les 7 leviers que j’ai utilisé et qui peuvent vous permettre de vous transformer en manager bienveillant qui (se) respecte plus, s’engage mieux et optimise la performance de son équipe et de son entreprise.

Il paraît évident et utile de rappeler que la confiance entre les membres d’une équipe est le socle indispensable à une collaboration fluide où chacun peut se sentir libre.

1° Développer le muscle de la bienveillance

La bienveillance est une valeur qui peut être innée pour certains ou qui peut être renforcée pour d’autres, à travers 4 qualités.
Elle passe par votre sincérité : vous êtes ouvert et honnête, vos intentions et motivations sont claires. Vous êtes considéré comme étant crédible et capable de faire ce qui est nécessaire ; avoir l’expertise nécessaire, les compétences et de bon sens pour obtenir de bons résultats.
Vous êtes perçu comme fiable, comme quelqu’un qui suit ses promesses et ses engagements.
Et surtout vous êtes orienté vers les autres : la satisfaction des besoins du groupe prévaut sur vos intérêts personnels.

2° Fixez un cap ambitieux

Il est important de donner une vision claire aux équipes, partager avec elles ce que vous souhaitez réussir ensemble, ce qu’il faut transformer et pourquoi.
Pas seulement des objectifs de chiffres, mais ce qui fait et fera la valeur ajoutée de l’entreprise pour ses clients, pour l’environnement...
Pour engager vos équipes, inspirez-les en leur racontant une histoire.

3° Facilitez le chemin

Pour favoriser l’autonomie et la confiance de vos collaborateurs, ils ont besoin de se sentir plus agiles et plus réactifs.
Allégez les process, les reportings et les réunions qui ne sont pas utiles ou trop longues et qui freinent la capacité d’innovation et de créativité.

4° Soudez les individus

Une confiance mutuelle s’établit sur des fondations solides dont la connaissance de l’autre : déjeuners en commun, trombinoscope, apéros after work. Toutes les occasions conviviales sont bonnes pour apprendre à se connaître et à casser les moules hiérarchiques.

5° Accompagnez attentivement

Chacun doit pouvoir se sentir assez à l’aise pour s’exprimer. Les idées les plus innovantes et les plus créatives peuvent émerger de partout!
Votre écoute bienveillante encourage vos collaborateurs à devenir force de proposition, peu importe leur fonction et leur rôle et devient donc un facteur de performance pour l’organisation.
Sortez de la mesure exclusive des résultats pour évaluer la « santé » de vos équipes. Mesurer c’est aussi s’intéresser au qualitatif : être attentif au ressenti, au moral, la motivation. C’est aussi une façon de permettre à tous de se sentir entendu.

6° Autorisez l’audace

Sous votre approbation bienveillante, vos collaborateurs vont prendre des risques, se sentir libres de tenter des choses nouvelles et d’innover.
Si les conséquences ont été anticipées, si vous installez un autre rapport à l’erreur et à l’échec, vous multipliez les sources d’apprentissage : l’envie de faire des choses différentes est plus grande que le stress d’un éventuel échec.

7° Libérez le plaisir

« Il est rare que les gens réussissent s’ils ne s’amusent pas à ce qu’ils font. ». (Dale Carnegie). Le sens de l’humour, l’autodérision, l’honnêteté, les feedbacks positifs et d’encouragement sont des éléments clés.
Mettez en place des moments de plaisir et de célébration : les anniversaires, les succès de l’entreprise, les fêtes de fin d’année… Autant d’occasions possibles pour permettre à l’équipe de se sentir bien.

Le management bienveillant vous permettra non seulement à vous mais aussi à votre équipe, de
vous réaliser (exploiter pleinement votre potentiel individuel et le mettre en valeur aussi bien dans votre sphère personnelle que professionnelle), donner du sens à votre mission (le « pourquoi », la direction  et l’utilité), améliorer vos relations (surtout en termes de reconnaissance et de respect), renouveler vos compétences et développer votre humanité.

Avec joie et reconnaissance,
Cécile Tardy

A propos de l'auteur


c tardyCécile TARDY

Cécile est coach, consultante, formatrice et fondatrice de la mission Burn Out Killer, spécialement conçue pour éliminer le mal-être au travail et vous redonner les clés de votre épanouissement professionnel et personnel grâce à la méthode BeOkay®

Après une carrière dans l’enseignement, elle a travaillé 10 ans en entreprise et vécu 3 burn out. Parce qu'elle a traversé les épreuves lourdes (démissions, dépression, divorce, lésion physique irréversible), elle s'est reconvertie pour faire la guerre au burn-out en apprenant à tous les professionnels à être OK dans tous les moments et domaines de leur vie. Le burn out est une crise qui peut se transformer en superbe opportunité de bonheur si l’on est bien accompagné.

Son site : burnout killer


Vous souhaitez devenir auteur sur notre site et partager votre expérience/expertise sur notre Mag'? Contactez-nous !


Une réaction peut-être ?

Commentaires

Soyez le premier à donner votre feedback !

(Re)lire les derniers numéros

Le mag du manager

Soyez alerté des nouveautés (2 fois par semaine maxi)

Le mag du manager

+ les nouveaux thèmes, fiches méthodes...

Voir un exemple